The Mandalorian Saison 1 épisode 8 : style de Mandale

Simon Riaux | 1 mai 2020
625
photo, Gina Carano

The Mandalorian vient de dévoiler l'épisode final de sa première saison. La Force est-elle encore avec Jon Favreau ?

ATTENTION SPOILERS !

 

photoLe monsieur a dit SPOILERS

 

FORT A LA MANDALE

Après des débuts divertissants, mais pas toujours follement ambitieux en termes de narration, la première série live se déroulant dans l'univers engendré par George Lucas nous avait laissé la bave aux lèvres, après un 7e épisode riche de tension et d’affrontements  nerveux. Le show orchestré par Jon Favreau se devait de nous laisser sur une note finale convaincante pour achever de transformer cet essai en forme de test pour Disney+, tout en rassurant les fans de l’univers plus enclin à se passionner pour les aventures du chasseur de primes tombé en disgrâce que les derniers soubresauts de la saga Skywalker.

Et pour ce faire, The Mandalorian a confié les clefs de son engin à un metteur en scène compétent, en la personne de Taika Waititi, lequel a prouvé, de Vampires en toute intimité à Thor : Ragnarok en passant par Jojo Rabbit combien il maniait la diversité des tons, les ambitions de récits complexes, inscrits dans des univers riches, ainsi que les exigences techniques de projets réclamant quantité d’effets spéciaux et autres joyeusetés. Condensé de pop culture à lui tout seul, on le savait armé pour rendre honneur aux Mandaloriens.

 

photoUn Mandalorien en bien fâcheuse posture

 

Et dès l’ouverture de ce 8e chapitre, la patte du cinéaste apparaît avec évidence, alors que se joue sous nos yeux une des des meilleures séquences de cette saison, au cours de laquelle deux soldats impériaux devisent et s’agacent, avant de découvrir combien les droïdes nounous ont un sens bien particulier de l’échange. Sans  doute désireux d’injecter un peu de fantaisie et d’électricité au récit, sans jamais le pirater ou altérer son ADN de western spatial, Waititi va donc s’efforcer de tirer le meilleur de chaque séquence.

Il suffit de voir avec quelle efficacité il caractérise ses personnages, notamment celui qui sera probablement l'antagoniste durable de la série, le charismatique Giancarlo Esposito et avec quel entrain il lui offre un affrontement mémorable, peut-être une des plus amusantes scènes de la franchise mettant en scène un affrontement avec TIE Fighter.

 

photo, Werner HerzogWerner Herzog, rencontrant le département RH de Lucasfilm

 

FRIMEUR INSTINCT

Et il faut dire qu’il  bénéficie du cahier des charge le plus chargé et intense de toute la saison. Narrant une longue fuite, entamée comme un mini-Assaut, encadré de fusillades claquant bien comme il faut, ce segment fait feu de tout bois et démontre combien, au-delà des iconiques combats au sabre laser, la franchise peut offrir de spectacle et de situations variées. C’est bien simple, à peu près tout ce qui peut-être blasté, cramé, piloté et envoyé dans le décor le sera, alors que nos trois héros se démènent contre un bataillon impérial sur-équipé et peu enclin à la diplomatie.

Enfin, les  affrontements physiques font mal, les casques sont broyés, les corps se brisent et s’affaissent, tandis que les blasts fusent et réduisent gentiment le travail de l’équipe déco à sa plus simple expression. Loin d’apparaître comme un invincible trio, les protagonistes parviennent même à nous inquiéter ça et là, tant le scénario se plaît à les mettre en péril. Et pour le coup, si on pourra presque regretter que l’intrigue n’ose pas tout à fait embrasser le penchant tragique auquel elle fait plusieurs fois de l’oeil, l’adrénaline qui découle de cette succession d’affrontements est bien réelle.

 

photoNotre héros parviendra-t-il un jour à utiliser correctement son lance-flammes ?

 

Au final, ce qui ressemble fort au meilleur épisode de la série à ce jour semble là pour mettre le show définitivement sur les rails, autant que nourrir le fan, qui attendait de pied ferme plusieurs éléments mythologiques ou fantasmatiques. Jet-pack, duel aérien, établissement d’une mission (et donc d’un arc narratif) claire, grands sentiments, poinçonnage  d’armure, dévoilement du nom et du visage de notre héros, tout est fait pour que le trip de Disney+ gagne en ampleur, mais surtout en chair… Tout est réuni et assaisonné pour qu’une nouvelle génération de spectateurs se régale et s’approprie The Mandalorian. Taika Waititi le sait, et se plaît donc à offrir quantité de moments de bravoure.

Certes, la promesse de Jon Favreau de remplir les blancs de la saga Star Wars semble plus accessoire et théorique que jamais, tant le show s’assume comme une pure pastille de divertissement, classieux et maîtrisé, plus qu’une fresque de SF. Notons toutefois que dans cet ultime épisode, l’existence des Jedi est enfin mentionnée, tandis que le scénario indique clairement son intention de creuser les origines de Baby Yoda.

