No Man's Land : critique de l'enfer sur Terre

Alexandre Janowiak | 26 novembre 2020
Alexandre Janowiak | 26 novembre 2020

Tout le monde se jette sur les créations originales Netflix, Amazon Prime VideoDisney+ ou encore Apple TV+, mais celles d'Arte mériteraient souvent d'avoir le même engouement de la part des spectateurs. Avec No Man's Landla chaine franco-allemande offre une plongée terrifiante et passionnante au coeur du conflit syrien.

LE BUREAU DES ÂMES

Longtemps présentée comme un Bureau des légendes bis, No Man's Land en a évidemment des airs. En plongeant ses personnages au coeur du conflit syrien et en infiltrant à la fois les milices kurdes et les troupes de Daesh tout en suivant les espions sur place, la série d'Arte est un terreau fertile en suspense et en tension.

À chacune des nouvelles rencontres du personnage incarné par Félix Moati, le spectateur est accaparé des mêmes questionnements que ce fameux Antoine, bourgeois parisien à la recherche de sa défunte soeur, qu'il croit avoir reconnu sur la vidéo d'une explosion en Syrie. Dans le premier épisode, son départ précipité de la France pour se rendre en Turquie et tenter de passer la frontière clandestinement pour rentrer en Syrie donne tout de suite le ton. Et il n'est pas sans rappeler la mission de certains membres du bureau dans la saison 2 de la série Canal +.

 

Photo Félix MoatiAntoine cultive son jardin

 

En quelques minutes, la série franco-belgo-israélienne s'enlise donc au coeur de l'horreur, loin des grands salons luxueux occidentaux, pour mettre face à la réalité du monde Antoine et le spectateur. Très vite confronté à Daesh (en tombant dans un piège) puis subissant les craintes des forces kurdes (le sauvant in extremis involontairement), le personnage de Moati découvre un autre monde, pourtant éloigné d'à peine plus de 3000 km de son petit confort parisien. Un peu à l'image du Candide de Voltaire, il va ainsi explorer et ouvrir les yeux sur cette facette violente et rude de l'humanité dont il ne soupçonnait pas (vraiment) l'existence.

Car finalement, la quête autour de sa soeur (excellemment incarnée par Mélanie Thierry) n’est qu'un simple prétexte pour la série Arte. L'enjeu familial touchant et simple (de prime abord) est surtout le moyen de dépeindre les enjeux géopolitiques du conflit syrien et de la guerre contre Daesh. Une plongée aride et sèche, quasi documentaire, dont chaque (gros) plan vient sonder les blessures humaines des personnages, leurs déchirures morales et leurs étiolements physiques.

Mais plus encore, ce prétexte est une manière d'aborder frontalement ce qui guide chacun de ses camps et en particulier, ce qui guide chacun de ses membres.


Photo Mélanie ThierryDes gros plans troublants

 

LA TERREUR HUMAINE

Débutant sur le personnage d'Antoine, No Man's Land se transforme progressivement en périlleux récit choral basculant entre les points de vue et les temporalités. Une narration terriblement ambitieuse parcourant à la fois la vie d'un espion, d'un groupe d'amis anglais embrigadé par l'État islamique, d'une jeune combattante kurde (parfaite Souheila Yacoub) ou encore de Shamarran, le centre originel de ce dédale d'âmes troublées. Alors évidemment, avec une telle audace narrative et les multiples allers-retours de sa construction en flashbacks, la série Arte se perd quelquefois.

Si l'ensemble est d'une cohérence implacable et que chaque pièce du puzzle trouve sa juste place au cours des huit épisodes, le récit est parfois un peu chaotique. Les tranches de vie s'enchaînent de façon un peu trop fabriquée et leur filiation semble avant tout suivre des désirs scénaristiques.

 

Photo Souheila YacoubSouheila Yacoub, encore parfaite après Les Sauvages

 

Cela n'empêche toutefois jamais la série d'être sincère dans ses propos et dans ses intentions. Le titre de la série décrit sans nul doute l'espace séparant les forces de l'YPG et YPJ à celle de Daesh, mais il métaphorise surtout la toute petite zone mentale, psychique, séparant leurs membres, leurs motivations et les raisons de leur engagement respectif.

En se refusant à un manichéisme facile et accommodant, No Man's Land réussit alors à étudier avec brio les questionnements mentaux et éthiques de ses personnages, sans jamais les juger (ou au contraire, en les jugeant tous à niveau égal). Un dessein puissant, particulièrement abouti, notamment car le trio Amit Cohen-Ron Leshem-Xabi Molia préfère scruter les actions, les gestes et les regards de leurs (anti-)héros pour mieux les comprendre, plutôt que de multiplier les diatribes longues et fastidieuses pour les sermonner.

De quoi permettre à la série d'offrir une multitude d'émotions et de conférer à son récit une valeur universelle et, avant tout, humaine au milieu de cet enfer violent, sanglant et guerrier. De bon augure avant la possible saison 2.

No Man's Land est disponible en intégralité sur Arte.TV. Elle est également diffusée sur Arte à partir de ce jeudi 26 novembre 2020, à compter de trois épisodes par soirée.

 

Affiche française

Résumé

Arte est décidément un des fers de lance des créations sérielles européennes (et françaises) et le prouve avec brio avec No Man's Land, plongée captivante au coeur de l'enfer humain.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.4)

Votre note ?

commentaires

Jack Flash
16/12/2020 à 00:40

Le point fort de la série est vraiment d'etre confronté aux 2 points de vue (Ypg et Daesh)
Chaque épisode apporte quelque chose et on entre vite dans le vif du sujet.

Pas trop de flashback je trouve, et ils sont utiles même s'ils n'arrivent pas toujours au bon moment je trouve.

Sans spolier, la série pourrait presque s'arrêter là et être très bonne.

moa
09/12/2020 à 14:50

dommage de rester sur sa faim .....jusque quand ????

alulu
27/11/2020 à 20:08

Il y a aussi la série Stag en 3 épisodes sur Arte, le dernier épisode mouline un peu mais c'est vraiment bien.

[)@r|{
27/11/2020 à 19:12

Vous parlez souvent de "Nazeflix" et de "Picsou+". Je ne suis pas naïf. Pas de cinéma, les temps sont durs pour le monde de la culture. Mais là, je suis agréablement surpris !

Kiss a tutti !

Ozymandias
27/11/2020 à 17:27

Dans ma liste :)

Sandrine
27/11/2020 à 14:56

Serie trop bien

Phil06
26/11/2020 à 22:44

Votre article m’a donné envie de regarder cette série!
Merci @Ecran Large

votre commentaire