Sex and the city - Saison 5

Lucile Bellan | 28 mai 2008
Lucile Bellan | 28 mai 2008

L'avant dernière saison de Sex and the city est aussi la plus courte : seulement huit épisodes. En raison de la grossesse de son actrice principale, Sarah Jessica Parker, la série est alors affublée d'une saison bâtarde. Trop courte pour mettre en place des intrigues vraiment intéressantes, et celles qui restent sont trop légères pour combler le manque de contenu. Au vu de cette cinquième saison, la fin est proche et cela se sent, il faudra tout de même patienter un an complet avant le final grandiose de la série.

 

Samantha se débat toujours dans son histoire avec Richard, à qui elle a donné une deuxième chance. Au début de la saison, c'est même la seule à être impliquée dans une histoire d'amour sérieuse (un comble !). Elle profite d'ailleurs des largesses de ce dernier pour emmener les filles fêter les 36 ans de Charlotte à Atlantic City, et participer au mariage d'un ami, toujours en bande dans sa résidence secondaire des Hamptons. Lassée de son problème d'engagement et ses infidélités, elle le quitte, cette fois pour de bon.

 

Charlotte est encore en conflit avec la mère de Trey, son ex-mari, pour des question matérielles. Elle engage donc un avocat pour l'aider à résoudre ses problèmes : Harry Goldenblatt. Un peu délestée de ses principes habituels (depuis le début de la saison, Charlotte a tendance a « se lâcher un peu » pour compenser scénaristiquement les déprimes de Carrie et de Miranda) et couche avec lui. Malgré le fait qu'il la rebute physiquement, il se révèle un bon coup ainsi qu'un homme honnête au solide sens de l'humour, et ils finissent par se mettre ensemble.

 

Un autre couple qui peine à se rapprocher, c'est Miranda et Steve. Alors que celle-ci fait face à tous les tracas de sa nouvelle vie de maman, et le petit Brady n'est pas un  petit gars facile à gérer, elle renoue avec une ancienne relation : Walker Lewis. Mais Miranda se rend très vite compte qu'elle a toujours aimé Steve.  Mais cette saison est pour elle surtout éprouvante, psychologiquement et physiquement à cause du bébé.

 

Pour Carrie c'est la consécration, du moins professionnellement : un livre va être tiré de ses chroniques. Sur le plan personnel, on ne peut pas dire que ce soit aussi reluisant. Alors qu'elle débute la saison à revenir à son premier amour, New York, elle rencontre un écrivain qui a déjà connu les sirènes de la gloire : Jack Berger. D'abord fiancé, elle le revoit un temps après, célibataire. Pour une fois, Big n'est pas de la partie (juste au 7ème épisode où la confrontation est rude) et elle se laisse tenter par le bel écrivain.

 

Une courte saison donc, et un peu trop light. Presque inutile tant elle ne prépare qu'à la sixième saison sans apporter de pierre à tout l'édifice. Même dans la bande, le moral n'y est pas et les hommes kleenex ne se comptent que sur les doigts d'une main (un comble, alors que ça fait presque partie intégrante du concept de la série). Il ne reste plus, pour les fans, qu'à féliciter Sarah Jessica Parker pour l'heureux événement et d'attendre patiemment un dénouement qu'on espère plus joyeux. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire