The Morning Show : critique du chaos médiatique d'Apple TV+

Alexandre Janowiak | 22 décembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexandre Janowiak | 22 décembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Quelques semaines après le lancement d'Apple TV+ et la fin de son post-apocalyptique See, c'est au tour de la médiatique The Morning Show de se terminer sur la plateforme de streaming. Après un début captivant (mais hésitant sur le fond), la série portée par Jennifer AnistonReese Witherspoon et Steve Carell s'est affirmé pour nous offrir un récit émouvant et profondément engagé.

GOOD MORNING APPLE TV+

Entre le post-apocalyptique See et l'uchronie spatiale For All Mankind, la série médiatique The Morning Show était sans doute la première création originale Apple TV+ la plus attendue du grand public. En plus de son budget faramineux, c'était surtout son parterre de stars dément composé de Jennifer AnistonReese Witherspoon et Steve Carell (pour ne citer que ceux qui sont sur l'affiche) qui animait les attentes. Mieux, il portait les espoirs de voir rentrer la firme à la pomme par la grande porte du streaming.

Lors de son lancement, après trois épisodes, le show semblait encore se chercher. Sa réflexion sur le sexisme, le machisme et la place des femmes en société était assez ambiguë par exemple, alors qu'au contraire ses qualités artistiques démontraient un vrai savoir-faire technique. Une chose est sûre, la série, plus qu'une série sur les coulisses d'une émission d'information (comme avait pu l'être The Newsroom), lorgnait inévitablement du côté du soap.

Au fur et à mesure de son avancée et en conclusion de ses dix épisodes, nul doute que la série a définitivement pris ce chemin en grande partie. Ce choix, s'il décevra plus d'un spectateur recherchant une série puissante sur le monde de la télévision, en comblera de nombreux autres, friand de divertissement à la fois jubilatoire, captivant, mais aussi engagé.

 

Photo Reese Witherspoon, Jennifer Aniston, Nestor CarbonellUne équipe soudée... en apparence

 

À LA MAISON DE LA TÉLÉ

Ainsi, en dix épisodes, la série devient réellement un objet addictif dont il est difficile de décrocher. La plupart des épisodes jouent sur les découvertes des personnages concernant l'affaire de harcèlement sexuel pour créer des situations prenantes ou sur les secrets de chacun des membres de la grande "famille" du Morning Show pour créer des rebondissements scénaristiques (trahisons, liaison secrète, mensonges, opportunisme...) dignes des soap les plus agités. En résultent des moments drôles, émouvants et incisifs qui galvanisent l'ensemble.

La narration s'amuse d'ailleurs judicieusement de nombreux cliffhangers pour accaparer l'attention des spectateurs et les rendre totalement accros. Une dépendance renforcée par la dynamique assez spectaculaire des dix épisodes. La série jouit, en effet, d'un rythme d'une efficacité remarquable laissant à la fois le temps à ses personnages de se développer durablement pendant les brèves accalmies, tout en conservant une énergie inhérente aux coulisses d'une matinale info.

 

Photo Jennifer Aniston, Mark DuplassUne caméra virevoltante sans prétention

 

Une vigueur due en grande partie à la mise en scène posée par Mimi Leder dans les deux premiers épisodes de la série. À l'image des univers sorkiniens (À la Maison-Blanche en tête), les personnages interagissent souvent en mouvement, dans les couloirs de l'émission ou les rues de New York, donnant une impression continue d'agitation et d'ardeur.

Sans véritable transition, la caméra suit ainsi les échanges de deux animateurs avant de se tourner vers celui d'une assistante et son producteur pour se terminer dans une loge et écouter l'échange houleux d'un personnage avec quelqu'un au téléphone dans de jolis plans-séquences. De facto, sans perdre en clarté sur l'agencement des lieux visités (essentiellement les coulisses de la matinale) et la structure de son récit, The Morning Show est d'une fluidité particulièrement appréciable.

Et si la mobilité de la caméra donne une limpidité notoire à la série, les metteurs en scène des dix épisodes savent également se servir de sa fixité pour tirer des moments forts en émotions (ce reportage dans les collines enflammées de Californie) et des instants hors du temps d'une puissance remarquable (le grand final de la saison 1).

 

Photo , Reese WitherspoonL'épisode 6, un des plus puissants et des plus beaux esthétiquement

 

LE VENT TOURNE

En jouant sur le crescendo de son intrigue, The Morning Show ressemble, dans sa construction, à une série au pitch très classique. Pour autant, la série gagne évidemment beaucoup de valeur grâce au propos majeur qu'elle met en évidence. D'abord floue sur ses intentions, la série devient un véritable pamphlet féministe au fur et à mesure de son avancée, dénonçant avec fougue le système patriarcal du divertissement américain ainsi que la misogynie qui règne au sein de certains médias.

