Paramount+ déclare la guerre à Netflix, Disney+ et HBO Max avec des annonces inattendues

Antoine Desrues | 25 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Antoine Desrues | 25 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

La plateforme de streaming de Paramount a su se reposer sur ses franchises phares pour annoncer ses futurs séries et films.

Si elle a accusé un sérieux retard par rapport à la concurrence, Paramount+ va enfin permettre à ViacomCBS de se lancer dans la guerre du streaming. Prévue pour débuter le 4 mars 2021, cette expansion et réinvention de CBS All Access s'est néanmoins donné des moyens pour trouver sa place dans un milieu très compétitif.

En effet, la plateforme a confirmé que la plupart de ses blockbusters à venir y seraient disponibles à peine quarante-cinq jours après leur sortie en salles, comme Sans un bruit 2 ou Mission : Impossible 7.

 

 

Et au-delà de ce produit d’appel aussi désespéré que discutable, Paramount+ a malgré tout un bel héritage cinématographique, lui permettant d’offrir pas moins de 2500 films sur son service de streaming. Une aubaine pour les fans de cinéma de patrimoine, d’autant plus que la major s’est spécialisée depuis quelques années dans des éditions physiques de qualité, assurant de bons remasters en HD et en 4K à pas mal de ses classiques.

Cependant, Paramount+ a surtout profité de son congrès des investisseurs pour annoncer des créations originales qui viendront enjoliver son catalogue. Petit tour d’horizon de ce qui nous attend, entre franchises connues, remakes improbables et surprises excitantes.

 

photo Halo ReachEnfin le Masterchief sur nos écrans ?

 

Halo

Attendue au tournant par tous les fans du jeu vidéo de Microsoft, une adaptation en live-action de Halo a été lancée par Amblin Television. À l’origine prévue pour Showtime, cette série a finalement migré vers Paramount+. Elle devrait sortir courant 2022, et aura pour interprète principal Pablo Schreiber (American Gods), qui prêtera ses traits au fameux Masterchief.

 

 

Les Razmoket

Au sein du conglomérat ViacomCBS, Paramount est lié à Nickelodeon, la célèbre chaîne de télévision destinée aux enfants. Paramount+ aura ainsi des tonnes de séries pour les bambins, de Bob l'éponge à Avatar, le dernier maître de l'air.

Au passage, Paramount+ va en profiter pour diffuser un remake assez étonnant des Razmoket, création mythique des années 90 autour de bébés plus adultes qu’il n’y paraît. Si l’animation 3D laisse quelque peu à désirer, elle devrait permettre aux designs particuliers de la série d’origine de trouver un nouveau public.

 

 

Star Trek

Toujours niveau nostalgie, Paramount+ a bien l’intention de se reposer sur la franchise Star Trek. En plus d’enfin centraliser les récentes séries Discovery, Picard et Lower Decks, la plateforme de streaming va accueillir toutes les créations liées à l’univers de Gene Roddenberry, des films aux anciennes productions TV.

Par ailleurs, le service va permettre à la licence de SF de continuer son expansion, avec une série animée intitulée Prodigy, mais aussi avec Strange New Worlds, revenant sur les débuts du Capitaine Pike (aperçu dans les Star Trek de J.J. Abrams) à bord de l'Enterprise, ainsi que ceux de Spock.

 

 

Mayor of Kingstown

Avec Comancheria et Wind River, le scénariste et réalisateur Taylor Sheridan est devenu une nouvelle voix passionnante du cinéma américain, auscultant les traumas originels de son pays dans des récits aussi rudes que brutaux.

Avec l’aide d'Antoine Fuqua (Training Day, Equalizer), l’auteur va développer une série intitulée Mayor of Kingstown, dont le récit promet “d’explorer les plus grosses erreurs de l’Amérique, encapsulées dans une seule ville”. Le showrunner va pour l’occasion retrouver l’acteur Jeremy Renner. Autant dire qu’on a hâte de jeter un œil sur ce projet alléchant.