Autant de pistes excitantes, dont on espère que la saison 2 saura s’emparer dès ses débuts, histoire d’enchaîner dignement après cette conclusion pétaradante.

La saison 1 de The Mandalorian est disponible en intégralité sur Disney+ en France

 

Mandalorian

commentaires lecteurs votre commentaire !

Alfred
30/05/2020 à 22:17

Enfin vu. La série se tient vraiment bien. Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, il y a des facilités mais cela se regarde avec un vrai plaisir. Bien plus que la postlogie.
Mais surtout je pense que c'est un tournage qui va chambouler la production mondiale. Cette invention du Volume (un plateau entoure et surplombe par des écrans led qui projettent des décors numériques en temps réel et en ajustant le parallax pour la caméra) va sans doute devenir la norme des tournages, surtout avec la pandémie.
Je pense que chez Epic, le téléphone a pas dû arrêter de sonner.

Florian
09/05/2020 à 12:42

Pourquoi donner un ultimatum à Mando? il est tout seul dans son short. Pourquoi une fonction autodestruction de droïde devrait aussi réduire en bouillie les alentours? pour éviter les réclamations clients? Quel intérêt de porter des plaques de blindage, si celles-ci sont espacées de 10 cm? Les chevaliers auraient bien rigolé.

Flash
04/05/2020 à 11:13

Perso, malgré quelques défauts, j'ai vraiment aimé cette série, j'ai même pris plus de plaisir à la suivre que l'indigeste trilogie qui vient péniblement de se conclure.

Bdz
02/05/2020 à 16:18

Mais comment peut on trouver quelque chose de bien dans cette série caricaturale de SW ?
Rien n'est crédible et tous sent le carton-pâte et pourtant je suis un fan de la première heure de ce monde dans lequel je suis entré il y longtemps très longtemps dans une lointaine galaxie. Désolé mais parler de SW 9 pour justifier que certains vont aimer ce Mandalorian ne rime à rien car les films sont SW et surtout Disney ne prend pas le temps de développer ses personnages et ce monde quine ressemble en rien à SW. Tant mieux pour ceux qui auront apprécié. Mais sans moi

Gemini
01/05/2020 à 23:50

Le plus gros défaut de SW ce sont ses pseudos fans hardcore au final. Une bonne série bien sympathique!

bof
01/05/2020 à 16:53

Que d'incohérences dans ce dernier épisode (citées en partie par "Humm... A voir", mais il y en a d'autres)! C'est vraiment écrit avec les pieds.

Dommage, parce que j'étais entré d'un bon pied dans cette saison. Les trois derniers épisodes m'ont passablement refroidi, malgré quelques jolis plans.

Au final, je retiendrai surtout le générique de fin, avec ses superbes artworks et un thème assez brillant.

Eddie Feldon
29/02/2020 à 18:06

Enorme kiff!
L’esprit SW est de retour!
Un space opéra western, mélange des genres parfaitement réussi, aux personnages attachants, très bien réalisé, pas avare en scènes d’actions aux FX classieux et parfaits le tout emballé avec une partition à faire rougir d’envie John Williams!
Bien mieux que la postologie! J’en redemande. Bien sûr, les intrigues restent linéaires et assez peu développées mais ce travers se corrigent sur les derniers épisodes et laisse augurer d’une S2 aux « petits oignons »! Les fans historiques de la franchise ne pourront qu’apprécier à moins d’avoir perdu le mojo!

Oubliable et inutile !
13/02/2020 à 11:18

Bien molle du genou, cette série...
Ni nulle : De belles images, un rythme optimisé par des épisodes courts un bon perso (Baby Yoda - Mando est quelconque). une bonne et amusante idée philosophoexplicative du mandalore...
ni bonne... J'essaie de me souvenir de ce qui se passe dans la série 15 jours après l'avoir vue ?
En gros un double épisode n°1 et n°8 et du remplissage au milieu ; avec Xena la guerrière du futur (ils auraient pu se démarquer davantage). Seul évolution de Mando ? : changer d'objectif.
En bref, Perdez pas votre temps...

Libi
09/02/2020 à 10:52

Très mauvais. John Favreau est vraiment nul et gache toute la série. Dommage.

jb155
25/01/2020 à 15:36

Franchement, j'ai vraiment apprécié cette première saison. C'était pourtant risqué de prendre pour héros un type qui n'enlève jamais son casque et qui donc ne peut faire passer aucune émotion par des expressions faciales. Et pourtant on s'y attache et on peut même dire qu'il est complètement badass grâce à d'excellents dialogues et des mises en scène parfaitement maîtrisées. Après le désastre de la nouvelle trilogie dédié à des ados écervelés abreuvés à Twilight, que c'est bon de retrouver le vrai souffle de l'univers de Star Wars, une réalisation impeccable qui prend les fans au sérieux et juste ce qu'il faut d'axe narratif pour vouloir continuer à suivre l'aventure. Vivement la saison 2 et qu'on donne la direction des prochains Star Wars à Jon Favreau!

Plus

votre commentaire