Supergirl : pourquoi la saison 2 est bien plus réussie que la première

Mise à jour : 23/09/2017 16:29 - Créé : 23 mai 2017 - mdata
Affiche
135 réactions

La deuxième saison de Supergirl vient de s'achever sur la chaîne CW. Est ce que la petite dernière de l'univers DC à la télé fait le poids face à ses petits camarades ? Est-ce que la série donne toujours autant dans la guimauve et le rose pastel ? C'est l'heure du bilan de la saison 2 de Supergirl.

Rembobinons. Supergirl raconte l’histoire de Kara Zor-El, la jeune cousine de Kal-El alias Superman. Comme ce dernier, elle a survécu à la destruction de leur planète Krypton en étant envoyée vers la Terre dans une fusée, et a été recueillie par des parents adoptifs. Kara concilie au mieux sa vie de jeune femme et son activité de super-héroïne sous le nom de Supergirl. C’est Melissa Benoist qui tient le rôle de Kara / Supergirl.

 

Photo Melissa Benoist

Melissa Benoist, alias Kara, alias Supergirl

 

Lancée en 2015, Supergirl est une série que l’on doit à Ali Ladler, Andrew Kreisberg et Greg Berlanti. La première saison avait été diffusée sur la chaîne CBS, tandis que la deuxième est passée sur CW, où l’on retrouve d’autres séries de super-héros DC : Arrow, Flash et Legends of Tomorrow. Les quatres séries se déroulent d’ailleurs dans le même univers (surnommé le Berlanti-Verse) et deux rencontres entre leurs personnages ont eu lieu cette année.

Dans un paysage télévisuel de plus en plus occupé par les super-héros, de Netflix à Legion en passant par Agents of S.H.I.E.L.D., difficile de savoir quoi regarder, et à qui s'adresse des séries parfois très différentes malgré les apparences. Supergirl fait-elle partie des bonnes choses ? Notre avis sur la saison 2.

 

Photo Melissa Benoist

Melissa Benoist dans son costume de super-héroïne

 

CROSSOVER : QUAND SUPERGIRL RENCONTRE SES COPAINS

Le crossover est une vieille tradition des comics, et quand il y a un univers partagé à la télé ou au cinéma les héros se rencontrent dès que possible pour faire front commun après s'être tapés dessus. Cette année, CW a fait les choses en grand : un énorme crossover réunissant les quatre séries DC (Supergirl, Flash, Arrow et Legends of Tomorrow) cet hiver, et un épisode musical réunissant les comédiens de Flash et Supergirl il y a quelques semaines.  

Le premier crossover a permis aux personnages des quatre séries de se rencontrer pour lutter contre un envahisseur extra-terrestre. L'histoire s'est donc étalée sur les différentes séries et fait intervenir les univers des héros... ou presque. En effet, Supergirl a donné l'impression d'assurer le minimum syndical dans ce crossover.

Certes, la jeune héroïne est bel et bien présente dans les séries de ses collègues et s'acquitte très bien de sa mission (en donnant lieu à la séquence la plus drôle de l'histoire au passage), mais le crossover en lui-même n'occupe que cinq minutes de sa propre série, en fin d'épisode. En plus, la séquence est intégralement reprise dans Flash, rendant le visionnage de l'épisode de Supergirl facultatif

 

Photo DC Crossover

CW met les petits plats dans les grands

 

Le second crossover, à savoir la rencontre musicale avec Flash, a joué avec les attentes des fans. Melissa Benoist et Grant Gustin (qui tient le rôle de Barry Allen / Flash) sont des anciens de la série musicale Glee, et pas mal de monde voulait voir les deux comédiens se retrouver en chansons. Les attentes ont été plus que satisfaites, la complicité et l'alchimie des deux comédiens faisant une nouvelle fois des merveilles dans des numéros chantés et dansés très réussis. Mais une fois encore, Supergirl joue la carte du crossover en mode light : le lancement du crossover n'occupe une nouvelle fois que la toute fin de son épisode. 

 

Photo Episode Musical

Flash et Supergirl : rencontre en musique

 

Cette situation est assez frustrante, en plus d'être bien curieuse. Probable explication :  Supergirl est arrivée sur CW pour sa seconde saison après une première année sur CBS. On a donc presque l'impression de voir une nouvelle arrivante qui cherche encore sa place à la cantine du lycée, parmi les élèves déjà là depuis plus longtemps qu'elle.