La dénonciation de l'infotainment américain prend ici une envergure détonante (et quasi inédite sur le petit écran) qui donne indubitablement une force poignante à la création d'Apple TV+, d'autant plus à l'ère de #MeToo. Dans un magnifique huitième épisode, la série n'hésitera d'ailleurs pas à user d'un flashback instructif pour gagner en profondeur et alimenter le récit des femmes victimes de la hiérarchie ou de prédateurs tirant avantage de leur statut pour manipuler les esprits (un clin d'oeil cynique à Harvey Weinstein sur un plateau avec Steve Carell) et rester, malgré leurs agissements inexcusables, impunis.

 

Photo Gugu Mbatha-RawUn personnage dont la trajectoire prend une vraie dimension

 

The Morning Show est bien évidemment un soap jouant des codes inhérents du genre pour créer l'addiction chez le spectateur, mais se révèle également une oeuvre dénonciatrice percutante posant des questions primordiales dans la société actuelle. Le propos de la série sur la culture de la peur et du silence qui sévit dans le monde de l'information (et globalement le monde du travail en général) est libératoire et opportun, et conserve une finesse bienvenue évitant avec habileté l'emphase.

Une pertinence et une acuité que la série doit beaucoup à son parterre de stars. S'il est impossible de ne pas évoquer Reese Witherspoon, parfaite dans un rôle qui lui colle à la peau, et Jennifer Aniston plutôt convaincante (même si elle cabotine parfois un peu trop), la création de Kerry Ehrin peut aussi compter sur des rôles secondaires parfaitement caractérisés.

En tête d'entre eux, Mark Duplass dans la peau de ce producteur dépassé et sous pression est terriblement marquant, Bel Powley en jeune assistante insuffle une insouciance touchante, Nestor Carbonell en présentateur météo apporte une touche de tendresse et Gugu Mbatha-Raw qui vole la vedette dans les trois derniers épisodes grâce à un arc narratif exponentiel.

Enfin, Billy Crudup en directeur perfide démontre à quel point il manque cruellement de présence sur tous les écrans avec son charisme imposant. Sa trame permet d'ailleurs à la série d'exposer en fil rouge la frontière de plus en plus mince entre divertissement et information. Un thème fera sûrement l'objet d'un développement plus conséquent dans la saison 2 déjà commandée.

The Morning Show est disponible en intégralité sur Apple TV+ en France

 

Affiche officielle

Résumé

Plus qu'un simple soap-opera captivant et divertissant doté d'une mise en scène soignée et d'un rythme addictif, The Morning Show est un pamphlet féministe engagé et percutant contre le patriarcat toxique.

Autre avis Geoffrey Crété
À l'image d'une Reese Witherspoon à l'aise dans un rôle sur mesure et d'une Jennifer Aniston qui a rarement été aussi mauvaise, The Morning Show est une série moyenne, qui oscille entre le bof et le nul. Souvent divertissante, parfois grotesque, et globalement paresseuse et superficielle.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Geoffrey Crété - Rédaction
24/12/2019 à 11:44

@Votre Pseudo

Ce n'est pas l'avis de la rédaction, c'est l'avis d'Alexandre. Et comment puis-je avoir un avis si différent ? Tout simplement parce qu'on a tous des avis différents. Sur chaque critique, on a créé cet espace pour pouvoir afficher les avis des autres membres de l'équipe, afin de rappeler que chacun devrait pouvoir s'exprimer, et que la diversité des opinions c'est aussi sain qu'intéressant :)

Votre Pseudo
23/12/2019 à 23:19

Comment l’avis de Geoffrey peut être si diamétralement opposé à celui de la rédaction ?!

Madolic
23/12/2019 à 10:36

"Reese Witherspoon, parfaite dans un rôle qui lui colle à la peau, et Jennifer Aniston plutôt convaincante (même si elle cabotine parfois un peu trop)"
J'aurais dis l'inverse perso

Commentaire utile
22/12/2019 à 23:35

Série metoo, mi-chiante.

maxleresistant
22/12/2019 à 16:49

@ni3o
Je pense qu'ils veulent dire qu'on le vois pas assez souvent, pas qu'il manque de présence dans le sens charisme.

ni3o
22/12/2019 à 15:36

"Enfin, Billy Crudup en directeur perfide démontre à quel point il manque cruellement de présence sur tous les écrans avec son charisme imposant." C'est pas contradictoire comme phrase???!!!!????

votre commentaire