Blade Runner 2049 ne sera pas vraiment un film pour les enfants

Christophe Foltzer | 10 août 2017
Christophe Foltzer | 10 août 2017

C'est donc le 4 octobre prochain que sortira Blade Runner 2049, un film juste ultra attendu et le vrai premier baptême du feu de Denis Villeneuve qui n'a pas le droit à l'erreur. Et déjà, on peut dire qu'il part bien.

Longtemps fantasmée, la suite de Blade Runner est enfin en passe de devenir réalité puisque Blade Runner 2049 est actuellement en pleines finitions sous l'oeil avisé, et probablement épuisé, de Denis Villeneuve. Et il faut bien reconnaitre qu'il s'est un peu déchiré le pépère puisque, visuellement, c'est magnifique, pour le peu qu'on en a vu, croisement parfait entre l'esthétique du premier film et l'univers du réalisateur.

 

photo Harrison Ford

 

Harrison Ford dans Blade Runner 2049

 

Après, bien sûr, on a toujours quelques craintes suite aux bandes-annonces. En effet, on a quand même un peu l'impression que, suivant la logique hollywoodienne actuelle, le film n'est pas tant une suite qu'un proto-remake qui ne dit pas son nom. Mais on reste relativement confiants en nous disant qu'il s'agit avant tout là d'un angle marketing indispensable pour réunir les différentes générations de publics visés autour d'un seul et même film. Et on espère qu'on aura raison. 

 

Harrison Ford Ryan Gosling

 

Ryan Gosling 2049 

 

Par contre, le truc qui nous angoissait, c'était le ton du film. Si le premier Blade Runner n'était pas un film hardcore, loin de là même, il marquait néanmoins les esprits par sa peinture dépressive d'un futur suffocant, perpétuellement plongé dans des ténèbres industrielles où l'homme véritable semblait avoir de moins en moins de place. Un tableau crépusculaire qui faisait beaucoup dans l'impact du film sur le spectateur et parfaitement en phase avec ce qu'il nous racontait. Oui, mais ça, c'était il y a 35 ans, et aujourd'hui on ne voit pas trop Hollywood prendre ce genre de décision plutôt radicale.

 

Harrison Ford Ryan Gosling

 

Vous serez donc ravis d'apprendre que le MPAA (l'organisme de classification des films américain) a rendu son verdict concernant Blade Runner 2049 et l'a gratifié d'une bonne classification R comme on les aime (c'est à dire interdit aux moins de 17 ans non accompagnés), pour "violent, sexualité partielle, nudité et vulgarité". Et c'est une très bonne nouvelle, le film ne ressemblera donc pas à une visite à DisneyLand, ce qui ne pouvait faire plus plaisir à Denis Villeneuve, puisque c'est ce qu'il visait, comme il l'avait déclaré au micro de Screen International il y a quelques mois :

"Mes producteurs trouvent cela amusant de me rappeler que ce sera un des films indépendants classés R les plus cher jamais réalisé."

A titre de comparaison, le premier Blade Runner avait écopé d'un PG-13 à l'époque de sa sortie, pour exactement les mêmes raisons d'ailleurs, ce qui montre bien dans quel sens les mentalités ont évolué ces 30 dernières années. 

 

Tout savoir sur Blade Runner 2049

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Bigbird
24/10/2017 à 02:01

On a tendance à se péter les bretel trop vite, c'était pas si bon que ça!

Bee
11/08/2017 à 11:44

"Baptême de feu pour Denis Villeneuve" ? Je pense que ce réalisateur a déjà pas mal de films à son actif, qui ne sont pas ce qu'on peut qualifier de "petits films". Sans mauvais jeu de mots, "Incendies" (pour ne citer que celui-là) était déjà un "bon baptême"...
Il me semble, en effet, que M. Villeneuve est un réalisateur important dans le paysage cinématographique (québécois mais pas que ;)

Actar
11/08/2017 à 08:40

Franchement on s'en contrefout de leur R et PG 13 14 17 on n'y comprend rien et les francais aussi. Bref c'est la qualité du film que l'on jugera et si ce 2049 sera le digne héritier de son aîné. La violence et la vulgarité restent subjectives - on a bien compris aussi que c'était du bizness aux US - Villeneuve est content tant pour lui. Triste qd même de savoir que ces classifications sont aujourd'hui des "objectifs" et qu'il faut forcer oui ou non la violence d'une oeuvre plutôt que ça soit le propos lui même de l'histoire qui la génère.

StarLord
10/08/2017 à 21:06

@arriflex

Merci aussi pour la précision, et surtout pour ton lien. Un documentaire vraiment très instructif, j'ai appris beaucoup de choses.

Red dragon
10/08/2017 à 13:29

Merci arriflex pour tes précisions. J'espère que la rédaction fera de même en te remerciant.

Bubu
10/08/2017 à 12:20

Vivement sa sortie au cinéma il sort en blu ray ultra hd blade runner le 27 septembre un nouveau master precommande obligatoire

Arriflex
10/08/2017 à 11:40

Vous faites erreur, Blade Runner à sa sorti en 1982 n'avais pas écopé d'un PG-13 mais aussi d'un "Rated R", de plus à l'époque le PG-13 n’existait pas encore, c'est seulement après Indiana Jones et le temple maudit et Gremlins qui avait choqué les famille Américaines pour leurs classement PG que Spielberg avait proposé à la MPAA un classement entre PG et R, et c'est comme ça qu'en 1984 un nouveau classement a été crée et le premier film à l'avoir reçu a été "Red Dawsn" (L'aube rouge) de John Millius.
D'ailleurs à l'époque le PG-13 était plus hardcore que ce qu'il est devenu aujourd'hui. D'ailleurs je vous recommande sur youtube de taper "What happened to PG13".
En tout cas hâte de voire Blade Runner 2049, vu que Blade Runner est l'un de mes films préféré de tout les temps.

votre commentaire