 

 

Frasier

Véritable trésor de la sitcom, la série Frasier s’est conclue en 2004, après un succès retentissant. Paramount a bien saisi l’enjeu de cette création culte, et a proposé à Kelsey Grammer de reprendre le rôle du docteur Crane pour un revival. Une annonce plus qu'inattendue, mais qui prouve que Paramount compte bien recycler son catalogue et retaper les vieux succès d'hier en espérant les transformer en nouveaux hits de demain.

 

 

Remakes et séries en pagaille

En piochant dans son catalogue, Paramount n’a pas seulement choisi de faire des remakes de ses classiques du septième art. Le studio a privilégié la création de séries à partir de ses propriétés intellectuelles, à l’instar de L'Homme qui venait d'ailleurs. Le film culte de Nicolas Roeg avec David Bowie va passer au format sériel, avec Chiwetel Ejiofor dans le rôle principal.

Et ce n’est pas tout puisque L'Or se barre (déjà remaké sous le titre Braquage à l'italienne), Flashdance, Love storyLiaison fatale et À cause d'un assassinat vont passer par la case série. De quoi prouver une fois encore à quel point le cinéma et la télévision se sont entremêlés.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ethan
27/02/2021 à 00:05

@GTB
Je vois ce que tu veux dire. Que chacun puisse y trouver son intérêt. Le système mis en place par la Paramount va dans ce sens. Mais pas sûr que ce soit rentable. Déjà à CT car les films cette année ne sont pas sûr de sortir au cinéma : les cinés en France sont fermés depuis octobre. Et à LT également parce que il n'est pas dit que les abonnés se déplaceront pour voir un film en particulier au ciné étant donné qu'ils payent l'abonnement Paramount plus. De plus il y a une partie du public qui échappera au paiement, ceux qui se déplacent chez le copain pour profiter de Paramount plus.

GTB
26/02/2021 à 13:58

@ Ehtan> Non, je n'oublie rien. Encore une fois, nul part dans mon propos je ne mets en avant une offre plutôt qu'une autre. En aucune manière je ne dévalorise l’intérêt de la salle. J'aime l'expérience de la salle, ce qu'elle a d'unique dans ses avantages. Mais je sais en admettre les limites et ne la considère pas comme la seule façon de voir des films.

Vous parlez d'échange. J'entends ce que vous dites et je comprends ce que vous voulez dire par là. Cependant, je ne le formulerais pas ainsi. Du moins je ne mettrais pas en opposition nette la salle et la SVOD/VOD sur le point du partage. Autant la salle offre une opportunité de sortie, un évènement, une expérience de projection unique, une expérience commune à plus grande échelle...parfois. Et ce sont des avantages! Néanmoins, j'ai déjà passé des soirées entre amis devant de la SVOD/VOD en salon. De 5 à 10 personnes. Le partage existe aussi dans ce mode. Et il y a des discussions et des échanges à propos des films vus en salon autant que pour ceux vus en salles. Le partage n'est pas tout à fait le même, mais il existe. Et inversement, j'ai aussi connu moulte scéances ciné avec des salles bien vides. Tous les films n'attirent pas les foules comme les blockbusters (qui m'intéressent rarement). Ce n'est donc pas tout noir d'un côté et tout blanc de l'autre. Comme souvent, les choses sont bien plus nuancées.

Pour le babysitting, je ne faisais que souligner la vanité de l'argument d'internet à une époque où 80% des foyers français en sont équipé. Ce que vous dites est fondamentalement vrai, bien sûr, mais c'est pinailler sur un détail absurde, du coup je montrais qu'on pouvez pinailler sur les détails dans l'autre sens également...et à quel point enfoncer les portes ouvertes n'aide pas réellement le débat.

