Pourquoi on n'a pas testé Rise of the Tomb Raider (ou comment Lara Croft m'a trahi)

Geoffrey Crété | 13 novembre 2015
Geoffrey Crété | 13 novembre 2015

Nous n'avons pas testé Rise of the Tomb Raider, le nouvel épisode des aventures de Lara Croft qui sort exclusivement sur Xbox. Et nous sommes tristes.

La première fois, j'avais 12 ans.

Toi, tu en avais déjà quatre au compteur. Ma vie de gamer en était à ses balbutiements et la tienne était sur le point de s'achever - du moins en théorie, puisque ta Révélation n'avait de finale que son titre. Comique avec le recul, cette impression d'accéder à un tout nouveau monde tes pixels grossiers d'aventurière en herbe à Angkor Vat dans Tomb Raider : La Révélation finale demeure puissante : étourdi par cette 3D, mon esprit éduqué par Sonic et Golden Axe sur Megadrive était façonné en profondeur à tes côtés.

 

 

Tu étais née trois ans plus tôt dans ce boîtier gris nommé Playstation, qui a forgé les rêves et cauchemars de générations entières. Comme des millions d'autres anonymes, je t'ai suivi, je t'ai fait avancer, grimper, ramper, bondir, rouler, glisser, nager, piloter. Je t'ai aimé puis détesté. Je t'ai fait gagner et mourir de toutes les manières possibles et imaginables dans ce théâtre grotesque qu'était devenu mon tube cathodique - brûlée, broyée, écrasée, noyée, empalée, grignotée, explosée, avalée, empoisonnée, tranchée, dorée. J'ai été fidèle, année après année, dans les meilleurs comme dans les pires moments, prêt à célébrer tes victoires et justifier tes défaites. Je te défendais même, si besoin, quitte à m'armer d'une mauvaise foi inquiétante.


 

Seize ans après cette Révélation, deux décennies après ta naissance, tu me brises le coeur. Le coeur numérique certes, celui qui ne bat qu'une fois que je m'oublie dans les polygones de tes expéditions ; mais le coeur tout de même. Car te voilà désormais inatteignable, volée par Microsoft pour de longs mois qui prouvent une nouvelle fois ta nature indélicate de produit marketing peu noble. Te voilà désormais sur Xbox avec Rise of the Tomb Raider, emballée dans une "exclusivité temporaire" qui occupera les allées des supermarchés pour les fêtes de Noël, et qui sonne comme une amère trahison : comme tout ceux qui t'ont jusque là permis d'exister et survivre grâce à leur Playstation 1, 2, 3 ou 4, je me retrouve puni, relégué dans la file d'attente comme un vulgaire consommateur que je suis devenu, à cause de toi.

 

 

Je n'ai donc plus que mes souvenirs pour célébrer ce mois de novembre qui sera occupé par les innombrables tests, articles, discussions et publicités qui, déjà, se multiplient pour accompagner la suite de ton énième comeback.

Ainsi me reviennent les images de Tomb Raider : La Révélation finale. Eclairé avec cette lumière de la nostalgie qui camoufle les défauts, il demeure à mes yeux l'un des meilleurs épisodes, voire le meilleur. Celui où tu n'es plus embarquée dans l'intrigue en dilettante, mais où tu enclenches toi-même l'action à cause de ta curiosité malsaine, provoquant une réaction en chaîne qui ouvre les portes de l'Apocalypse et de ton propre tombeau. Où tu cesses de courir aux quatre coins de la planète pour un défilé de mode, mannequin de luxe sur gros engins motorisés. Celui qui, à mes yeux, est doté d'un vrai scénario, avec des enjeux qu'on pourra prendre au sérieux.

 

 

Fou amoureux de ce cocktail d'aventure entre Indiana Jones et Sydney Fox l'aventurière, j'étais parti découvrir tes précédents exploits comme dans une parenthèse flashback. Si l'ordre des destinations reste flou, chacune d'elle reste gravée dans ma mémoire : la proposition de Jacqueline Natla, qui t'amène à découvrir que les dinosaures et l'Atlantide n'ont pas disparu (du moins jusqu'à ce que tu y passes et détruises tout sur ton passage, avec mon aide) ; ta quête de la dague de Xian et ce génocide de la mafia italienne (quelqu'un a-t-il tenté de calculer le nombre de victimes humaines dans ta deuxième aventure ?) qui se termine dans la tanière d'un dragon et un épilogue home invasion ; celle de quatre étranges artefacts issus d'une météorite que tu recherches par pur plaisir de globe trotter, sans une seule fois donner l'impression que tu as une quelconque raison de te fourrer dans ces sales draps.

