No Pain No Gain : critique gonflée à bloc

Melissa Blanco | 20 février 2018 - MAJ : 26/02/2019 21:50
Melissa Blanco | 20 février 2018 - MAJ : 26/02/2019 21:50

Michael Bay, ce n'est pas que Transformers. C'est du moins l'idée de No Pain No Gain avec Mark WahlbergDwayne Johnson et Anthony Mackie.

FLORIDA, THE SUNSHINE SATE

Il faut dire que le cinéaste, débarassé de ses jouets et de l'impératif de s'adresser au plus grand nombre, n'y va pas de main morte, retrouvant ses premières amours, la Floride et les Bad Boys. Daniel Lugo (Mark Wahlberg), bodybulder et prof de fitness, aspire comme tout américain à l'American Dream. Il a le corps parfait, ne manque plus que l'argent, les filles faciles et les grands palaces. Secondé par deux collègues, il met alors au point le plan parfait : kidnapper un de ses riches clients du spa afin de l'extorquer de quelques millions. Sauf que quand on est aussi demeuré que Daniel et ses compères, peu de chance que les choses ne se déroulent comme prévues.

 

Image 657049Mark Wahlberg a l'air en pleine forme

 

Inspiré d'une improbable histoire vraie - "it's still a true story" (NDLR - C'est toujours une histoire vraie) est obligé de nous rappeler le film en cours de récit -, No Pain No Gain emprunte de manière évident au cinéma des frères Coen, comme un croisement entre Fargo et Burn After Reading. Inconscients de la gravité de leurs actes et ne jurant que par Tony Montana, Daniel, Paul et Adrian vont très rapidement se laisser dépasser par la tournure des événements pour aller vers une escalade de la violence inattendue.

Moins un thriller qu'une comédie noire, Michael Bay s'en donne à coeur joie, toujours avec sa décomplexion légendaire. Difficile de faire plus bête que No Pain No Gain tant le cinéaste ne se donne plus la peine de prendre des pincettes. Comme un mauvais condensé des excès du cinéma de Tony Scott, tout y est outrancier: incrustation de séquences en caméra DV, multiplication des angles, couleurs dénaturées, montage épileptique, tout va vite, trop vite, avec une volonté de lessiver rétines et cerveaux.

 

Image 643082The Rock, Anthony Mackie et Mark Wahlberg

NO REP ?

Mais c'est peut être justement parce que le cinéaste assume désormais son style pompier et ne se cache plus derrière des sujets dits sérieux que No Pain No Gain finit, à l'usure, par séduire. À l'image de ses personnages, c'est un film de gros bras à la tête creuse extrêmement sympathique, comme une relecture par Michael Bay - sous-entendu, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine - du Very bad cops d'Adam McKay. Si l'on est désormais familier de l'auto-dérision salvatrice dont est capable Mark Wahlberg, la révélation du film est Dwayne Johnson, hilarant en fanatique religieux cocaïné.

 

Image 656508

Résumé

Un divertissement azimuté pour un objet filmique drôle et régressif dont on ressort... hébété. 

commentaires

@tlantis
21/02/2019 à 12:54

surment un des meilleurs film de Bay avec The Rock, Bay Boys 2 et pour le petit kif The Island

sylvinception
21/02/2019 à 12:43

3 étoiles c'est encore trop pour un tel étron filmique.

Stivostine
21/02/2019 à 08:10

Un chef d'oeuvre du genre avec des dialogues aux ptits oignons

Adam
21/02/2019 à 00:06

G trouve des longueur a ce film mais c clairement les meilleurs role de mark w et dwayne johnson

The Moon
20/02/2019 à 22:51

Bonjour,
J'ignorais tout de cette histoire, le film m'a laissé ko surtout quand il précise "que c'est toujour une histoire vrai"

JayT
20/02/2019 à 21:07

Le meilleur film de Bay et son seul film potable surtout. Dommage qu’il n’en ait jamais fait d’autres dans le même style.

Flash
06/03/2018 à 22:58

Perso, j'ai adoré ! Le meilleur M. Bay avec Bad Boys II.
Dwayne Johnson est énorme. (dans tous les sens du terme)

votre commentaire