"Et sur le fait de se déplacer. A t'entendre le cinéma c'est loin, t'es sérieux, on a l'impression que tu pars en vacances." J'ai quelques années derrière moi. Et j'ai moi-même transité par plusieurs profils au fur et à mesure des années. Le but ici était de mettre en exergue la diversité des profils à laquelle on ne pense pas toujours. Entre l'étudiant sur Paris que j'étais et la vie de famille en province, les choses sont très différentes. Le temps disponible, la vie tout ça mais aussi le cinéma le plus proche est à 1/2 heure en bagnole. Et comme je vous l'ai dit, mes gouts touchent peu les blockbusters qui squattent beaucoup d'écrans. Parfois je dois donc aller effectivement bien loin pour trouver une salle qui diffusent les films moins gros.
Contrairement à ce qu'on peut donc penser, l'accessibilité des films en salles n'est pas la même pour tous. Cela peut être un problème bien concret, autant pour les spectateurs que pour les productions.

Je répète donc encore une fois l'essentiel de mon propos: chaque offre a ses avantages et ses inconvénients. Chacun choisira en fonction de ses préférences, de ses envies, de ses possibilités du moment. Je défends la pluralité de ces offres. Et pour ce qui est de débattre de l'avenir et la direction du Cinéma, il faut s'attaquer aux questions de fond; qui sont plus complexes qu'elles n'y paraissent. Analyser et faire que tout cela cohabite au mieux. A la fois pour les spectateurs mais aussi pour la production. Il me semble qu'en France il faut s'interroger sur un certain nombre de choses: la chronologie des médias, mieux communiquer sur la VOD et la perfectionner techniquement, sur éventuellement une taxe des plateformes SVOD équivalente à celle des tickets si l'ont veut rester dans la logique du financement de l'exception culturelle, etc...

rapht
26/02/2021 à 10:50

Guillaume44 > je n'en suis pas si sûr.
En fait, il y aura tellement de choix que finalement, l'utilité de pirater sera limitée (je pense).
Dans les faits, pour exagérer, il n'y aura pas assez d'une vie pour tout voir.
Toute la stratégie sera de choisir le bon forfait (2-3 / mois).
Mais ce qui est intéressant dans l'histoire est, qu'à ma connaissance, les abos (hors canal ?) sont sans engagement (?), donc on devrait pouvoir naviguer d'un abonnement à l'autre, en fonction de nos désirs, non ?
Je rejoins un posteur à propos des bonus DVD / BR, c'est un peu ce qui manque sur Netflix (j'y suis abonné, mais c'est le seul pour moi), mais on trouve parfois des reportages un peu annexe (sans être forcément lié).
En tout cas, la concurrence a du bon, si les services se battent pour du contenu de qualité (on y croit), nous serons gagnants.

Guillaume44
26/02/2021 à 09:03

Netflix et Amazon Prime avait réussi à faire diminuer le piratage mais avec l’arrivée des toutes ces chaînes de streaming celui repartira de plus belle !!! Pire, il pourrait achever le support physique de meilleur qualité et surtout bien moins polluant que le streaming selon toutes les études sur le sujet.
OCS et Amazon PRIME seront les perdants de cette guerre selon moi. OCS car ils sont dépendants des séries HBO dont le contrat expire fin 2021 et qui de facto interdisait à HBO MAX de se lancer en FRANCE. Quant à Amazon Prime, ils ne disposent pas de studio, je vois mal PAmamount, WArner et DISNEY continuaient à leur louer des films 2 3 ans pour leur plateforme. La seule solution pour Amazon Prime serait de racheter ou de s’allier avec un grand studio styla PAramount ou MGM.
Je me fais moins de soucis pour NEtflix dont la force est de proposer des films étrangers hors américains. Ils s en sortiront !

Ethan
26/02/2021 à 08:36

@GTB
T'oublies ce qu'il y a d'essentiel avant tout le partage! Aller au cinéma c'est vivre une expérience unique. Si tu acceptes l'idée du streaming et bien on partage plus vraiment grand-chose ensemble : chacun vit de son côté.

Je te suis pas sur le babysitting. Faire des gosses ça fait partie de la vie, forcément dans un premier temps t'y va plus ou t'y va moins.

Et sur le fait de se déplacer. A t'entendre le cinéma c'est loin, t'es sérieux, on a l'impression que tu pars en vacances.

Et puis t'es un peu candide car ce système c'est juste du provisoire le temps de la crise.

