The Walking dead saison 5 épisode 12 : Home sweet Home ?

Noëmieb | 2 mars 2015
Noëmieb | 2 mars 2015

Depuis deux saisons, nos survivants n’ont plus de toit sur la tête. Après de nombreuses rencontres dès plus dangereuses, il est impossible pour eux de différencier le bien du mal. Alors forcément, quand ils débarquent dans un village enchanté nommé « Alexandria », où tout est beau, tout le monde est gentil : la méfiance est de mise.

Dans l’épisode précédent, le groupe de survivants a fait la rencontre d’Aaron. Le jeune homme avait pour mission de ramener du monde dans sa communauté. Nous les avions quittés aux portes d’Alexandria. D’après les descriptions d’Aaron, paix et bonheur se cachent derrière ces larges murs. De belles paroles qui n’ont pas tardé à titiller les oreilles de nos héros, impatients de connaître un sommeil paisible. Mais Rick (Andrew Lincoln), fidèle à lui-même, n’a pas baissé sa garde… jusqu’à entendre les oiseaux et les cris joyeux d’enfants.      

 

 

Un monde meilleur

À première vue, Alexandria a tout d’un doux rêve. Les maisons sont grandes, les fleurs sont belles, les habitants sont gentils et l’eau coule des robinets. En somme, une bonne nouvelle pour le groupe de survivants, peu habitué à tant de confort. Mais communauté organisée rime forcément avec règles imposées. Tous ont dû lâcher leurs armes à l’entrée, ordre de la maîtresse des lieux, Dianna Monroe. Un personnage inexistant dans les comics.

Alexandria y était dirigée par Douglas Monroe, ancien politicien au bon fond, mais bien incapable de protéger sa communauté contre les tensions et menaces qui pèsent sur elle. Les producteurs ont visiblement choisi de créer un personnage plus rassurant, presque maternel. Néanmoins, un monsieur Monroe, Reg, est bien cité.

Cette différence indique peut-être que les scénaristes veulent nous proposer autre chose que l'issue présentée par l'oeuvre originale, à savoir la confrontation sanglante entre Rick et Monroe sur fond d'invasion massive de zombies. Un choix qui pourrait permettre au show de retrouver un peu de sang frais.

Pour l’heure, nos héros s’installent dans leur nouveau logis. Une tâche plus difficile que prévue. Rick choisis de garder sa famille avec lui, au rez-de-chaussée d’une énorme maison. La place ne manque pas, mais la peur d’un assaut en pleine nuit est vivace.

 

 

Petit à petit, ils s’habituent au rythme des lieux. Sauf Daryl (Norman Reedus), toujours sale, incapable de retrouver ses réflexes d'individu civilisé, tel un sauvage. On le connaissait renfermé et chasseur dans l’âme, mais dans ce dernier épisode, son caractère carnassier fait tache. Le ridicule de la scène de dépeçage furtif en est le parfait exemple.

Mèches sur les yeux, boue sur les joues et dodo devant la porte… Daryl fait peine à voir. Espérons qu’il reprenne du poil de la bête avant la fin de la saison car ce personnage reste important depuis le début. À moins que l'intrigue ne lui réserve un sort funeste et ose l'amener au bout de sa trajectoire en le faisant plonger totalement dans la barbarie. En l'état, il pourrait bien devenir le grain de sable qui va gripper la trop belle mécanique d'Alexandria, sans compter que ses compagnons pourraient être tragiquement obligés de se séparer de lui.

L’étoile du shérif

Côté Rick, la situation s’adoucit grâce à une femme, Jessie. Blonde, jolie et coiffeuse, la jeune femme semble aider Rick à prendre ses marques. Une nouvelle amitié qui est loin de plaire à l’époux de cette dernière, aperçu en pleine nuit par Rick. Un homme que les producteurs veulent garder dans l’ombre les producteurs. Pour le moment.

Mais il est loin d’être le souci de Rick, sa vie prend un tour plus normal grâce à l’attribution d’un travail. Sans grande surprise, il redevient gardien de la paix. Michonne (Danai Gurira), heureuse depuis son arrivée à Alexandria, a aussi la chance de rejoindre l’équipe du shérif. Une belle preuve de confiance qui permet à Rick de retrouver le sourire.

 

 

Désormais propre et rasé de près, il finit par baisser sa garde tout en gardant un œil ouvert sur ses nouveaux voisins. Pour lui, la communauté va devoir s’habituer à son groupe, et non l’inverse. Sous peine de quoi, ils prendront le pouvoir. Une promesse que l’on espère tenu afin de redynamiser la fin de saison. Car si la vie de nos héros devient paisible, la série n’a plus lieu d’être. Les chamailleries entre nouveaux camarades et les naissantes amourettes ne pourront pas assurer le show.

Où sont les hordes de morts-vivants ? Les chasses du petit matin ? Le groupe des Sauveurs fera-t-il son entrée ? À l’approche de la fin, Walking Dead s’épuise, comme ses personnages. Mais les intrigues sont encore nombreuses, reste à savoir si les scénaristes vont piocher dans les comics pour réveiller la série. Une idée qu’il faudrait étudier car pour le moment, le suspense patine. 

Tout savoir sur The Walking Dead

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
AJ
03/03/2015 à 11:54

Relisez-vous avant de poster vos articles, on y dénombre de plus en plus de fautes de frappe, de syntaxe, etc. C'est insupportable ! C'est le minimum requis pour un journaliste.

Louig
02/03/2015 à 23:57

Vu l'annonce de fin de saison dans un précédent article je doute que ça se finisse bien ... et c'est tant mieux ^^
Le flingue disparu et la gamine qui fugue n'augurent que du sang et des tripes.

votre commentaire