Westworld - saison 1 épisode 8 : souvenirs souvenirs

Jacques-Henry Poucave | 21 novembre 2016
6
épisode 8 Rodrigo Santoro

Westworld revient avec un huitième épisode qui marque un véritable coup d’accélérateur dans l’intrigue, laquelle amène tous les personnages vers leur propre point de rupture.

ATTENTION SPOILERS.

 

Ce nouveau segment de Westworld est un cas d’école, en cela qu’il représente parfaitement les qualités et les défauts de cette saison inaugurale. En effet, on sera au choix passionné la formidable atmosphère que dégage se récit aux airs de diabolique poupée russe, ou profondément agacé par une œuvre trop roublarde pour bien dissimuler ses profondes incohérences et facilités scénaristiques.

 

épisode 8

 

Souvenirs souvenirs

Comme on le sait depuis le début de la série, la mémoire est au centre du scénario mais surtout de la révolte robotique à venir. En témoigne l’intrigue qui se noue autour de Maeve (Thandie Newton). Depuis plusieurs semaines, la Madame Claude de Sweetwater a atteint un nouveau stade de conscience, parvenant même à obtenir des techniciens du parc qu’ils augmentent son degré d’intelligence.

Dans l’épisode 8, elle les manipules et les convainc finalement de lui donner la capacité de contrôler les androïdes du parc. Et mine de rien, il y a là un véritable problème d’ordre narratif. Car si Lisa Joy et Jonathan Nolan ont fait preuve d’un sacré talent pour nous plonger dans les divers mystères de leur univers, ils semblent avoir parallèlement oublié de raconter correctement ce qui demeure le centre du récit, à savoir la révolte robotique à venir.

 

épisode 8

 

Certes, Thandie Newton parle désormais de lever son armée, tout comme elle est à présent en mesure de provoquer « l’adhésion » de ses semblables. Mais d’un point de vue narratif, c’est quand même un peu la fête de la saucisse. En effet, on espérait que cette révolution serait amenée plus subtilement qu’à coups de Deus Ex Machina.

Sans compter qu’on a de plus en plus de mal à voir comment et pourquoi les deux techniciens qui aident malgré eux Maeve ne préviennent pas leurs supérieurs, tant elle représente une menace directe pour le parc et ses visiteurs.

 

L’Homme en Gris

Autre partie du récit qui alterne le chaud et le froid : la quête de L’Homme en Noir. D’un côté nous avons droit à une scène assez forte qui vient confirmer la portée mythologique de Westworld, lorsqu’il affronte avec Teddy un homme de Wyatt.

 

épisode 8

 

Vêtu d’un costume et de cornes, il est là pour nous rappeler la figure du minotaure, qui dans la mythologie grecque attend d’être tué par un jeune héros, auquel on sacrifiait régulièrement des jeunes femmes. La séquence est impressionnante et vient enrichir la symbolique de Westworld.

Mais elle est suivie par une longue scène de confession, terriblement bavarde. Le personnage de Ed Harris y perd énormément de son aura énigmatique en dévoilant ses motivations. On espère que la série aura à cœur de les retravailler et de les mettre en perspective, car en l’état, elles sont d’une banalité à pleurer.

Plus gênant, elles dévoilent que Maeve est un androïde rebelle depuis bien longtemps, au moins depuis le meurtre de sa « fille ». Et à nouveau, on comprend mal pourquoi la direction du parc, notamment Ford (Anthony Hopkins) pourtant si soucieux de tout contrôler, laisse se balader un hôte si rebelle dans Westworld.

 

épisode 8

 

Bêta Dolores

L’arc de Dolores et William est plus plaisant, en cela qu’il gère nettement mieux ses ambiguités et son aura de mystère. Non seulement les hallucinations (ou flash-back de Dolores sont parfaitement amenés et montés – difficile de ne pas frissonner lorsque l’aventurière croit apercevoir son propre cadavre.

