The Flash : les ingrédients d'une réussite éclair

Jacques-Henry Poucave | 12 décembre 2014
Jacques-Henry Poucave | 12 décembre 2014

L’heure est arrivée pour The Flash de partir en vacances. A l’occasion de la diffusion et du succès de son neuvième épisode de mid-season, nous revenons sur les recettes d’une éclatante réussite.

Identifier la cible

Là où Arrow souffre de devoir conjuguer la dimension badass de son héros et les exigences d’une production tout public, The Flash est en parfaite adéquation avec son audience.

Accessible et naïve, la série est un show pour jeune public qui s’assume comme tel. Soit tout l’inverse d’un Gotham, prisonnier de la noirceur de son univers, que le show tente désespérément d’amoindrir.

Vitesse Lumière

On a d’abord craint de voir la série multiplier les épisodes uniques, présentant chacun leur tour un antagoniste, au risque d’installer une certaine routine. En réalité l’intrigue principale a su revenir en force et cette technique a permis d’installer rapidement un univers cohérent et excitant.

On a ainsi pu découvrir quelques personnages savoureux, tel celui interprété par Wentworth Miller, qu'il nous tarde de retrouver.

Les personnages

On pourra les trouver un peu niais, naïfs, voire gentiment cliché. Il n’empêche, tous ont de la personnalité, chacun fait face à divers conflits et tous jouent un rôle qui va bien au-delà du faire valoir fonctionnel.

Soit la preuve que l’originalité ne compte pas toujours autant qu’un travail soigné et une écriture maîtrisée.

Les comédiens en son pas en reste, et "Flash" Grant Gustin compose un héros à la fois enthousiaste, vulnérable et fédérateur, dont la maladresse et l'innocence ne sont pas sans rappeler la fraîcheur d'Andrew Garfield.

Gros pouvoirs, gros budget

On attendait The Flash au tournant, mais force est de constater que la série en jette visuellement. Pas évident pourtant de remettre au goût du jour un héros un peu kitsch, doté d’un pouvoir exigeant des effets spéciaux de qualité, au risque de se planter.

Techniquement, aucun épisode n’a réellement à souffrir la comparaison avec le grand écran. The Flash n’est pas la première série réussie se penchant sur les super héros, mais elle est peut-être la première à prouver que le format peut donner dans le divertissement intense plus que dans le soap.

 

Un super méchant par épisode !

Engendrés comme Flash par l'explosion de l'accélérateur de particules construit par le Professeur Harrison Wells, ceux que la série appelle méta-humain se succèdent épisode après épisode. Accompagné de leur cortège de super pouvoirs (et d'effets spéciaux), ils garantissent le spectacle. Parmi les plus réussis : Kyle Nimbus, Plastique, Captain Cold, Bette Sans-Souci, Blackout, Firestorm, et bien entendu le très mystérieux Man in Yellow suit.

 

Bien sûr The Flash n’a pas les ambitions formelles d’un True Detective, l’écriture d’un Fargo ou la profondeur des Leftovers. La série entend simplement s’imposer comme une création teenage à base de comics, à l’heure où la concurrence super héroïque bat son plein.

En identifiant clairement sa cible, en nous proposant des personnages écrits, le tout enrobé dans une nuée d’effets spéciaux aboutis, le show parvient sans mal à dépasser quasiment toute la concurrence, y compris Arrow, qu’on pensait indétrônable avant un bon moment.

Tout savoir sur Flash

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
T2000
12/12/2014 à 23:33

Purée ! retournement de veste chez haters de cette série. On nous avait promis un échec prévisible ... et là c'est le carton !!!

La Rédaction - Rédaction
12/12/2014 à 14:49

Article très juste. Bonne série d'avant dodo. Jamais décevant, jamais vraiment surprenant. Perso un peu cons mais attachants
On en a pour notre argent.

Ghob_
12/12/2014 à 14:14

Plutôt d'accord avec cet article, mais qui me laisse également un peu perplexe sur la cohérence éditoriale du site, qui casse du super-héros une fois sur deux dans ses brèves.
Mais concernant Flash, oui c'est en effet du bon boulot et ça reste la série super-héroïque la plus attrayante visuellement en ce moment... pour le reste, on évite pas une certaine niaiserie, mais c'est aussi le propre de la chaîne et de la cible visée.
C'est sûr, on est loin de Gotham...

votre commentaire