Le Règne des Supermen : critique multi héroïque

Christophe Foltzer | 21 janvier 2019 - MAJ : 21/01/2019 10:44
Christophe Foltzer | 21 janvier 2019 - MAJ : 21/01/2019 10:44

Sorti en août dernier en vidéo, La Mort de Superman tentait de réadapter l'histoire la plus importante de tout le DCverse. Mais il manquait encore une bonne partie pour vraiment mesurer toute l'ampleur de la tâche à accomplir. Un écueil que vient aujourd'hui corriger Le Règne des Supermen.

UN "S" QUI VEUT DIRE SUPERMEN

Le Règne des Supermen ne s'embarrasse pas du superflu et compte sur la fidélité de son spectateur pour entrer directement dans le vif du sujet. Quelques semaines après le terrible combat contre Doomsday, Superman est mort et la Terre est en deuil. La Justice League, privée de son leader, est en perte de vitesse et les proches de l'Homme d'Acier ne savent pas comment ils vont pouvoir surmonter cette terrible perte.

C'est dans ce contexte qu'apparaissent plusieurs successeurs potentiels. Tous ont un lien avec Superman et certains d'entre eux clâment qu'ils sont le vrai. Alors que la Terre fait face à une nouvelle menace, les masques vont tomber et Lois Lane se met en tête de découvrir la vérité sur ces mystérieux sauveurs. Avec peut-être à la clé ce qu'elle espère plus que tout au monde.

 

photoSuperman ?

 

On ne le dira jamais assez, si la division cinéma de DC patauge dans la semoule, même si on sent une petite amélioration ces derniers temps, la branche animation a le vent en poupe et maitrise son sujet. Preuve en est une nouvelle fois avec ce Règne des Supermen.

Si la seconde partie du récit du comics était la plus loufoque et inquiétait dans le contexte d'une adaptation tant elle en appelait à notre suspension d'incrédulité, il apparait immédiatement que l'équipe a fait les bons choix pour le film. En virant ce qui semblait trop exagéré, renforçant les thématiques profondes du récit tout en se permettant un parallèle plutôt judicieux avec le monde tel qu'il est aujourd'hui.

 

photoSuperman ?

 

Tout en conservant son masque pop-culturel, Le Règne des Supermen nous offre en effet une grille de lecture plutôt inattendue sur le statut de super-héros et la société actuelle. La grande intelligence est cependant de ne jamais l'asséner à son spectateur, lui laissant le choix d'adhérer au parti-pris ou de considérer le film comme un simple divertissement.

Pourtant, il parait évident que le métrage n'est qu'une parabole des sociétés occidentales et du tournant dur et potentiellement fascinant que nous empruntons à l'échelle globale. Privée de son protecteur, l'Humanité se cherche un nouveau leader et, désespérée tout autant que dénuée de confiance en elle, elle se tourne vers la personnalité la plus sécurisante et la plus séduisante. Résultat, en croyant oeuvrer pour son propre avenir, elle s'enferme dans une prison autoritaire qui ne peut que constituer les prémices d'un asservissement terrible.

 

photo SupermenSuperman ?

 

Les héros d'antan disparaissent, les valeurs sont perverties et les foules se soulèvent dans un instinct de survie qui leur échappe. Tout ceci, Le Règne des Supermen le montre avec brio, sans jamais le surligner toutefois et on l'en remercie. Le film en profite également pour livrer une petite réflexion sur la marchandisation des symboles, pop-culturels ou non, et présente un petit aspect anti-libéral qu'on ne pensait pas trouver dans une production DC.

Qu'on le prenne sous l'angle du divertissement ou de la critique politique et humaine gentillette, Le Règne des Supermen impressionne par son discours légèrement engagé, par la réflexion qu'il nous propose tout en nous proposant une intrigue riche en rebondissements, menée tambour battant, avec des personnages plutôt fouillés et des motivations qui tiennent la route. Sur ce plan-là, Le Règne des Supermen est un excellent spectacle hautement recommandable.

