Stranger Things saison 3 : que vaut le retour de la série phénomène Netflix ?

Geoffrey Crété | 5 juillet 2019 - MAJ : 05/07/2019 18:05
Geoffrey Crété | 5 juillet 2019 - MAJ : 05/07/2019 18:05

Notre avis sur les quatre premiers épisodes de Stranger Things saison 3, disponibles depuis le 4 juillet sur Netflix.

La saison 1 a été un phénomène incroyable (alors qu'elle était très sympathique et efficace, mais pas à ce point peut-être). La saison 2 a été perçue comme un méchant ratage (alors qu'elle était sympathique, et pas particulièrement affreuse à côté de la première).

Comment sera reçue la saison 3 ? C'est la grande question, alors que la série Netflix des frères Duffer est de retour ce 4 juillet.

 

 

LET'S GO TO THE MALL !

La saison 3 de Stranger Things tourne autour d'un nouveau décor, à la fois pour la série elle-même et pour les héros : un centre commercial. Le centre-ville et ses petits commerces humains sont désertés, et la population se rassemble en masse dans ce temple de la consommation en plastique. Ce n'est pas anodin si cet endroit a été choisi pour bouleverser le quotidien de Hawkins. Le parallèle avec la petite série sortie de nulle part et refusée par les grosses chaînes, devenue en quelques mois un phénomène et un business énorme pour Netflix, est facile. 

Comment garder du cœur et ne pas perdre son âme dans ce succès qui a transformé les petits héros en machines de merchandising ? Comment ne pas perdre de vue l'humain, dans ce cirque commercial ? Tandis que Mike, Eleven, Dustin, Lucas, Max et Will errent dans ce centre commercial qui ressemble à un super-musée rétro, qui deviendra lieu de drague-conflits-enquête, c'est le défi. Dans cette perspective, la troisième saison de la série de Matt et Ross Duffer a donc un gros défi à relever, après une saison 2 qui a tout naturellement moins convaincu.

 

photo, Millie Bobby Brown, Sadie SinkLe centre commercial comme lieu de découverte de soi

 

La saison 3 rebat donc les cartes, mais prend soin de garder tous les protagonistes actifs, sur le même périmètre - d'où ces scènes où ils se croisent sans même en avoir conscience, sur les routes ou dans les couloirs du centre commercial. La mise à l'écart d'Eleven dans la saison 2 avait cassé le rythme et étalé les enjeux, les scénaristes prennent donc la direction opposée ici : tout le monde occupe le même terrain. Sur le modèle de la bonne surprise du duo Dustin-Steve la saison précédente, la bande est éclatée en duos ou petits groupes, créant rapidement une belle dynamique avec de multiples péripéties.

Eleven et Max, Dustin et Steve avec la nouvelle venue Robin (Maya Hawke, troublante avec sa voix très similaire à sa mère Uma Thurman), Joyce et Jim, Nancy et Jonathan, et le noyau dur autour de Mike, sont ainsi lancés dans leurs petites aventures bien évidemment connectées. Les points sont vite reliés, et au lieu du surplace qui a présidé la première partie de la saison 2, c'est ici l'efficacité qui prime.

 

photo, Maya Hawke, Gaten MatarazzoLe centre commercial comme lieu d'enquête

 

BONS BAD GUYS DE RUSSIE

Après le méchant gouvernement américain, c'est au tour d'une autre figure incontournable du cinéma de genre de s'opposer aux héros : les méchants Russes. La saison 3 s'ouvre avec une scène où des scientifiques et militaires bolcheviques travaillent à rouvrir la faille vers l'Upside Down, dans un lieu qui se révèlera être en plein Hawkins.

S'amuser avec ce cliché de la guerre froide est parfaitement sensé pour Stranger Things, bulldozer à hommages qui a remâché une tonne de références depuis ses débuts. Ces nouveaux antagonistes inscrivent profondément l'histoire dans les années 80, et la placent dans la lignée de quantité de films cultes où la menace était celle des Russes, sous couverture SF. C'est d'autant plus clair que l'intrigue tourne à une angoisse grandissante type L'Invasion des profanateurs de sépulture, où l'ennemi prend peu à peu possession des habitants, transformant les visages familiers en potentiels monstres prêts à se réveiller sans crier gare. C'est probablement l'idée la plus amusante de cette saison, qui permet de modifier un peu la recette des héros vs bestiole(s).