Ce qui se passe actuellement c'est exceptionnel car c'est la crise. Comme je le disais plus bas la Paramount qui crée sa propre chaîne soulève des aspects éthique car les cinés peuvent être lésés.
Autrement dit ils s'enrichissent sur le dos des cinés. De même on sait pas vraiment s'il y a eu des accords. Imagines tu fais affaires et l'autre partie revient sur son accord passé.

GTB
25/02/2021 à 23:08

@ Batsy> Vous semblez vous méprendre fortement sur mon propos. Vous n'avez à défendre ni le BR, ni votre profil. Je n'attaque ni l'un, ni l'autre.
Pour commencer je ne prends aucun cas précis pour en faire une généralité, c'est par définition un non-sens. Au contraire de vous qui prenez votre cas uniquement pour argumenter (contre quelque chose que je dis pas, j'insiste).

Il ne me semble pas avoir parlé et encore moins comparé les qualités vidéos. Il me semble pas avoir dit que le physique était sans intérêt (ou que les cinéphiles n'en voulaient plus). J'ai même formulé très explicitement l'inverse ("il y a des avantages et des inconvénients dans chaque possibilité/offre"). Contrairement au votre, mon post ne contient aucun jugement. Je soulignais simplement le fait que payer pour ne pas posséder n'avait rien de nouveau, et soulevais l'interrogation que si posséder les films est importants pour certains ça ne l'est peut-être pas autant pour d'autres, surtout au constat que le marché physique était déjà en déclin avant l'explosion du streaming. Et je pense que c'est quelque chose que tout le monde peut comprendre à son échelle: ne n'achetons pas tous les films que nous voyons. Nous sélectionnons ceux qui méritent la dépense. Et bien, certains (et de plus en plus, ce qui est un fait et non une généralité extirpé d'un cas) n'estime pas très important pour x raisons de posséder les films chez eux.
Ce qui m'amène à cette histoire de lecteur qui vous a surpris. Ce n'est bien évident pas tant l'action de mettre un CD qui est une contrainte (encore que ça peut surement être perçue ainsi par certains), mais tout ce que ça sous-entend...comme par exemple déjà avoir un lecteur. Or acheter un appareil dédié lorsqu'on estime non capital de posséder les films...sans parler du fait que, vous l'aurez remarqué, les appareils dédiés touchent de plus en plus les niches. Là où le BR ira dans le lecteur et le lecteur uniquement, les plateformes sont disponibles sur TV/PC/Smartphone/Tablette/ChromeCast...votre frigo ou grille-pain. Des appareils non dédiés et surtout que beaucoup possèdent de base, et avec une souplesse d'utilisation que ne permet pas/moins le lecteur. Vous avez 2h de route, vous téléchargez en 2 minutes quelques épisodes d'Hilda sur la tablette et voilà les enfants pourront s'occuper dans la voiture. Ceci n'est qu'un exemple.
Et puisqu'il faut lourdement insister pour se faire comprendre, dire cela ce n'est PAS dire que le BR n'a pas d’intérêt, ce n'est PAS être contre le BR. Et ce n'est PAS non plus attaquer ceux qui souhaitent passer par le BR.

Et c'était bien tout mon propos à l'origine: chaque offre, chaque accès aux films présente ses avantages, ses inconvénients, et que les débats autour des questionnements des mutations actuelles méritent mieux que des guerres de clans "ProSalles vs AntiSalles", "ProBR vs AntiBR" sur fond d'expériences personnelles...ou de mauvaise foi manifeste comme notre ami Ethan