Est ce que cela traduit un manque de communication entre les équipes ? Un manque de confiance envers le potentiel de Supergirl par rapport aux autres séries ? Nous n'avons pas la réponse, mais il serait bien vu que la situation change pour les prochaines rencontres. D'autant que Supergirl est la seule super-héroïne de la bande, ce qui lui donne naturellement une place significative à l'heure où le débat sur le féminisme et la place des femmes dans le genre intéresse et interroge le public - il aura fallu attendre de nombreux films avant que Wonder Woman n'arrive, et Captain Marvel est prévu pour 2019.

 

Photo Melissa Benoist

 

PLUS DE MATURITE ET UNE ODE A LA TOLERANCE

Lors de sa première saison sur CBS, Supergirl a essuyé un grand nombre de critiques, la faute à un côté un peu guimauve et mièvre. A dire vrai, la surprise a été totale lorsque la deuxième saison a été officialisée, ainsi que son transfert vers la chaîne CW pour l’intégrer pleinement à l’univers partagé des autres séries de super-héros DC.

Dès le premier épisode de la seconde saison, Supergirl a néanmoins donné le ton : les leçons de la première saison ont été retenues, et le tir a été corrigé. Sans aller jusqu’à chercher à imiter Arrow et son héros au spleen perpétuel, Supergirl a en effet gagné en maturité dans sa deuxième année. Le côté mièvre a donc sérieusement été revu à la baisse, même si l’histoire d’amour entre Kara et Mon-El (interprété par Chris Wood) tourne sérieusement à la guimauve de temps en temps. 

La tolérance est le maître mot de l'histoire : qu’il s’agisse de la romance vécue entre Alex et Maggie (avec une interprétation très juste de Chyler Leigh et Floriana Lima) ou de celle entre Winn (Jeremy Jordan) et sa petite amie extra-terrestre, la série envoie un signal fort dans un climat mondial qui n’est guère réjouissant. La présence d'extra-terrestres sur Terre est d'ailleurs largement exploitée dans cette saison, et il est difficile de ne pas y voir une condamnation du racisme et de la xenophobie au sens large.

 

Photo Chyler Leigh, Floriana Lima

Alex et Maggie, une jolie histoire d'amour

 

LES CLINS D’OEIL DU CASTING

Du côté des guests stars, les producteurs semblent s’être fait plaisir avec des vedettes qui titillent les fans. Les parents adoptifs de Kara sont incarnés par Helen Slater et Dean Cain, qui ont respectivement joué le rôle de Supergirl au cinéma et de Superman à la télévision (Lois & Clark). Et histoire de bien enfoncer le clou, Teri Hatcher, inoubliable interprète de Lois Lane dans Lois & Clark, est aussi de la partie dans le rôle de la souveraine de Daxam (et son mari est incarné par Kevin Sorbo, interprète de Hercule dans la série du même nom).

Il est en revanche bien dommage que les deux comédiens issus de Lois & Clark ne partagent aucune scène : les téléspectateurs des années 90 y verront un petit rendez-vous manqué.

 

Photo Teri Hatcher

Lois (Teri Hatcher) sans Clark

 

Mais les clins d'oeil à connotation comics ne se limitent pas à l'univers de Superman : la présidente des Etats-Unis est jouée par Lynda Carter, qui a incarné Wonder Woman dans la série du même nom, alors même que le nouveau film consacré à l'Amazone se profile à l'horizon. Amusant et opportun donc de retrouver à l'écran celle qui l'a popularisée dans les années 1970.

 

Photo Lynda Carter

Une Amazone à la Maison Blanche !

 

SUPERGIRL SUPERCOOL

Cette deuxième saison de Supergirl est globalement agréable à regarder, avec des histoires plutôt bien trouvées, même si la manie de puiser dans la mythologie de Superman est toujours d’actualité. Il y a de temps à autres certaines facilités scénaristiques un peu grosses, mais dans l’ensemble la saison passe plutôt bien si on est indulgent. C'est là le paradoxe de la série : elle a des défauts, il y a beaucoup de raisons de trouver la chose dispensable, mais en même temps elle est suffisamment attachante pour donner envie de l'aimer. 

 

Photo Melissa Benoist

 

Ce qui n'empêche pas de voir les grosses faiblesses qui habitent la série. Les scénaristes tirent un peu trop sur la corde par moments, ne serait-ce que dans le dernier épisode de la saison.

ATTENTION SPOILERS

Mon-El pouvait très bien ne pas avoir à s'en aller loin de la Terre (par exemple en restant en orbite le temps de trouver une solution), et la défaite de Superman des mains de sa cousine lors de leur affrontement titanesque est bien commode pour justifier le fait que c'est cette dernière et non lui qui est en lice pour défendre "officiellement" la Terre face à la souveraine de Daxam (même si c'est en accord avec les rapports de force des deux personnages dans les comics). Mais ce dernier point est dans la lignée de la saison, même si c'est amené maladroitement. En effet, malgré la profusion de personnages, y compris son célèbre cousin qui apparaît enfin sous les traits de Tyler Hoechlin, Supergirl garde la main : c’est sa série, et elle ne se fait damer le pion par personne.

FIN DES SPOILERS

 

Photo Saison 2

Supergirl ne se fait pas éclipser par son cousin !

 

Une bonne surprise de cette saison 2 est l’amitié entre Kara et Lena Luthor (la soeur de Lex, incarnée par Katie McGrath). Ce personnage, qui semble en permanence tiraillé entre le bien et le mal, est intéressant de par son ambivalence. Sa relation (très) amicale avec Kara est bien traitée : on sent vraiment le conflit en elle, et Kara est indiscutablement la personne qui lui permet de rester du bon côté (il suffit de la voir s’allier à une mauvaise personne quand elle se sent rejetée par son amie).

Cette relation entre les deux jeunes femmes permet aussi d'aborder la thématique du comportement inné et acquis : est ce qu'on est mauvais de par sa nature profonde, ou juste à cause de son environnement familial ? Kara a une famille adoptive aimante, Lena une famille biologique détestable, et l'influence positive de la première sur la seconde semble montrer qu'elle n'est pas condamnée au côté obcur, uniquement parce qu'elle est une Luthor. 

 

Photo Katie McGrath

Lena plus fréquentable que Lex ?

 

DES GROS PROBLÈMES...

Il y a cependant deux gros défauts difficiles à digérer dans cette saison 2, même pour celui qui prend un plaisir certain à suivre les aventures de Supergirl. L’absence de Cat Grant pour commencer : le vide laissé par le personnage interprété par Calista Flockhart est d'autant plus frappant que son retour dans les deux derniers épisodes est tonitruant, et rappelle clairement à quel point elle nous a manqué.

Cette absence a beau relever de la pure logistique (la série est tournée à Vancouver, et Calista Flockhart ne désirait pas s'éloigner de sa famille en Californie), elle pèse sur la série : même s'il a des reflets évidents de Le Diable s'habille en Prada, l'amour vache entre Cat Grant et Kara Danvers faisait le sel de la première saison. Les piques et répliques mémorables de la patronne de CatCo, ses anecdotes piquantes sur ses relations avec des hommes connus, et ses conseils avisés pour sa jeune collègue quand elle est dans de bonnes dispositions contribuent à en faire un personnage délicieux. C'est avec les deux derniers épisodes de la saison que l'inoubliable actrice d'Ally McBeal fait son retour, avec des dialogues savoureux à chacune de ses apparitions. Une évidence s'impose alors : la série a besoin de ce personnage.

 

Photo Calista Flockhart

Calista Flockhart, déménage à Vancouver, merci

 

L'autre couac de la saison : l'idée discutable de faire de Jimmy Olsen (Mehcad Brooks) un super-héros. On retrouve ainsi cette tendance des séries DC de CW à transformer les personnages “ordinaires” en "super-personnage", à la manière de Thea, Diggle et Laurel dans Arrow, ou Cisco et Caitlin dans Flash. Comme si être un personnage “normal” n’était pas “assez bien”, et que les scénaristes devaient trouver des pirouettes pour y échapper. Le traitement du Gardien (l’identité de super-héros de Jimmy) est en plus très caricatural, donnant une impression de machisme assez incongrue.