 

photo, Dacre MontgomeryBilly, le beau gosse devenu gros monstre

 

Par ailleurs, cette nouvelle menace à base de gros tas de viscères de rats offre quelques images peu ragoûtantes, faisant de cette saison 3 un voyage plus sanglant et brutal - et les événements à venir le confirmeront. De l'intro qui crame en direct quelques pauvres employés russes à une poignée de visages déformés par l'horreur, en passant par un hommage baveux aux facehuggers, Stranger Things joue une carte plus sombre. Que la bande affronte Billy, le grand frère de Max, change également la donne, et compliquera forcément les choses pour le groupe. 

L'ambiance est toujours aussi soignée, et pas seulement au niveau rétro cool. La mise en scène de Ross et Matt Duffer (qui réalisent les deux premiers épisodes) et Shawn Levy (les deux suivants) est solide, claire, constamment lisible et plaisante. La photo joue entre les couleurs fluo et les recoins sombres, et l'équilibre est tenu entre le spectaculaire (la confrontation explosive entre Eleven et Billy) et l'intime (la dispute devant la pluie, entre Will et Mike). Rien de bien nouveau pour la série certes, mais Stranger Things affirme sa position sans se laisser bouffer par ses moyens et sa popularité.

 

photo, Millie Bobby Brown, Sadie Sink, Noah SchnappUn premier affrontement violent

 

NORMAL THINGS

Stranger Things reste néanmoins prisonnière de sa formule. Cette saison 3 a beau traiter frontalement le passage à l'adolescence, avec son lot de conflits et changements qui bouleversent la dynamique du groupe, la recette reste la même. L'Upside Down est toujours une menace, Hawkins reste le même théâtre du bizarre, et tout avance sur des rails malgré le lot de petites nouveautés dans l'équipe. En l'espace de quelques épisodestoute la bande a trouvé une piste incroyable vers le mystère, assurant ainsi l'efficacité de l'intrigue.

Et tant pis si c'est au prix de grosses facilités - Will qui ressent la présence de la menace, Eleven qui découvre par hasard que Billy cache des choses, Dustin qui capte le message russe, Nancy qui répond par chance à l'appel d'une mamie qui a capturé un rat pas comme les autres, Jim qui a croisé le motard dans les couloirs de la mairie, Joyce qui s'ennuie tellement qu'elle s'intéresse à des aimants.

Tant pis également si certains personnages sont continuellement maltraités (Joyce, toujours traitée en surface, alors que Winona Ryder mérite mieux), ou interprétés jusqu'à tomber dans la parodie (David Harbour dans le bureau du maire : exemple parfait de surjeu grossier). La priorité reste l'efficacité, et le talent des jeunes acteurs (particulièrement Millie Bobby BrownGaten MatarazzoFinn WolfhardSadie Sink, et Joe Keery) fait le reste.

 

photo, David Harbour, Winona RyderLes adultes, toujours aussi isolés dans leur bulle

 

Les frères Duffer avaient essayé dans la saison 2 d'ouvrir de nouveaux horizons avec Eleven loin de Hawkins, sans véritablement convaincre. Nulle surprise donc à voir cette troisième saison revenir en terrain connu, en vase clos, pour une nouvelle aventure cadrée. À ce stade, le spectateur est soit conquis par avance, car attaché aux personnages et séduit par la formule, soit conscient des limites de la chose. Même si la suite réserve quelques surprises, Stranger Things saison 3 ne va de toute évidence pas révolutionner la série. 

C'est presque une promenade de santé, mais une promenade en terrain conquis et confortable, qui offre exactement ce qui était prévu : de la petite aventure rétro aussi innocente que divertissante.

Rendez-vous prochainement pour le bilan entier de la saison 3.

 

photo Photo Saison 3, Stranger Things saison 3

commentaires

Dylhem
08/07/2019 à 21:55

ÉÉÉÉNOOOOOORME! La première saison parfaite, une deuxième pas mal, et cette troisième avec un scénario exceptionnel, des acteurs de plus en plus doués, de l'humour, de l'action, de l'amour, des références et clin d'œil totalement assumés et maîtrisés, une direction artistique extraordinaire, de bons effets spéciaux, des musiques inoubliables bref, le meilleur hommage à toute la culture des années 80 et l'immensité des œuvres de Stephen king. ????✌️????????????✊????????