Les labyrinthes gréco-romain et les murs de chair pulsante de l'Atlantide. Les ténèbres magiques de l'épave du Maria Doria et les îles flottant dans un ciel noir illuminé par le vert fluo des statues assoupies. Les Shiva guerrières et le vaisseau alien de la Zone 51. Un train lancé à travers le désert et des palais perdus, qui n'attendaient que toi et nous pour reprendre vie. Cet âge d'or a nourri et marqué mon imaginaire de manière indélébile.

 

 

Jusque là, tout allait presque bien. Ta tête qui passe à travers les portes, la caméra qui se colle à ton cul dès que tu avances dans un espace étriqué, tes ennemis abrutis qui tirent dans le vide et tournent en rond, ces sauts millimétrés qui me rappelaient mes cours de géométrie, ces niveaux labyrinthiques qui m'ont donné quelques crises d'angoisse : le caractère grotesque de ta carcasse vidéoludique, à défaut d'être atténué et retravaillé, était devenu une part de ton identité, presque un clin d'oeil complice aux gamers, heureux d'avoir d'innombrables possibilités pour glitcher à outrance tes aventures et offrir des speedruns de fous furieux.

 

 

Quand même les fans de la première heure ont commencé à déchanter face au médiocre Sur les traces de Lara Croft en 2000, écrit sur un coin de table dans un élan de panique par le service marketing à l'approche des bilans de fin d'année, je suis resté. Quand L'Ange des ténèbres, tes premiers pas sur Playstation 2 conçus comme le début d'une trilogie, et vendu comme une révolution de la saga qu'il a finalement failli enterrer, est sorti en 2003, j'ai accepté d'oublier, choisissant de me focaliser sur la superbe musique de Peter Connelly. 

Quand presque plus personne ne voulait de toi, que le monde t'associait aux mauvais films avec Angelina Jolie, les fans de la première heure comme moi ont continué à y croire, dans un doux mélange de naïveté et d'optimisme.

 

 

En 2006, Legend a, semble-t-il, exaucé ce voeu. Enfin, tu as été extirpée de ce monde carré, rigide et sinistre pour être propulsée dans l'arène des jeux next gen. Soucieux de racheter la confiance des fans, Crystal Dynamics se payait même les services de ton papa Toby Guard, lequel t'avait laissée orpheline après ta première aventure une dizaine d'années plus tôt, pour réécrire tes origines, comme pour balayer le passé. 

Plus grand, plus gros, plus fort, Legend t'a rouvert en grand les portes du succès mainstream. Comme beaucoup, ce comeback inespéré me permettait de passer outre les nombreuses faiblesses d'un titre un brin grossier, qui m'a toujours donné l'impression de s'agiter dans tout les sens comme un caniche en manque d'amour. 

 

 

Mais la vraie raison pour laquelle je pardonne Legend s'appelle Anniversary. Offrir un remake de ta toute première et majestueuse aventure après une renaissance poussive ressemble à un clin d'oeil complice aux fans. Et si réécrire tes origines avec une embarrassante Excalibur et une meilleure amie devenue une sorcière gothique sont parmi les pires idées de la franchise, te revoir dans l'inoubliable Vallée perdue, la main de Midas ou face à ton doppelganger sont sans nul doute les meilleures.

 

 

Lorsque ce cadeau s'est révélé être une pièce imbriquée entre Legend et Underworld, qui marque le retour de ton ennemie Natla, le plaisir était total. Underworld a ses défauts et détracteurs, a eu des ventes décevantes après l'échec d'un Anniversary qui n'a pas bénéficié du succès de Legend, mais il n'en demeure pas moins un solide épisode, plus proche de l'âme de tes premières aventures. Des jungles thaïlandaises au fin fond de l'océan Arctique, tu as retouché mon coeur de fan avec une atmosphère étourdissante et une aventure palpitante. Là encore, tu étais portée par ce qui ressemble à un scénario.

 

 

Mais rebelote en 2013. Te voilà de retour pour une énième fois, emballée dans la mode des origin stories : on t'avait jusque là imposé un crash d'avion à 21 ans, une formation traumatisante au Cambodge avec le vieux Von Croy au Cambodge pour tes 16 ans, un autre crash d'avion à 9 ans où tu perdais ta mère dans un portail magique, et on te largue désormais sur une mystérieuse île japonaise à 21 ans, où tu découvriras dans le sang et la rage ta véritable nature d'archéologue badass. Te rendre plus humaine, mais surtout plus surhumaine.

 

 

Tu es maintenant Unchartée jusqu'à la moelle. Emportée dans des glissades interminables, portée par une malchance comique, tu virevoltes comme une gazelle, grilles les cartouches comme une guerrière. À la place des tombes qui étaient ton ADN, tu affrontes des mercenaires et des cochons sauvages. Au lieu des mémorables trousses de soins, tu m'obliges à te faire fuir pour te permettre de recouvrer tes esprits et recolorer l'image comme Nathan Drake me l'a appris - lui qui avait tout appris grâce à toi, est désormais devenu ton inspiration première. Magicienne, tu as maintenant un mystérieux instinct de survie qui déferle sur le décor comme une vague qui illumine les éléments à ne pas rater, comme pour simplifier un peu plus encore tes exploits, loin de l'expérience follement immersive de tes premières épisodes.

À la fin, tu retrouvais tes incontournables pistolets pour achever ton ennemi, avec la promesse d'un retour aux sources. Ta renaissance version 2013 ne manquait ni de nerf ni d'idées, mais parce qu'elle ne m'avait pas totalement convaincu, je reportais mon jugement sur ta prochaine aventure. Sans savoir que celle-ci allait justement me prouver, ironiquement, que c'en était fini de nous deux. Que cet infime et fragile lien historique qui t'unit à moi et tous ces joueurs invétérés, depuis des années, est rompu.

 

  

Nul doute que nos chemins se recroiseront dans un an, lorsque tu reviendras hanter les consoles de Sony des mois après ta sortie en fanfare, comme une vieille Miss France contrainte à assurer le service après-vente en province. Le coeur a ses raisons que la raison ignore, donc le mien sera bien évidemment là ; mais cette fois, il battra bien moins fort.

Que celui qui partage notre nostalgie se laisse glisser jusqu'à notre dossier spécial sur toute la saga et notre survol des meilleurs et pires moments de la franchise.

Tout savoir sur Rise of the Tomb Raider

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Finnigan
15/11/2015 à 23:36

@Jipi

Capcom a annoncé un "Resident Evil 2 HD Remaster", dans la veine du remaster du premier, pour ps4 et xbox. Donc pour moi c'est un vrai beau truc à la fois pour les vieux fans ET de nouvelles générations qui pourront découvrir ce qu'était Resident Evil à l'origine !

Et je sais que FF7 est un classique au même titre oui, avec FF8 notamment, qui est lui aussi souvent cité comme incontournable. Moins sensible au RPG, je comprends toutefois l'envergure et la valeur.

diez
15/11/2015 à 19:34

Chris MacNeil> Pas du tout réfractaire aux pixels qui tâchent, bien au contraire. Je vais tenter de me le procurer, j'ai encore une ps2 du coup les jeux psone passent encore dessus.

Mechanyk> Apres oui, Underworld est un super jeu. Juste moins ete marqué par le precedent. Dans mes souvenirs, le final etait extrement galère.

Autant curieux de tater les nouveaux que le tout premier episode. ^^

ANDYnewman
15/11/2015 à 18:38

mikegyver :
En quoi ton avis est plus intéressant et légitime que celui d'un autre ? T'as l'air d'apprendre qu'on peut avoir des avis différents, et qu'un truc que tu n'aimes pas peut être aimé par d'autres... c'est si dur et insupportable que ça ?

Le pire : tu balances ton avis en étant persuadé que c'est une Vérité. Bordel que c'est passionnant...

Tu seras peut-être surpris d'apprendre que la majorité des fans historiques de TR trouvent le reboot loin d'être à la hauteur. Parce que oui, les énigmes sont un peu l'âme des jeux depuis le tout début...

Après rien t'empêche de préférer le côté Rambo sans TOMBES d'un jeu qui s'appelle pilleur de tombe, qui réécrit pour la douzième fois l'histoire de Lara Croft et pompe quasi tout sur Uncharted parce que ça marche. C'est ton droit fondamental.
Mais de quel droit peux-tu monter sur tes grands chevaux genre "moi je sais, et si tu ne partages pas mon avis, haha c'est ridicule, la preuve je compare avec un Sudoku"... Gros mystère.

mikegyver
15/11/2015 à 12:35

article d'un vient croulant qui devient aveugle en fait......

....osez dire que "revelation finale" est un bon jeu, que la maniabilité toute pourries, les murs invisibles a gogos et la non-immersion des anciens jeux est mieux que le FANTASTIQUE REBOOT DE 2013 fallait oser !!!

mais a ecran large on ose tout !! c'est meme a ca qu'on vous reconnait, si vous voyez ce que je veux dire :)

le coté superman,les enigmes lourdasses ajoutés a la maniabilité pourrie donnait envie de lacher la manette, de l'exploration y'en a dans tous les jeux maintenant,

tu veux des enigmes ? fait un SUDOKU bordel et lache nous la grappe !!

