Le film sur La Nonne sera très différent de la saga Conjuring

Christophe Foltzer | 12 septembre 2017
Christophe Foltzer | 12 septembre 2017

Que l'on aime ou pas la saga Conjuring, cela n'en reste pas moins l'un des cas les plus intéressants du Hollywood actuel. Et ce n'est pas prêt de se terminer vu tout ce qui nous attend encore.

Partie de quasiment rien, la saga Conjuring est aujourd'hui un univers étendu en pleine expansion qui connait un gros succès, damant ainsi le pion à Universal puisque, quand on y réfléchit deux secondes, James Wan n'est-il pas en train de faire son Dark Universe à lui ? Bien sûr, ce ne sont pas les monstres emblématiques et il n'est pas dit que ses personnages se retrouvent à la fin dans le même film pour se foutre sur la tronche, mais le réalisateur-producteur est clairement en train de montrer à la concurrence comment il faut faire, en espérant que cette dernière n'écoute que d'une oreille. Coup de bol, c'est plus ou moins ce qui se passe.

 

Photo COnjuring 2, The Nun

 

Après la sortie d' Annabelle : La Création du Mal, bien plus intéressant que son prédécesseur et d'ores et déjà l'un des films les plus rentables de l'année, et avant un The Conjuring 3 dont Wan ne sera pas le réalisateur, il y aura The Nun, basé sur le personnage de nonne maléfique aperçu dans Conjuring 2.

Le film, réalisé par Corin Hardy (Le Sanctuaire), devrait cependant nous réserver pas mal de surprise par rapport aux autres volets de cette saga, comme vient de l'expliquer Gary Daubermann, le scénariste, au micro de Collider :

« Vous savez, James Wan a été très clair là-dessus, il veut que chaque film de cet univers ait son propre parfum, son propre style, et qu'il ne ressemble pas aux autres. Je pense donc que The Nun prend une approche très sympa, que nous n'avons vue dans aucun autre film. »

 

Photo Nonne Maléfique

 

Et si l'on en sait encore très peu sur le film actuellement, la question du style visuel et de l'atmosphère recherchés semble être au coeur du projet puisque Daubermann ajoute que, bien que le film se situe en Roumanie, il puisera son inspiraton en Angleterre, et plus particulièrement du côté des studios de la Hammer, le studio phare du fantastique et de l'horreur dans les années 60.

« Ce n'est pas qu'une question de lieu de tournage, non. James a été très pointilleux sur ce sujet parce que la Roumanie confère des éléments au scénario, elle y joue un rôle, mais aussi parce qu'en regard du coût, l'apport visuel de, disons un château en Transylvanie, est conséquent. Vous avez le brouillard et les croix qui le percent dans un cimetière. C'est très atmosphérique. Nous avons beaucoup parlé des films de la Hammer comme d'une grande influence. Donc c'est ce genre de détail qui rend le film différent. »

Et du coup, on est très curieux de voir ce que ça va donner et cela nous changera clairement du cadre urbain de rigueur dans les Conjuring. Après, nous ne sommes pas plus surpris que ça par ce choix esthétique puisqu'on se rappelle le Dead Silence de Wan, qui était déjà à l'époque un gros hommage à la Hammer. 

 

Photo Nonne

Tout savoir sur La Nonne

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire