Le producteur de Star Trek : Discovery s'explique sur les problèmes de continuité de la série

Créé : 14 janvier 2019 - Christophe Foltzer
Christophe Foltzer | 14 janvier 2019
photo, Star Trek : Discovery saison 2, Star Trek : Discovery saison 2
142

Quand la série Star Trek : Discovery a été annoncée, les fans de la saga ont immédiatement mouillé leur pantalon. Enfin, elle allait revenir sur le petit écran. En plus, c'était pour les 50 ans de la franchise, donc ça ne pouvait qu'être excellent.

Et puis, en fait, les choses ne se sont pas déroulées comme prévues. Si la série a bel et bien été diffusée, c'était avec un peu de retard et un changement de showrunner, Bryan Fuller n'ayant pas eu les coudées franches pour nous offrir la série qu'il avait en tête. En plus, la première saison a été pas mal critiquée sur la longueur par les fans tandis qu'elle posait quelques petits problèmes de continuité par rapport à ce qui existait déjà.

 

photo, Sonequa Martin-Green, Star Trek : Discovery

 

Alors que la saison 2 s'apprête à atterrir, le producteur Alex Kurtzman s'est saisi du micro d'Entertainment Weekly pour préparer le terrain et rassurer les fans sur le statut canonique de Star Trek : Discovery qui, on le rappelle, est censé se passer 10 ans avant la série originale.

"Nous passons beaucoup de temps à parler de ce qui est canon ou non et il y a des gens qui sont là spécialement pour nous dire quand nous faisons une erreur. J'ai pourtant remarqué, quand on m'a questionné sur les romans graphiques et les comics, qu'avec plus de 50 ans d'existence, il était relativement impossible de rester totalement constant avec le canon parce que Star Trek a connu des années très creuses et d'autres très remplies, parce qu'un nombre impressionnant d'auteurs ont essayé de combler les trous de ces années creuses pour raconter ce qui était arrivé à tous les personnages que l'on aimait pendant l'absence des séries. Au final, ils ont inventé beaucoup de choses et, aujourd'hui, nous nous retrouvons face à tout ça, qui est considéré comme canon.

 

photo, Anson Mount, Star Trek : Discovery

 

C'est la meilleure version de l'histoire qui doit guider le reste. Mais déterminer la meilleure version est quelque chose de très subjectif. C'est pour ça que nous avons autant de voix dans l'équipe des scénaristes, avec tant de points de vue différents. On cherche à écrire une histoire très nuancée qui prenne en compte le maximum de ces voix et une grande partie de mon travail consiste à écouter les différents auteurs.

Avec Star Trek, on a envie de tester des idées au grand jour. Mais dès qu'on le fait, on a la moitié des gens qui adorent et l'autre moitié qui veut nous pendre. Sur Internet, on nous demande souvent pourquoi on ne tente pas quelque chose de totalement nouveau, pourquoi est-ce que l'on regarde toujours en arrière. En vérité, on peut faire les deux. Star Trek a toujours fait les deux. Bien sûr, l'objectif premier de Discovery est de raconter une nouvelle histoire avec de nouveaux personnages et cela signifie passer outre la moindre demande consistant à s'intégrer dans 50 ans de comics, de films et de séries.

 

photo, Anson Mount, Star Trek : Discovery

 

Quelque part, on joue constamment avec le feu en essayant de raccorder les wagons avec les éléments originels comme le Capitaine Kirk et Spock. A partir du moment où on trouve une bonne histoire à raconter, cela n'a aucune importance que le pont du vaisseau ressemble moins à ce que l'on voyait dans la série des années 60. Il y a un compromis à faire pour que l'on puisse faire quelque chose qui fonctionne dans la télévision moderne, même si ce n'est pas parfaitement canon."

Et c'est vrai que la nouvelle série n'a jamais été présentée comme quelque chose de 100% déférent au matériau d'origine. Au contraire d'ailleurs, on nous l'a montrée comme une série capable de repousser les limites, d'explorer de nouveaux endroits et de nouveaux concepts alors on ne va pas se plaindre maintenant qu'elle prenne des libertés. Pour une fois qu'on nous donne quelque chose de cohérent avec l'annonce... Rendez-vous à partir du 17 janvier pour en découvrir les nouvelles aventures.

 

photo, Star Trek : Discovery

commentaires

Qualopec
17/01/2019 à 15:32

@Lecteur drôle

Redescendez donc de votre nuage d'ego mon vieux, ça va vous étouffer à force. Ca transpire à chaque message malgré votre belle politesse d'usage. En tout cas, c'est amusant à suivre dans un premier temps.

Je n'ai pas "besoin" de défendre quiconque : vous êtes juste sur un espace d'échange ici, donc comme vous "attaquez" Kurtzman avec votre avis (je dis bien "avis"), je réagis. Avec un avis et un point de vue. C'est le principe de la communication. Rangez donc vos étiquettes et votre boîte à outil censée vous grandir.

Visiblement vous paradez avec le désir quasi primaire d'avoir le dernier mot, et lisez tout aussi mal que moi apparemment vu ce que vous ressortez de mes mots - donnant lieu à un gros morceau qui me semble HS aussi. Prenez donc mon absence de réponse véritable comme une marque de mépris silencieux à ce genre de dynamique d'échange (et d'ailleurs, je note que cette réaction est partagée par d'autres, via leur silence). Ou une simple lassitude de voir encore une impasse, avec échange de pavés qui tombent dans les puits de l'incompréhension.

Nul doute que vous prendrez ce refus ou cette réaction comme la preuve que vous avez raison, je vous laisse donc fanfaronner dans le silence ambiant.

Lecteur depuis l’origine
17/01/2019 à 13:20

erratum : en discuter

Lecteur depuis l’origine
17/01/2019 à 13:19

@Qualopec

Merci de défendre Kurtzman. Si vous le faites c’est donc qu’il en a besoin.
Kurtzman qui a signé un deal avec CBS est tenu de respecter son employeur.
Ce qui fixe le canon, ce n’est pas moi mais CBS. Comme Treker impromptu l’a bien montré.
Si vous devez le défendre c’est qu’il s’est mis lui-même dans cette situation par ses déclarations.

Ensuite manifestement, vous avez mal lu et mon message et les critiques dont vous vous réclamez.
Car votre accusation de dogme religieux à mon égard est hors de peopos. J’ai écrit en quoi l’importance du canon n’ a rien à voir avec avec une dévotion ou liturgie. Le canon n’est rien d’autre que la création d’une Histoire, d’une cohérence sociologique, scientifique, en droit, dans un univers de fiction.
La fiction en ressort grandie. Une telle propriété que possede l’univers de ST est très rare.
Et comme je l’ai dit, cette propriété n’est pas intouchable, du moment que ce que l’on propose en échange soit tout aussi bénéfique pour l’univers de fiction, et/ou pour la production télévisuelle.
L’édification d’un canon’ par CBS (et d’autres œuvres ont aussi leur canon avec leur société mère qui veille dessus) montre qu’ils pensent aussi qu’il faut donner de la cohérence et y veiller.
Au passage c’est ce même souci de veiller sur son œuvre et son canon, qui fait que Paramount a eu le droit de faire des films ST qu’avec l’engagement de le faire dans une autre ligne temporelle. Car CBS est la seule qui possède les droits.
En tout cas, on est bien loin de la religion!
Ce que je viens d’ecrire n’est rien d’autre que ce que j’ai déjà écris.
Un tel hors sujet concernant mes dires, me fait me questionner.
Peut être ai je été embrouillé. Peut être avez vous mal lu.
Ce présent message permet de bien préciser ma pensée.

Enfin, s’il y a bien une certitude, c’est que vous avez mal lu la critique que vous citez
Les dires que vous rapportez, ne sont pas ceux d’Yves Raducka mais de son camarade de critique (dont j’adore la sensibilité) Franck Mikanowski.
Je vous encourage à bien lire Yves Raducka et nous pourront ensuite discuter.

Qualopec
16/01/2019 à 22:42

@lecteur depuis l'origine

Vous citez Yves Raducka et ses analyses "complètes".
Ce Yves Raducka écrit : "Pour ma part, ce qui fait l’essence de Star Trek, ce n’est ni le design des Klingons ou de la passerelle, ni le respect absolu quasi intégriste de la continuité de la saga. Pour moi un Star Trek, c’est une série qui mixe intelligemment l’action à la réflexion. La fin d’un bon épisode doit me conduire à me poser des questions sur la problématique que le scénario a fait émerger." Il s'exprime en disant que le principal reste le fond, le sujet, les thématiques, les réflexions. Il parle notamment avec enthousiasme de ce dont parle le pilote de Discovery. Il est dans le domaine du subjectif, et on en est bien là (et pas dans une chose qui serait universelle et vous donnerait "raison", puisqu'on dirait que c'est bien votre fin ici)

Donc arrêtons de croire que ce qui est canon est une chose à religieusement respecter pour tout fan, que c'est une condition d'appréciation. Ca l'est peut-être pour vous, et grand bien vous en fasse. Mais pour d'autres, non. Et ça n'en fait pas pour autant des non-fans, moins fidèles, connaisseurs, respectueux, admiratifs.

Kurtzman a l'humilité de dire que le sujet de ce qui est canon ou pas, est vaste, et sujet à débat pour beaucoup de monde. Il dit clairement qu'il comprend et questionne et recherche avec des auteurs autour de cette question, mais ne se contente pas de suivre ce code puisqu'il cherche à raconter et créer sa vision. Cette série vous déplaît ? Ok, ça fait partie du jeu. Mais inutile de brandir ce qui est canon comme une vérité absolue, un argument définitif, alors même que beaucoup de fans ne s'en contentent pas, et que celui que vous citez l'écrit littéralement en ce sens.

Lecteur depuis l’origine
16/01/2019 à 22:13

Encore un commentaire qui a disparu !
@ la rédaction.
50% de mes messages disparus en 2 jours. Sans propos injurieux, illégaux, déplacés ou véhéments envers ceux sont ici.

En subsance, si Kurtzman est en tournée de communication pour la seconde fois.
S’il doit justifier les problèmes liés au canon, c’est qu’il nous a déjà dit il y a un an que Dis serait parfaitement aligné sur le canon.
Il y a assez d’éléments factuels pour voir que c’est faux.
Donc il revient devoir se justifier. Et ressort le même genre de com.

Pour le fond, le canon, ce n’est pas un élément pour les personnes psychorigide, pour les personnes dogmatiques, pour les sectaires, les conservateurs. C’est une cohérence importante sur 724 épisodes et sur 40 ans. C’est rarissime dans l’univers télévisuel.
C’est ce qui fait que ST est à part.
Perdre une telle identité, cela se conçoit pour obtenir au moins une caractéristique aussi singulière.
Dis est elle une série à part (de manière positive)? Non.
Kurtzman est venu dire le contraire de ce qu’il a fait réellement.
Pour quel bénéfice ? Aucun.
Dis n’a en rien agrandi l’univers. Il l’a juste rendu plus incohérent.

Gaius
16/01/2019 à 16:06

@Salvor Hardin

Je dirais plutôt : il y a des articles qui donnent une info, et d'autres, qui proposent analyse et critique. Un journaliste fait souvent les deux, ils sont complémentaires.
Ici, c'est une simple news, mais il y a eu des critiques sur cette série, qui disent des choses similaires aux articles que tu cites sur le fond et la forme de Discovery.