RISE prolonge la durée de vie du reboot, qui est un des meilleurs jeux de ces dernieres années, gloire a lui....tout simplement.....

jay0278
14/11/2015 à 23:51

La Xbox one les mecs!
Il fallait faire le bon choix!
Le jeux vidéo! Le vrai c est sur Xbox!

ultron75
14/11/2015 à 20:24

Effectivement pas d'accord avec cet article. MSFT est au fond du gouffre avec sa X1 face à un Sony tout puissant. Soyons Clairs, si MSFT se retire du jeu vidéo et que Sony reste seul, on va y perdre en temps que joueurs. La concurrence est toujours profitable à mes yeux. Bref si cette exclu permet à MSFT de remonter un peu leur retard, hé bien je dis tant mieux. cheers

JiPi
14/11/2015 à 16:06

Ils vont un vrai portage HD de Resident Evil 2?

Et bien FF7 est pareil, un classique à posseder chez soi. Un classique du RPG, comme Resident Evil est un classique du jeu d'horreur.

D'ailleurs la compil Origins avec Resident Evil 0 et Resident Evil seront de vrais portages HD ou un simple upscale? Je veux dire, est ce que ce sera comme Gears of War Ultimate Edition, ou le master du jeu a bien été refait

Finnigan
14/11/2015 à 15:51

Je pense que je vais craquer sur les HD parce que ça reste, des années après, de très, très grands jeux c'est certain. Et je préfère financer leurs remakes, si jamais ça peut mettre fin aux horreurs des derniers épisodes...!

Suis quand même très curieux de voir ce qu'ils vont changer dans RE2, puisque j'imagine qu'ils vont un minimum remanier ou tordre quelques décors/moments.

FF j'ai laissé tomber depuis quelques épisodes... Je ne suis pas de la génération FF7, que j'avais juste vu chez un pote à l'époque, donc sur ce coup je risque d'avoir moins d'arguments !

JiPi
14/11/2015 à 15:46

Aaaaah je te suis sur le fait que Resident Evil c'est un gros dossier.

Si je n'avais pas de retard dans quelques jeux, je prendrais la compil HD qu'ils vont faire, parce que c'est une pièce maîtresse du jeu vidéo, et il doit avoir un support qui lui rende hommage.

Peut être que le portage sera paresseux vis à vis de leur version Gamecube, mais c'est un jeu à avoir chez soi. Comme quoi, même moi je peux me faire pigeonner lol !

Comme le remake de FF7 qui n'a pas été annoncé comme exclusif à la PS4, vivement qu'ils annoncent une date de sortie. Comme ça, j'esquiverai le FF 15 rempli d'emo-goth xD.

Finnigan
14/11/2015 à 15:23

Tu sembles plus calme là que dans tes premiers messages je t'assure, et c'est déjà plus cool !

On a tous bien compris pourquoi il y a cette exclu évidemment, je crois qu'il n'y a pas besoin de l'expliciter. C'est pour ça que je comprends pas vraiment le problème : ok ils ont pris le plus gros chèque et (surprise!) pas écouter les fans, mais en quoi cela est gênant à la lecture de l'article ? Est-ce que cela empêche du coup d'être frustré ou déçu ? Savoir pertinemment que c'est un business et en avoir une nouvelle preuve flagrante, est-ce que cela interdit d'avoir un avis sur ce cas précis ?... Doit-on être cynique ? Se dire "c'est comme ça, je suis la saga donc j'achète la xbox ou l'emprunte à mon cousin parce que pas le choix" et ne pas commenter ?

Je comprends totalement perso l'idée de pas le tester là, mais attendre un an (relativement peu on est d'accord). C'est la moindre résistance... Il finit en disant qu'il l'achètera d'ailleurs.
Pour ma part je ne vais pas remuer ciel et terre pour choper une xbox, et encore moins l'acheter. C'est vraisemblablement le but de cette opération, donc ne pas obéir me semble être la seule chose possible pour le fan...

Et oui ok, parce que tu as répété deux fois "sortir sur tous les supports" pour Halo et FF. Je maîtrise moins ces cas mais je croyais que tu avais un souci avec l'idée de voir une franchise sortir en simultané sur différentes consoles.

Totalement d'accord sinon pour Resident Evil... Gros dossier à faire sur le sujet aussi, même si j'ai hâte de voir le remake du 2, qui est probablement mon préféré.

Plus

votre commentaire