500 jours ensemble : Critique

Lucile Bellan | 26 septembre 2009
Lucile Bellan | 26 septembre 2009

Sous ses airs d'innocente comédie romantique pop et branchée, 500 jours ensemble est pourtant un peu plus que ça.

Véritable radiographie des relations homme/femme d'aujourd'hui, le film traite avec beaucoup d'humour de relations vouées à l'échec entre les femmes qui ne croient plus depuis bien longtemps au prince charmant et aux hommes qui assument à 200% leur part de féminité. Les signaux amoureux et les codes de la relation sont donc brouillés perpétuellement par l'insécurité de part et d'autre du couple, lui parce qu'il ne sait jamais s'il va trop loin (ou pas) dans la romance et elle par peur de l'engagement.

 

 

De sa bande originale éclectique, au montage éclaté en passant par un passage chanté ou un split screen espérance/réalité, 500 jours ensemble essaye pas mal de choses, en réussit la plupart et c'est ce qui fait son originalité. Les Smiths, le charmant minois de Joseph Gordon-Levitt, un boulot cocasse (designer de cartes postales) ou chic (architecte), le style gentiment rétro de Zooey Deschanel... c'est donc un shot pur de hype qu'on se prend en pleine face. Et un peu à la manière de l'univers de Sofia Coppola, ça passe (beaucoup) ou ça casse  (un peu) selon les affinités.

 

 

On pourra reprocher au film une ou deux scènes kitsch (à l'image d'un insert en animation du plus mauvais goût) et une tendance à la facilité dans la construction des décors et des situations de la romance (il FALLAIT qu'il y ait une scène dans un vieux magasin de vinyles, ou encore une autre dans un cinéma de quartier qui passe un vieux film d'horreur en noir et blanc). 

 

Résumé

Mais 500 jours ensemble brille par son concept, son casting, sa musique, et tout ce qui est artificiel ou qui ne l'est finalement pas tant. LA comédie romantique de 2009.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire