Soul : critique morte à l'intérieur (comme Pixar)

Simon Riaux | 25 décembre 2020
Simon Riaux | 25 décembre 2020

Soul devait être un raz-de-marée de Noël dans les salles, mais une pandémie en a décidé autrement, le transformant en produit d’appel pour Disney+. Le nouveau film de Pete Docter est-il l’évènement attendu ? 

VIENS VOIR LE DOCTER 

La carrière de Docter est un progressif mouvement vers la mélancolie et l’abstraction. Monstres & Cie était une exploration du subconscient déguisée en buddy movieLà-haut un faux film d’aventures et vrai récit de deuil, quand Vice Versa triturait la matière même de nos émotions en questionnant le concept d’acceptation. Avec Soul, l’auteur traite désormais de nos âmes, de pourquoi, comment nous nous accomplissons, et finalement, pourquoi nous souhaitons, envers et contre tout, ne pas mourir. 

 

photoQuand on arrive en ville...

 

Vaste programme, qui appelait une vaste réflexion plastique, de celle que Pixar a menée plusieurs fois au cours de son histoire, et qui s’incarne ici à travers deux défis, tant esthétiques que plastiques. Le premier consiste à représenter visuellement des idées aussi vaporeuses que l’âme, l’au-delà, l’inconscient ou la névrose. Difficile, il convoque des influences aussi variées que Dali ou Escher, tant dans les jeux de perspectives, les contrastes de matière, que leur douceur parfois piégeuse. 

Une charte à laquelle le film applique un tour de force technologique assez impressionnant. En effet, la plupart des éléments graphiques présents dans l’outre-monde sont duveteux et ne disposent pas de contours nets. Ce type de modélisation représente en soi un challenge technologique de taille, que les équipes de Docter ont relevé avec un brio indiscutable. Jamais pris en défaut, Soul propose même ici et là des jeux sur la matière, des mélanges 2D/3D parfaitement inédits, qui passionneront les amateurs d’animation. 

 

photoD'intéressants (et métaphysiques) jeux dimensionnels

 

R.I.P(IXAR) 

Cette technicité ahurissante souffre malheureusement d’une direction artistique nettement moins inspirée. De la galerie des âmes aux airs de glaviots sucrés, en passant par un monde réel qui peine à sortir de la représentation désormais générique de la villeSoul est un miracle technique qui manque cruellement... d’âme.  

En témoigne la scène du barbier, sidérante de fluidité, de précision, et encore une fois d’accomplissement technique, mais terriblement convenue dans son découpage, son discours, et les interactions entre ses personnages. Comme si le studio ne pouvait plus proposer que de solides mises à jour de ses exploits d’hier. Ainsi, il ne suffit pas de modéliser à la perfection la fourrure d’un chat pour nous faire oublier la médiocrité de son design ou la dimension fonctionnelle de son écriture. 

Ce constat vaut aussi pour la narration. À la manière de Rebelle, le scénario opère à son mitan un retournement certes malin (et inattendu), mais qui va soudain contraindre l’intrigue à changer un peu de braquet, la rendant souvent beaucoup trop superficielle. Et on s’agacera plus d’une fois de voir le film traiter ses meilleures idées par-dessus la jambe, à la manière de l’âme torturée d’un trader qu’on transformera en trois coups de cuillère à pot en humaniste patenté (venant d’une multinationale telle que Disney, qui vient de sacrifier le cinéma à ses actionnaires, la pilule est amère). 

 

photoDangers de l'ecstasy

 

COULEZ MES LARMES, DIT L’ACTIONNAIRE 

Et plus généralement, malgré la malice de ses idées, les trouvailles qui se succèdent manquent toutes d’aboutissement. Plus encore que dans Vice-Versa, la profondeur des thématiques se heurte à la rapidité de l’exécution, au grand-écart kamikaze d’un projet qui veut bouleverser les grands et éveiller les petits, tout en s’ouvrant sur la mort de son héros. Un point de départ assez affolant, qui sera finalement miné par un discours tristement convenu sur l'existence et l'inspiration, invraisemblablement contredit par un épilogue qui n'assume soudain plus la dimension funèbre et tragique de son récit.

 

photoAnd all that jazz...

 

Énième film de Pixar à nous parler de la mort, de la nécessité des adieux et de l’abandon, Soul arrive deux ans après le renvoi de John Lasseter, chef d’orchestre et créateur du studio, écarté dans le sillage de MeToo, suite à de nombreuses accusations de harcèlement sexuel au sein de l’entreprise. Lasseter était connu pour avoir installé au sein de Pixar et entre ses metteurs en scène un système d’émulation créative réputé. On se demande si la firme à la lampe est encore capable de transcender son propre programme. 

Une nouvelle fois, l’impression d’assister à un requiem imparfait prédomine, comme si cette équipe naguère géniale ne pouvait plus qu’observer, de loin, sa propre dissolution dans l’empire Disney, et nous encourager à lui faire ses adieux. Une mise en perspective qui touche, passionne, mais témoigne aussi de profondes imperfections de cet ambitieux projet. 

Soul est disponible sur Disney+ depuis le 25 décembre 2020

 

Affiche us

Résumé

Miracle technologique et proposition plastique souvent ambitieuse, Soul souffre d'une direction artistique hésitante et de son incapacité à tout à fait assumer son sujet et ses thématiques.

Autre avis Alexandre Janowiak
Dans la lignée de Vice Versa et Coco, notamment dans ses thématiques (les émotions, le deuil), Soul est surtout un voyage introspectif de Pixar : l'histoire d'un studio un peu perdu et déprimé qui espère retrouver son âme pour mieux renaître. Touchant, entraînant et exaltant.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.6)

Votre note ?

commentaires
Simon Riaux - Rédaction
01/02/2021 à 16:22

@Camille

Après de longs mois à ourdir un plan diabolique afin de faire passer Geoffrey pour quelqu'un qui n'aime rien, je constate mon échec, non sans amertume.

Geoffrey Crété - Rédaction
01/02/2021 à 16:13

@Camille

On vous conseille d'aller regarder les autres critiques, parce qu'on est plusieurs à écrire ;)
(Et être accusé.e.s de ne jamais rien aimer, de ce côté c'est assez équitable)

Camille
01/02/2021 à 16:07

Écran large, prenez une bonne résolution pour l'année 2021 :
Arrêtez de donner toutes les critiques au même journaliste. Il aime rien !

ça me soul ........
26/01/2021 à 12:53

Tellement décevant ..................... Pour un film d'animation qui apriori est censé parlé du jazz c'est une sacré déception. Le monde des âmes comme les âmes sont ridicules et pas particulièrement beau à regarder. Je crois même que Casper était mieux réalisé début des années 90 ! Pour le côté musique, c'est très faible là aussi mais il fallait vendre aussi une bande originale alors ont fais chanté une star qui reprend un morceau bien connus pour être sur d'en vendre un max. Je suis assez étonné de voir le gros coup médiatique sur ce film qui reste plutôt lambda et d'entendre même sur la radio T.S.F de vendre ça comme un bijoux ........... ça ressemble à une grosse com car c'est pas terrible au fond et effectivement je m'en faisait une joie, de plus par la grosse publicité autour très prometteuse...... Et l'histoire est vraiment naze ......... Wall-E est un bijoux mais soul c'est de la barquette de grande surface.

Tetsuo1er
22/01/2021 à 16:07

Ce film d'animation (et non dessin animé) est une pure merveille. C'est frais, il y a de l'humour, c'est graphiquement somptueux.
Je conseille à tous de ne s'attendre à rien quand il regarde une œuvre sur écran, afin de ne pas biaiser son jugement.
Cracher sur la soupe en permanence, cela apporte quoi ? Avez-vous fait des cauchemars après avoir vu ce film ?
Rythme lent ou pas ? Et alors ? Scenario ou réalisation pas assez profonde ou ceci ou cela...
Do it yourself.
Qu'est ce ça dit Soul tout simplement ?
Ne vous entêtez pas, profitez de ce (et ceux) qui vous entoure(nt), échangez, transmettez, apportez de la joie et des sourires.
Cela parait tellement simple et bêta de le dire, mais on constate encore et toujours que le monde s'éloigne de ces plaisirs simples. Tout le monde critique, juge, reproche, se plaint. Mais on a tous mieux à faire que ça ;)

Popol
18/01/2021 à 23:04

T3ff...

Il faut désactiver l' audio description dans les paramètres audio (sous titres etc..) car il semble que le film l'active par défaut.

Sinon concernant le film je suis super déçu.
Effectivement il faut aimer l'histoire afro américaine et la richesse musicale du jazz.
Les plus jeunes risquent de s'ennuyer.

L'aller retour dans le ciel des âmes est déconcertant.
On passe peu de temps dans l'histoire de la musique.

T3ff
13/01/2021 à 16:13

Très bonne réalisation, mais le fait de raconter sans arrêt ce qu’il se passe est sincèrement agaçant ! Dommage, ca gache tout !

Non.
12/01/2021 à 11:44

Kyle Reese @Dwigt, pour vous éclairer brièvement. Aucun harceleur ne mérite de film à son sujet, intelligent ou non, et se doit justement de faire l'objet d'un jugement - que vous dites "moral lourdingue", qu'il serait plus juste de qualifier de nécessaire. Il serait injuste de traiter son histoire avec finesse et nuance quand la façon dont il traite ces collaboratrices est aux antipodes de ces mots. Quant à ce qui l'a fait sombrer malgré son succès et son talent, c'est tout simplement son inélégance et sa mauvaise éducation, sa bêtise générale. Quant à l'aspect psychologique, il y a de bonnes définitions en cherchant "agresseur", "harcèlement", "prédateur sexuel". Mais rassurez-vous, il n'a pas sombré longtemps, il est à nouveau à la tête d'un grand studio et pourra de nouveau nous ravir de ses belles histoires, et ravir ses collègues de longues étreintes indésirées et de remarques ô combien délicates sur leur physique...

Mcnulty
10/01/2021 à 15:47

Visuellement, graphiquement il n’y a rien à dire, ça vaut le détour, et ça fait du bien. Concernant le propos, les intentions sont là (accepter sa mort, son égocentrisme, ses défauts, ...) mais leurs réalisations manquent effectivement de singularité et de courage.

Lolo
01/01/2021 à 23:50

Qu’est ce que vous aimez sur ce site ? Rien !
Ce site n’est plus une référence :D

Plus
votre commentaire