Horse Soldiers : critique qui tire dans le tas

Simon Riaux | 24 mai 2020 - MAJ : 10/06/2020 12:46
Simon Riaux | 24 mai 2020 - MAJ : 10/06/2020 12:46

Jerry Bruckheimer, maître du boum-boum sur grand écran (Bad Boys, Armageddon, Les Ailes de l'enfer...), produit Horse Soldiers de Nicolai Fuglsig, avec Chris Hemsworth Autant dire qu’on s’attend forcément à un gros film de guerre spectaculaire comme il faut. Et de ce côté-là, pas de quoi s’inquiéter. Mais cela suffit-il à traiter d’un sujet aussi épineux que la réponse américaine au 11 septembre ?

 

C’EST PAS TROP MA GUERRE

Le cinéma américain a parfois l’habitude de traiter d’une défaite humaine ou militaire, pour mieux la maquiller en victoire. Mais ce qui faisait le sel et l’insenité d’un film comme Apollo 13, semble curieusement hors de propos dans Horse Soldiers. Il est ici question de douze membres des Forces Spéciales envoyés, quelques semaines après l’attaque contre le World Trade Center de 2001 derrière les lignes ennemies afin de soutenir l’aviation américaine, qui échoue alors à atteindre les Talibans lors de ses pilonnages aériens.

Et le film de se vautrer avec une insistance déplaisante dans tous les clichés possibles et imaginables, avec un sérieux papal. De l’accomplissement masculin dans le sang (voire l’importance symbolique pour le personnage de Chris Hemsworth de sublimer le guerrier qui sommeille en lui), à la caractérisation animalo-diabolique de l’ennemi, sans oublier les punchlines en carton qui renardent bien du canon, absolument tout y passe.

 

Photo Chris HemsworthChris Hemsworth

 

Une forme de paresse idéologique et narrative d’autant plus agaçante que le film se penche sur un épisode qui ne manque pas de pertinence. En effet, cette unité, obligée de collaborer avec des troupes afghanes, illustre en creux l’inanité des stratégies occidentales sur place et en Irak, où l’occupation aura été préférée à l’alliance. Mais plutôt que d’adresser la boucherie qui suivra les évènements dépeints dans Horse Soldiers, le réalisateur Nicolai Fuglsig a bien du mal à s’attarder sur les frères d’armes de ses héros américains, et affaiblit encore le discours d’ensemble.

 

Photo Chris HemsworthL'Amérique vs les sauvages

 

L’ODEUR DE L’HUILE DE PALME AU P'TIT MATIN

Si le film échoue à s’élever au-dessus du bavoir pour néo-con en mal de récit mythologique dyslexique, il sait faire bon usage de son casting. Exception faite d’un Michael Peña qui tente de rentabiliser le pot de créatine qu’on lui a offert pour son Noël, tout le monde est parfaitement à l’aise avec la partition du film de guerre à l’ancienne.

 

Photo Michael ShannonMichael Shannon

 

C’est notamment le cas de Chris Hemsworth, dont une nouvelle fois la prestation en appelle à l’âge d’or hollywoodien, et suffirait presque à elle seule à assurer la parenté avec Les Cavaliers de John Ford, auquel Horse Soldiers aimerait bien faire de l’œil - le titre français est d'ailleurs un hommage appuyé puisque Les Cavaliers s'appelle The Horse Soldiers en VO. Son charisme, sa force tranquille et l’aura qu’il insuffle à ses hommes, Michael Shannon en tête, confèrent à l’ensemble un certain charme rétro.

Quant aux scènes d’action, un manque de lisibilité les rend inégales, mais Nicolai Fuglsig parvient néanmoins, notamment lors de la dernière partie du film, à donner à l’ensemble quelques belles poussées guerrières et dramatiques. Le tout fleure bon la cordite, les shrapnels volent, les corps fument et les chevaux hennissent, nous renvoyant aux heures de gloire d’un genre tombé en désuétude ces dernières années. Les nostalgiques apprécieront.

 

Affiche française

Résumé

Horse Soldiers voudrait lancer des oeillades à John Ford, mais finit par faire du pied à Rambo III.

Lecteurs

(3.1)

Votre note ?

commentaires

Rudy Mako
28/05/2020 à 03:01

Film plutôt sympa, calquant ceux sur le Vietnam. Un 5/10. Propagande us, on est les plus forts. Ok ! Et Chris charismatique dans son rôle de héros sublimé par sa mission

Frère Sourire
26/05/2020 à 07:03

Le film semble si mauvais que mr Riaux en a perdu son français

jorgio6924
24/05/2020 à 20:44

@johnspartan
Vous avez une amende d'un crédit pour infraction au code de moralité du langage !!

johnspartan
24/05/2020 à 20:04

et alors, il est super Rambo 3

Flash
24/05/2020 à 19:33

Ça me rappelle un peu les films de la cannon avec un peu plus de budget. Pas désagréable à regarder, mais très cliché et vite oublié.

Mike
11/08/2018 à 13:12

Dialogues déplorables dignent d'un Western relatant la civilisation farWest des années 1850 . . .

Certes, créer des soldats, et faire "la guerre" peuvent dépasser pas mal l’entendement mais ce n'est pas une raison pour financer de tels navets . . . Mêmes si les costumes et le matériels semblent plutôt recherchés . . . Je ne comprends pas que l'on autorise à aborder des sujets aussi graves avec autant de médiocrité . . .

Bubu
04/02/2018 à 16:45

Vive rambo.3

R90
01/02/2018 à 10:44

@Gage

Des caisses ? Qui en fait des caisses ?
La critique ? Ben c'est une critique, c'est leur job. Pour "bouffer", pour parler des films qui sortent. Et voilà.

Sanglant
01/02/2018 à 10:21

Pour les assoiffés d'horreur ! Insupportable...

Gage
31/01/2018 à 23:20

Juste un film alimentaire, inutile d'en faire des caisses.
Vous bossez pas pour bouffer vous ?

Plus

votre commentaire