On découvre aussi qu’elle compte parmi les plus anciens hôtes du lieu, puisqu’elle se remémore soudain une scène que nous avions déjà aperçue dans un épisode précédent, lorsque le parc était encore en version bêta.

Fait intéressant, s’il est encore impossible de trancher sur les énigmes qui parsèment la narration, il semblerait bien que nos tourtereaux se trouvent sur la même timeline que Ford et L’Homme en Noir, puisqu’ils arrivent dans le lieu où le nabab érigeait il y a quelques épisodes une structure rappelant un clocher.

Mais comme le couple est rejoint par le beau-frère de William, manifestement décidé à leur en faire baver, on va bien rigoler…

 

épisode 8

 

Du côté de chez Delos

Tout indique que dans les coulisses de Westworld, ça va chauffer comme il faut. Bernard commence à se rebeller discrètement, puisque quelques secondes avant que Ford n’efface sa mémoire, il se souvient avoir agressé d’autres personnes que Theresa. On se doute que lorsqu’il fera (fatalement) face à Maeve, ces fissures dans son système pourraient l’amener à se rebeller à ses côtés.

De son côté, Sizemore s’allie avec Charlotte, pour un plan secret contre Ford, dont il ignore encore tout.

Bref, voici encore un épisode remarquable d’intensité, qui parvient régulièrement à fasciner, tout en dégageant une forme de suspense extrêmement plaisante. Reste que plus que jamais, les « bugs » d’écriture de Westworld sont évidents, on espère par conséquent que le show nous amènera jusqu’à une conclusion satisfaisante et à la hauteur de ce qu’il est parvenu à bâtir jusqu’à présent.

 

épisode 8

commentaires lecteurs votre commentaire !

Albert
24/11/2016 à 13:39

Question :
Bernard tue son assistante (ou tout du moins en a le souvenir)
Avant de se faire tuer, cette dernière téléphone à Bernard pour lui expliquer que l espion (ne) est Térésa. .
????????????? Bug..
Si ils nous la font à la BSG façon plusieurs modèles ça va chier, faut pas se foutre de la gueule du monde

Raychu
22/11/2016 à 09:57

merci pour ces comptes-rendus.
sans rentrer dans les détails de cet épidose car je ne l'ai pas encore vu. je vais juste me permettre de vous indiquer qu'on ne découvre pas dans cet épisode que Dolores "compte parmi les plus anciens hôtes du lieu". en effet, à la fin du 1er épisode, Ashley Stubbs, le "gardien", explique à une technicienne que Dolores EST l'hôte le plus vieux du parc.

true
22/11/2016 à 03:20

wyatt= dolores
wyatt c'est un miroir de dolores ! c'est a dire que l'adversaire de teddy c'est dolores. dans la basktory de teddy que ford lui a donner il est programmer pour voir un homme mais comme on la vue dans les épisode précédent, les robot ne voit pas les choses qui leur ferait du mal donc voila !
dolores vs teddy

Grift
22/11/2016 à 00:05

L'episode de la deception pour moi.
Complètement d'accord avec le début de votre article qui prend moi le pas sur le reste.

C. Ingalls
21/11/2016 à 23:42

Pourquoi c'est autant alambiqué... Cette série me faisait vachement envie, mais au final ça me prend le chou. Et beaucoup trop d'incohérences ou de trucs tartes.

thierry
21/11/2016 à 16:44

On sent une vraie césure a partir de l’épisode 7 (comme par hasard); Maeve qui voulait jute sortir pour vivre une vrai vie veut conquérir le monde, Bernard est un hôte assassin sans prévenir, etc..
Ils ont, peut être senti que la routine lente " a la Netflix" allait les enliser et qu'il fallait réveiller un l'auditoire.
C'est commun de booster le récit vers le 7 eme ou 8 eme épisode d'une saison, mais le coup d’accélérateur semble brusque et, comme vous le dites, la main mise sur les employés du parc de Maeve semble vraiment trop facile.
Cela reste totalement prenant néanmoins.

votre commentaire