@ Ethan> Oui pour le streaming il faut avoir internet. Et pour aller au cinéma il faut une voiture ou payer les transports, le parking et éventuellement du babysitting quand on a des jeunes enfants :) (quand je parlais de profils, tout ça). Sans parler du fait qu'il faut parfois consommer 60 bornes d'essence aller, 60 bornes retour pour voir un The Lighthouse parfaitement distribué. Un modèle d'accessibilité. Donc la salle c'est le mal? Et pour regarder des BR il faut une TV et un lecteur. Donc c'est tout pourri? Donc, oui pour le streaming il faut avoir internet. Si pas internet, il reste justement le cinéma, les BR, la TV etc...d'où l’intérêt de la pluralité. Sérieusement, est-ce réellement utile d'abaisser les échanges à de l’enfonçage de portes ouvertes?
Encore une fois, qu'on me comprenne bien, j'entends parfaitement que la SVOD ou même la VOD ne soit pas un mode qui nous parle. Je le comprends surement bien mieux que vous ne semblez comprendre dans l'autre sens. Mais si vous ne voulez pas donner l'impression que ce sont des critiques de principe, n'élevant pas le débat, pensez vos arguments pour des propos plus pertinents; qui feront avancer la réflexion et pour vous et pour moi.

Parce que contrairement à ce que vous semblez penser je ne défends pas que la SVOD, je suis pour l'existence du physique, de la salle, de l'achat, de la location.

Ethan
25/02/2021 à 22:40

@GTB
Dans les cinés t'as aussi des cartes de fidélité, il suffit juste de sortir :)

Ethan
25/02/2021 à 21:54

Je trouve un peu décevant cette manière d'annoncer la sortie de tels films dans un contexte où les cinés ne sont pas certains de ré-ouvrir au moment de la sortie des films. On ne tient pas compte des gens qui n'ont pas les moyens de s'abonner à internet.

Ce qu'on dit pas également c'est l'accord passé avec les cinés. Il est normal que les cinés puissent avoir un dédommagement à hauteur de cette diffusion partagée et si les cinés ne sont pas fermés. S'il n'y a pas vraiment eu d'accord, il est probable que ça se finit devant les tribunaux.

@GTB
Faut que t'arrêtes avec ton streaming, ça fait pas rêver du tout.
Les autres ont raison ce n'est pas le cinéma à la carte. Déjà il faut un abonnement à internet, puis un abonnement à Paramount +, ça fait déjà deux abonnements. Alors qu'au ciné t'es libre ou pas d'aller voir un film

Batsy
25/02/2021 à 20:47

@GTB Ouais mais nan (pour ton argument Blu-ray). Il a été prouvé par mainte réal que la qualité d'un blu-ray reste au dessus de toutes plates-formes Streaming confundu. Donc a partir de la, ton argument ne vaut pas. Sans compter que tu estime qu'un bluray est une contrainte juste parce qu'on doit l'insérer dans un lecteur ? Eh bah. Et que dire des making of et j'en passe qu'on ne retrouve pas souvent sur le net ? Bref tout ça pour dire que non ce n'est pas comparable du tout. Et si, les cinéphiles (les vrais) aime encore posséder tout ça, surtout avec l'arrivée des magasins de revente type Easy Cash depuis plusieurs années ou te peux trouvé un blu-ray pour moins de 10 balles (nouveauté ou non) et un DVD pour moins de 5 balles. Pour ma part, je me régale encore à agrandir ma collection de DVD/bluray qui non seulement impressionne, et non seulement sert. Pendant le premier confinement par ex, pendant que certains faisaient les guignols sur Tik Tok ou les live insta, moi je m'éclater à me refaire tout ces films que j'avais effectivement pas vu plus de 3x. Récemment grosse coupure d'internet (plus pertinent comme argument tiens), je me suis la aussi éclaté à tous les revoir, et ça m'a servit pour éviter de me taper les chaînes généralistes. Arrête de pendre ton cas pour une généralité merci, j'aime encore acheté et posséder tout ça, les bluray font encore parti de ma liste de cadeau de Noël ou anniversaire, car j'aime les posséder, j'aime voir ces jolies jaquettes (parlons en des steal book), j'aime m'instruire avec les bonus. J'ose espérer que tu as écrit cette partie avec un verre dans le nez, parce que j'ai presque halluciné. Les gens sont vraiment devenus des flemmards au point de trouvé que mettre un blu-ray dans un lecteur est contraignant ?!

Marc
25/02/2021 à 20:13

Enfin une adaptation de HALO le meilleur jeux Pc de tout les temps , une histoire fascinante l'anneaux les Covenant le master Chief et les Floods. La meilleur News .

Plus
votre commentaire