Mr. Robot Saison 2 Episodes 1 & 2 : le grand retour du petit bijou qui a surpris tout le monde

Geoffrey Crété | 15 juillet 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
0
Poster

Petit phénomène de l'été 2015, Mr. Robot est de retour avec une deuxième saison très attendue, qui sera surveillée de près et devra être à la hauteur. Premières impressions après les deux premiers épisodes.

Le premier épisode de la season_2.0 de Mr. Robot a été lâché sur le web 72h avant la diffusion officielle sur USA Network, dans une mise en scène sur les réseaux sociaux avec le fameux masque de fsociety. Une ficelle promo qui, à une époque où le principe du "leak" a été intégré au système (la Fox a financé Deadpool suite à l'engouement des fans face aux images "accidentellement" leakées par Ryan Reynolds et Tim Miller), rappelle que la série créée par Sam Esmail est un miroir bluffant de la réalité.

Le visage d'Obama, la terreur monétaire, la souveraineté des multinationales et le poids des réseaux sociaux font tout le décor de l'histoire, qui tourne autour d'un groupuscule de hackers dignes de Tyler Durden qui s'attaque à la bête sanguinaire du capitalisme. Beaucoup de choses se sont passées dans la saison 1 de Mr. Robot, qui a été le succès-surprise de l'été dernier malgré son profil sobre et sophistiqué qui exige la discipline du public. La saison 2 s'annonce t-elle aussi excitante ?

 

Photo Rami Malek

 

ATTENTION SPOILERS

 

"HELLO AGAIN"

Mr. Robot a été classée parmi les meilleures séries de 2015, et a été couronnée comme tel dans le circuit des récompenses. Son retour en fanfare avec une saison 2 rallongée ressemble pourtant à une gueule de bois pour les personnages : isolés, séparés, enterrés sous leurs angoisses et piégés dans les conséquences de leurs actions.

La deuxième saison s'ouvre quelques mois après le cataclysme provoqué par fsociety, qui a effacé les dettes des citoyens et redémarré l'économie dans un chaos populaire. Une victoire pour les Robin des bois 2.0, mais un électrochoc pour Elliot Alderson. Déterminé à reprendre le contrôler de sa tête, il s'est réfugié chez sa mère pour entamer une cure de désintoxication numérique. Plus d'ordinateur, plus de connexion, mais un crayon et un carnet où décrire sa létargie quotidienne, entre sa thérapie et les monologues de son ami Leon. Une manière de condamner Mr. Robot (Christian Slater) au silence, du moins en théorie. 

 

Photo Carly Chaikin

 

Sa soeur Darlene a repris les rennes de fsociety pour continuer leur mission. Les disciples se réjouissent mais pour elle, la victoire est encore loin. La guerre doit continuer, et doit s'intensifier. Dans une excellente scène, l'appartement high tech de Susan Jacobs (Sandrine Holt), avocate de E-Corp, se retourne contre elle et la force à fuir, laissant ainsi le champ libre à fsociety. Une image moderne d'un géant aux pieds d'argile, dont le pouvoir excessif est à double tranchant.

Darlene pirate les systèmes de la société et exige une rançon de 5,9 millions de dollars pour empêcher une nouvelle catastrophe. Un stratagème pour humilier ces suppôts du capitalisme sur la place publique : avec un pistolet virtuel braqué sur la tempe, Scott Knowles est contraint de brûler les billets sous l'oeil des passants et les caméras citoyennes, bercé par Take Me Home de Phil Collins, avec en fond la Freedom Tower ancrée dans les vestiges du World Trade Center. La guerre prend une nouvelle forme dans ce qui s'annonce être une spirale du chaos, que Darlene observe d'un oeil impassible et anonyme dans la rue.

 

Photo Portia Doubleday

 

"BETTER THE DEVIL YOU KNOW"

Angela s'est frayé un chemin jusqu'au département des relations presse d'E Corp. Elle est chargée de gérer cette humiliation publique de la compagnie au niveau RP. Repliée derrière une apparence de contrôle, méprisée et méprisable, elle se réfugie derrière ce masque pour mieux camoufler sa fragilité extrême. L'ancien patron d'AllSafe, Gideon, cherche de son côté à survivre après avoir tout perdu. Il tente de convaincre Elliot de lui venir en aide, essayant même de le menacer de l'impliquer dans l'histoire, sans succès.

Enfin, Tyrell Wellick. Grand absent de ces deux premiers épisodes, il reste l'inconnu de l'équation suite à sa confrontation avec Elliot, rappelée dans le premier épisode de cette deuxième saison. S'il semble logique qu'il n'ait pas été tué, malgré l'arme de Darlene dans la machine à popcorn, ce Patrick Bateman reste encore un mystère savamment entretenu. Sa femme Joanna, indéniablement l'un des personnages les plus étranges et envoûtants montrés à la télévision américaine, continue à planer dans le décor comme un prédateur aux motivations obscures. Absent à l'image, Tyrell hante le décor comme un fantôme. Son retour dans les dernières secondes de l'épisode 2 à l'autre bout du fil pour saluer Elliot, confirme qu'il sera, d'une manière ou d'une autre, central dans la saison.

Rayon nouveautés, quelques visages remarquables : Craig Robinson (The Office), qui fait des merveilles avec des dialogues difficiles, et Grace Gummer, fille de Meryl Streep qui interprète un agent du FBI chargée d'enquêter sur Gideon - et qui jouera sans nul doute un rôle central dans la saison.

 

Martin Wallstrom

 

"ANALOG NIGHTMARE"

A priori peu de choses se passent dans ces deux épisodes, mais bien assez pour que Mr. Robot confirme sa valeur. L'une des dernières scènes de l'épisode 2 vient rappeler que la machinerie a été mise en marche : rien ne pourra arrêter engrenage et la mécanique du chaos enclenchée par fsociety. Pas plus qu'Elliott ne pourra contrôler Mr. Robot, malgré tous ses efforts et sa discipline. 

La série continue ainsi sur sa fabuleuse lancée et tire des merveilles de ses outils. Le fantastique Rami Malek n'aurait pu être qu'une belle gueule, mais son regard d'alien et sa voix monocorde lui donnent . Darlene aurait pu n'être une poupée hipster, mais elle est une créature étrange, mélancolique et inquiétante. Angela était a priori le stéréotype de la meilleure amie blonde et amoureuse transie, mais elle se transforme en personnage bien plus complexe. Joanne avait tout pour être une simple femme-trophée, mais elle est une plante carnassière absolument insondable, qui offre plus de frissons en une scène que la totalité de Cinquante nuances de Grey

 

Photo Christian Slater, Rami Malek

 

Sam Esmail, qui réalisera l'intégralité de la saison 2, continue de son côté à contenir une esthétique Fincherienne dans un cadre anxiogène, grâce à une mise en scène chirurgicale, d'une précision étouffante et envoûtante.

L'utilisation du magnifique thème du film A cause d'un assassinat (The Parallax View) de Pakula, composé par Michael Small, apporte une étonnante touche de lumière lors d'une scène majeure. Une référence évidente à ce classique où Warren Beatty met à jour un complot lié à l'assassinat d'un candidat aux présidentielles, et également au grand cinéaste du mensonge d'état et de la terreur patriotique. Mr. Robot est le reflet moderne de ces thrillers politiques et politisés des années 70 : le visage de l'ennemi a tout autant changé que les armes des soldats, mais le combat reste au fond le même. 

 

Poster

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Aucun commentaire.
votre commentaire