GUIDZA
08/07/2019 à 13:29

Perso, j'ai adoré.
les détails sont chiadés, le scenario tient la route grave, les acteurs sont pertinents, bref de loin la meilleure série depuis prison break qui n'a rien à voir. A kiffer sans modération

Kitty gurl
08/07/2019 à 04:45

Carrément déçus. Juste après avoir terminé la saison 3 je me rends compte qu'au final je me suis plus ennuyé qu'autre choses. Je retiens pas grand chose de cette saison. Certains personnages mon parfois souvent agacés quand d'autres sont parfois carrément didpensables. Une saison 3 qui peine à se renouvelle certes, grâce au thème de l'adolescence (même si parfois un peu maladroitement abordé ). Mais au final me donne une impression de déjà vu dans l'ensemble, SPOIL pour moi la fin de la saison 2 est identique à la fin de la saison 3. Puis pour finir, la où la saison 2 m'avais conquis avec le design du grand "monstre" de l'upside down: brumeux, sombre et démesuré, cette saison 3 me déçois avec pourtant la même créature mais cette fois ci avec un design visqueux, blob et visuellement beaucoup moins impressionnant en terme de dimensions

koubiak
08/07/2019 à 03:26

Autant la saison 1 m'a tenue en haleine, ensuite la saison 2 qui perd un peut en intensitée , la je me suis surpris a dormir devant la saison 3 . Au fil des saison on gagne en lourdeur ...

Fab29
08/07/2019 à 02:43

Aie! Bon...je savais que j'allais être déçu, beaucoup de bruit pour pas grand chose. J'en suis au 5eme épisode et je me demande si je vais continuer.

Après une excellente et flippante saison une, une deuxième saison moins surprenante forcément qui prenait peu de risques, assez efficace et rythmée mais qui a déçu, ils se sont demandés : ok pour une 3eme mais vu l'accueil de la 2nde comment on va rectifier le tir? Une histoire incroyable ? Des personnages hyper travaillés et intéressants? De l'action, des surprises ? Des scènes de folie ?
Mais non, on va se la jouer sûr et facile : appuyer à fonds sur la nostalgie 80', des tubes à gogo et on va ajouter une bonne dose d'humour !

Et voilà le drame. Des personnages jadis intéressants qui deviennent stupides-limite farfelus ou caricaturaux (les adultes, Hopper sérieux), la plupart des gosses ne servent pas à grand chose, l'intrusion de saynètes comiques pas drôles annoncées à grand renfort de musique style Benny Hill, un rythme mou et des péripéties qui traînent en longueur (un épisode sur 2 aurait pu sauter). Pas d'enjeu ni de frissons (ils sont passés où les dangers du début ???)

Amère déception, vraiment, c'est de moins en moins bon, que de mauvais choix pour la direction de cette 3eme mouture. Plus aucun intérêt. J'espère au moins un final grandiose, intense en frissons et action, ce qui manque cruellement jusqu'à maintenant...
On est plus sur une série pré-ado boutonneux là !

Olivier
07/07/2019 à 23:08

Exceptionnelle, comme les deux premières saisons. C’est bien joué, c’est malin, c’est hyper bien fait. Des références aux années 80 qui font bien plaisir sans que ce soit lourd. EL encore à côté de la plaque!

Thorfinn
07/07/2019 à 16:23

Et puis cette grosse réf a "Day of the dead" un de mes Romero qui m'a tant fait tripper !!
D'ailleurs dans l'épisode 6,vers le milieu de l'épisode où la vendeuse de glace raconte un souvenir de classe, j'ai l'impression de reconnaître la musique de ce film...
C'est juste quelques notes mais il me semble que c'est pas la première fois que la série reprend quelques notes d'une musique d'un autre film, comme un clin d'œil. La première fois c'était pendant la saison 1 je crois où la musique était très similaire à celle entendue dans Goonies.

Thorfinn
07/07/2019 à 16:15

!!! ATTENTION SPOILERS!!!!
Une saison 3 très rafraîchissante pour moi je me suis pas ennuyé une seconde. Alors oui, il y a quelques invraisemblances ( les allers retours dans la base secrète, mettre à sac un centre commercial sans que personne s'en aperçoive, le scientifique buté en pleine fête foraine idem sans que personne capte...). Ceci dit la saison 3 a un rythme d'enfer, loin du très long décollage de la saison 2, le tandem Dustin/Steve est genialissime, la nostalgie du cinéma de genre des 80 est plus que palpable pour notre plus grand bonheur... Bref je me suis régalé.

Jean Francis
07/07/2019 à 11:45

Superbe Saison 3 !

Une des meilleures, j'adore tout sans exception, quel travail artistique !
Je me sens orphelin maintenant, j'ai déjà tout regardé, jsuis tellement fan.
Ecoutez pas les tocards qui rage, cette saison est vraiment très bonne.
Pour les rageux go regarder votre série de bouze de black mirror.

Neodraken
07/07/2019 à 00:49

Cette série me prend par les sentiments en mettant des extraits de Back to the future lors de sa sortie en 1985.
J'ai le smile.

Plus

votre commentaire