Lena Dunham, showrunner de Girls, accusée d'avoir harcelé sexuellement un bébé

Jacques-Henry Poucave | 3 novembre 2014
Jacques-Henry Poucave | 3 novembre 2014

Que Lena Dunham, créatrice de la série Girls, ne soit pas particulièrement appréciée des néo-conservateurs américains et autres chasseurs de sorcières, compte tenu de son discours franc et tranché en matière de féminisme et de sexualité, n'est pas une surprise. Mais on ne s'attendait pas à la bassesse de l'attaque de TruthRevolt.

Ce site a publié un article à la virulence extrême, où l'artiste est accusée de harcèlement sexuel sur la personne de sa petite sœur, à une époque où cette dernière était encore un bébé. Toutefois, rien n'indique qu'il s'agisse là d'une nouvelle affaire de mœurs, l'affaire évoquant plutôt une manipulation des plus ignobles.

Les accusateurs de Lena Dunham s'appuient en effet sur des extraits de son autobiographie, dont elle s'apprêtait à entamer la promotion, avant que cette polémique ne l'en dissuade. D'après TruthRevolt, le texte de Dunham contiendrait en ceux des avœux d'attouchements.

L'actrice et scénariste révèle en effet dans Not that kind of Girl qu'enfant, intriguée par son sexe, elle aurait longuement observé celui de sa petite sœur, alors âgée d'un an. Autre passage incriminé, celui où elle raconte s'être masturbé tandis que cette même petite sœur dormait à ses côtés.

Pourtant, les mots de Dunham laissent peu de place à l'interprétation quant à la dimension enfantine, relevant strictement de la curiosité (et non de sexualité à proprement parler, encore moins d'abus), des scènes qu'elle se remémore.

« Un jour, pendant que je m'amusais avec des sceaux et des cubes, assise dans notre alléé de Long Island, m'a curiosité l'a emporté. Grace était posée juste là, souriant et babillant. Je me suis penché entre ses jambes et j'ai ouvert son vagin. »

On reconnaît bien là le terrible récit d'un crime sexuel aux limites de l'insoutenable.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Jacques l'empailleur
04/11/2014 à 14:22

Mais qu'en pense Durendal ?

Hélène Hémeurtre
03/11/2014 à 21:33

Il y a une haine hallucinante envers Lena Dunham, probablement parce qu'elle a du succès, du talent, pas la langue dans sa poche et (la pire offense) qu'elle n'entre pas dans les canons de beauté approuvé par la majorité des mecs.

Dirty Harry
03/11/2014 à 20:38

Purée et ils en sont à défendre cela juste pour courir derrière leur brevet d'ouverture d'esprit. Bravo écran large, pas besoin d'être un "ultra conservateur" (sous entendu un sous humain sans dignité ?) pour s'apercevoir qu'un pervers est un pervers et que le bas-ventre n'est pas l'alpha et l'omega dans la vie sauf pour les obsédés mais bon, pour ceux qui vivent au fond du puits, le ciel est toujours de forme ronde n'est ce pas ?

votre commentaire