 

Photo Mehcad Brooks

La fausse bonne idée de la saison

 

En ce qui concerne les effets spéciaux, c’est assez irrégulier, comme dans les autres séries du lot. Il y a des passages très spectaculaires, mais de temps à autres le budget montre ses limites et les astuces pour faire des économies sont assez grossières : le maquillage du Cyborg Superman (David Harewood) en est l’exemple le plus frappant, en étant beaucoup moins soigné au-delà de sa première apparition.

 

Photo David Harewood

Au début c'est bien fait... mais après c'est très cheap !

 

BILAN : La série n’est pas parfaite, mais le niveau a été sérieusement relevé pour cette seconde saison. Rendez-vous à la rentrée pour les nouvelles aventures de Supergirl, avec quelques espoirs et envies qui permettraient à la cousine de Superman de s'envoler encore plus haut.

 

En partenariat avec Watchtower Comics

 

Affiche

 

commentaires

Clembreezyes 23/08/2017 à 00:22

Bonjour je cherche la saison de 2 de Supergirl en francais mais impossible de la trouver ! Comment faire pour la trouver ! Passeras-t-elle sur TF1 en Septembre ? Merci d'avance

Dumbo 29/05/2017 à 12:07

@mikegyver

Parce que les pouvoirs sont des métaphores ? Comme beaucoup de motifs fantastiques (monstres, aliens, etc), il y a un sens symbolique qui parle justement de la réalité ?

Legion parle d'ailleurs beaucoup d'une histoire d'amour impossible, entre un garçon et une fille inadaptés. L'univers X-Men a toujours clairement parlé de sujets sociaux, de la discrimination, de la difficulté de vivre et s'intégrer.

Dire qu'on préfère Legion à Flash, c'est pas de l'élitisme, c'est une question de goût. Pourquoi aussitôt sortir ces trucs agressifs, ranger les choses et gens dans des catégories... D'autant que certains aiment les deux aspects du genre, et que personne ici n'a fait autre chose que partager son opinion. Faut pas se vexer si quelqu'un considère Supergirl comme enfantin, ça veut pas dire que ceux qui aiment son immatures...

mikegyver 29/05/2017 à 11:58

"Après avoir vu les légion toute ces séries paraissent tellement enfantine et inintéressante, perso je suis totalement lassé des flash, agents of shields et autre supergirl"

ben moi c'est le contraire, rendre sombre, serieux des personnages se battant en costume moulant, pour la plupart créée dans les années 60, c'est pas le but, Y'a rien de credible dans les super-pouvoirs, donc pourquoi vouloir le rendre realiste ? non

des plus les comics sont lus generalement par des ados (c'etait mon cas) donc franchement un ado ne veut pas d'une critique politique ou autre pamphlet.

enfantin ? on a tous dragué ou eu des coup de coeurs, eu des problemes au boulot,etc...pour le coup tout est realiste, donc franchement faut passer un cap en regardant ce genre de series,

et au final on passe un bon moment. Faut arreter l'elitisme ou se prendre pour des tronches serieuses, c'est pas credible.

LaTeub 24/05/2017 à 11:12

Les séries CW sont clairement juniors, c'est évident... C'est agréablement regardable, parfois bien foutu, parfois bancal et cheap mais l'ensemble se laisse mater sans problème pour peu que l'on évite des comparaisons avec des séries plus adultes et plus friquées...

Euh! 24/05/2017 à 10:31

Oui clairement pas les mm public visé!
J'ai adoré Légion aussi!
Flash Supergirl and Co diffusés sur une chaine ado!
J'avoue que je suis un peu comme Mdata la serie est loin d'etre parfaite mais Cat m'a cruellement manqué pdt cette saison 2, la relation qu'elle a avec Kara et l'alchimie entre les 2 est vraiment détonnante.
Et mm remarque pour Olsen qui devient un hero pitoyable au mm titre que les autres personnages secondaire des séries DC.

mdata - Rédaction 24/05/2017 à 09:27

@yellow submarine : il est clair que Legion est une série ambitieuse qui définit un standard plus élevé pour les séries de super-héros. Après le public visé n'est peut être pas exactement le même...

yellow submarine 24/05/2017 à 09:12

mouai, j'avais regardé le début de saison ça reste gamin quand même.

Mais ça peut pas être pire que Flash qui se remaque de saison en saison.

Après avoir vu les légion toute ces séries paraissent tellement enfantine et inintéressante, perso je suis totalement lassé des flash, agents of shields et autre supergirl

votre commentaire