 

photo SupermenEnfin le vrai Steel

 

SUPER CONTREFAÇON

Malheureusement, le film pêche déjà plus sur le plan technique. Si la direction artistique est intéressante, inspirée toute autant que déférente au style habituelle des productions DC, Le Règne des Supermen montre les mêmes carences que les précédentes productions.

Une mise en scène un peu plate mais qui fait le job, des choix de cadres fonctionnels sans plus hormis deux ou trois plans plus inspirés que les autres et qui retiennent l'attention. Enfin, une animation moyenne qui ne s'embarrasse malheureusement pas des quelques séquences spectaculaires que l'on pouvait trouver dans le premier film.

 

photoUne Ligue un peu dépassée

 

S'il déçoit dans la forme, Le Règne des Supermen conquiert son spectateur dans le fond et se positionne comme l'une des toutes meilleures adaptations d'un récit DC en dessin animé, voire tout court. Respectueux de son matériau d'origine, le trahissant dans son intérêt, éliminant l'inutile et le grotesque pour y ajouter un point de vue passionnant, le film réactualise le mythe de Superman, lui redonne une place naturelle à notre époque tout en nous permettant de réfléchir à la portée de nos actions.

On ne s'attendait pas à ça, nous avons passé un très bon moment et on se plait à rêver que Warner et DC se rendent compte de l'or qu'ils possèdent entre leurs mains et demandent aux scénaristes des direct-to-vidéo de prendre en charge les adaptations cinéma. Ce serait d'ailleurs la meilleure chose à faire pour contrer Marvel car, là, ils ont tout ce qu'il faut pour passionner tous les publics sans tomber dans la copie conforme et désincarnée.

 

visuel DVD

Résumé

S'il n'est pas très impressionnant sur le plan technique, Le Règne des Supermen surprend par la profondeur de son histoire, ses personnages travaillés et ses thématiques actuelles. Assurément l'une des meilleures adaptations à ce jour. Disponible en vidéo et VOD dès le 6 février.

commentaires

Christophe Foltzer - Rédaction
22/01/2019 à 18:31

@Number 6 :

Cet aspect n'est absolument pas traité dans le film. On reste vraiment sur Metropolis et les Supermen mis à part 2-3 séquences consacrées à la Justice League.

Number6
22/01/2019 à 13:52

SPOILER EVENTUEL


est ce que Mongul détruit la ville de Hal Jordan? Dans le comics, Mongul faisait équipe avec un faux superman. Ce qui a donné Emerald Twilight, que j'aimerais voir non seulement en animé pour voir Jordan contrôlé par Parallax, mais surtout donner l'idée à ces couillons de Urban qui n'ont tjrs pas sorti Emerald Twilight en VF

Christophe Foltzer - Rédaction
22/01/2019 à 10:42

@Delicatesstef :
Perso, je destinerai davantage le film à un public de jeunes adolescents déjà bien en phase avec l'univers DC, mais pourquoi pas. Le film est divertissant mais risque de lui passer un peu au-dessus par les thèmes qu'il aborde et le ton résolument différent des Avengers.

@Grift :
Le film couvre quasiment tout l'arc "Death of Superman".

Delicatesstef
22/01/2019 à 10:08

J'attendais cette suite pour regarder Death of Superman.

Question : pensez-vous que je peux le regarder avec un petit de 9 ans qui a vu (et connait par cœur) tous les Marvel?

galetas
21/01/2019 à 19:49

Si ma mémoire n'a pas failli , mon cher Grift, l'histoire se conclue par le coming out de
Clark KENT avec le séduisant lex LUTHOR et son recrutement dans les gilets jaunes.
Ah décadence de nôtre époque.

Grift
21/01/2019 à 19:06

Compliqué de répondre à ca sans spoiler mais je pose la question quand même. L'histoire va jusqu'ou dans la chronologie des comics ?

Number6
21/01/2019 à 10:54

Steelbook commandé hier.

C'est vrai que la forme n'est pas la chose à retenir des adaptations style new52. Manque de textures, villes vides, trop carrés et propre. C'est ce que j'ai tjrs plus ou moins reproché au film après Flashpoint. Sauf exception le wtf Batman Ninja qui m'a techniquement bluffé, notamment dans sa partie "peinture". Dommage

votre commentaire