D'ailleurs, je trouve amusant que dans ce lien que tu donnes, ce monsieur visiblement très fan de Star Trek dit texto que le respect quasi "intégriste" des canons n'est pas du tout un critère majeur pour lui. Vu la réaction de certains à ce sujet en le citant justement...

MacReady
16/01/2019 à 00:01

@lecteur

Ravi de voir que vous vous êtes ressaisi entre "il faut reconnaître un escroc", "vous devriez réfléchir avant d'obéir aux ordres de l'attachée presse" (?), "c'est une escroquerie", et le plus poli "chacun se fera son avis" lancé par un commentateur plus averti.

Oui, l'escroquerie doit être "prouvée", du moins expliquée. Sinon, on lance des choses en montant le ton pour "gagner", on colle des étiquettes, et chacun se promène avec son avis comme un faisceau de lumière soit-disant capable d'éclairer les "autres".

Kurtzman peut aussi avoir l'envie de se distancier des règles du site officiel, et considérer que tous les romans et oeuvres autour de la saga sont une matière formidable, qui a créé une galaxie folle, passionnante, foisonnante, au milieu de laquelle le public peut se perdre (par choix, d'ailleurs).

Dans l'interview originale, il est très modeste, dit que la tache est complexe, que ce sont des discussions constantes avec beaucoup d'auteurs. Il parle de subjectivité, de décisions créatives. Il admet que chaque idée est quasi systématiquement adorée par certains, détestée par d'autres.
Il reconnaît littéralement que tout n'est pas "absolument canon". A ce stade, qui peut être étonné que toucher à Star Trek déclenche des discussions et colères ? C'est l'un de ces temples de la pop culture, que tout le monde s'est approprié, et a participé à bâtir et entretenir.

Donc parler d'escroquerie, s'emballer et conclure que celui qui écrit ça est un simple rapporteur du service presse (alors que c'est bien précisé que ça vient d'un média US et donc, que c'est juste traduit), alors même que ce Kurtzman (pour info je ne le défends pas : son CV est terrifiant) use ici de mesure, d'humilité et reconnaît ses limites...

Attention au côté donneur de leçon, je me souviens vous avoir lu sur le box-office de films, et j'avais la même sensation, parfois à l'agressive même. Vous faîtes bien ce que vous voulez, mais comme c'est ici un espace d'échange, et que j'ai eu le même sentiment à vous lire au départ.

Lecteur depuis l’origine
15/01/2019 à 23:31

Absolument Salvor Hardin.
Chacun se fera un avis.

Pour la rédaction, vous voulez que je retire escroquerie?
Très bien. Je le retire.

Que pensez-vous alors des critiques d’Yves Raducka que je viens de lire?
Elles sont assez complètes., non?

Salvor Hardin
15/01/2019 à 22:17

De toute façon, des journalistes, il y en a toutes sortes. Faut éviter de généraliser…
Certains transmettent juste une information (cas ici), d’autres analysent et portent un regard critique. Et dans cette seconde catégorie, je recommande chaudement les décryptages hyper-détaillés de chaque épisode de la série par Yves Raducka.
Ca commence là pour le premier épisode : unificationfrance.com/article50148.html
Et ça finit là pour le dernier en date : unificationfrance.com/article55464.html
Après, à chacun de décider si Discovery est une "escroquerie" ou non…

Simon Riaux - Rédaction
15/01/2019 à 17:46

@Trekkie impromptu
@Lecteur depuis l’origine

Raison garder, c'pas mal non plus hein.
Journaliste, ce n'est pas non plus être procureur. Proposer un angle ne revient pas nécessairement à proposer des accusations.

Surtout quand elles sont aussi discutables que celle d'escroquerie. Pourquoi pas intention de nuire à la pop culture tant qu'on y est ?
Que Kurtzman vous paraisse léger, incompétent, pourquoi pas, c'est un jugement qui n'engage que vous et ne peut pas avoir valeur de fait. Mais escroc franchement...

Plus

votre commentaire