Pour le réalisateur Julien Leclercq, nous n'avons pas le droit de critiquer Valerian

Christophe Foltzer | 31 juillet 2017
Christophe Foltzer | 31 juillet 2017

Valerian est donc sorti sur tous les écrans français la semaine dernière et, comme on pouvait s'y attendre, il a fait un excellent démarrage. Question critiques, c'est un peu plus contrasté évidemment, mais comme apparemment, elles sont dans l'erreur, ça va...

C'est rigolo quand même (si, si, vous allez voir, c'est tordant) : quelques jours avant la sortie de Valerian dans nos salles, on vous avait concocté un petit dossier sur les rapports un peu étranges qu'entretenait Luc Besson avec la critique depuis le début de sa carrière, et ce mythe selon lequel il serait détesté par la presse - alors qu'une petite revue de presse du passé a démontré que c'était loin d'être le cas.

 

Photo Cara Delevingne, Dane DeHaan

 

Rebelote, on y a encore eu droit cette fois encore. Il faut dire que les premiers retours américains étaient plus que constrastés et que le box-office désastreux du film là-bas aurait tendance à leur donner raison alors qu'en France, si le film ne fait pas le consensus question critique, son gros démarrage devrait lui assurer un tout autre destin.

Mais bon, comme d'habitude, c'est de la faute des critiques. Sauf que cette fois, ce n'est pas Luc Besson qui le dit mais son poto Julien Leclercq, réalisateur de L'Assaut et de Braqueurs, qui a fait savoir via un long message Instagram que ce n'était pas joli-joli de dire du mal de ce film, en mettant en avant les critiques assassines de Libération, Le Monde et Mad Movies :

"J'admire profondément les gens qui FONT les choses... Imaginer, fédérer, financer, raconter, construire, surmonter... Voilà le challenge d'un metteur en scène et de son équipe au quotidien... sur des mois, des années... De part son ambition visuelle & financière, Valerian se doit de fonctionner partout et surtout en France !! Chaque film est une PME qui emploie des centaines de personnes à chaque fois... et le succès de Valerian permettra de financer des films d'auteurs moins évidents à produire... Bravo à Luc Besson d'avoir réussi une telle prouesse!! D'avoir garder ce tournage en France... C'est colossale ! Et tellement nécessaire. Le cinema Francais en a besoin ! Alors les Isabelle, Didier et Alexandre qui sont payés à dire "ça c'est bien... ça c'est pas bien", prenez conscience de votre "french bashing" et ce que c'est de réaliser une telle entreprise comme Valérian ! Arrêtez de casser du sucre sur un réalisateur qui travaille plus que vous tous réunis ! Nous devons tous soutenir ce film ! Vive la France ! Vive Valerian ! Vive Luc Besson !"

 

Photo Luc Besson

 Luc Besson sur le tournage de Valerian

 

Donc, plusieurs choses. Déjà, nous n'avons rien modifié du message original, donc les fautes c'est cadeau (même si, sur ce plan, on n'a pas trop intérêt à la ramener, n'est-ce pas).

Ensuite, mis à part créer du drame pour faire parler du film et entretenir le statut de victime de Besson, on ne voit pas trop l'utilité d'une telle intervention. Ce n'est pas comme si le film se plantait en beauté dans les salles, alors, franchement, c'est pas super utile.

Enfin, sur le fond, on a quand même quelques problèmes avec ce qu'on nous raconte. N'y voyez pas là une blessure d'orgueil de notre part ou une volonté de défendre les copains (ça on s'en fout, ils sont assez grands pour le faire eux-mêmes), mais les arguments ne tiennent pas. On ne peut pas parler de "french bashing" alors que Besson a été omniprésent dans les médias pour la promo de son film, que la campagne marketing a été colossale et que le film s'en sort plutôt bien question critique (une moyenne de 3.1/5 sur Allociné). Par ailleurs, c'est un peu moyen d'attaquer les journalistes ad nominem sur leurs avis et opinions dans un pays qui prône la liberté d'expression. Au-delà de l'argumentaire digne d'un ado prépubère ("Z'avez qu'à vous sortir les doigts et faire un film avant de dire que c'est pas bien bande de nullos"), il faudrait veiller à ne pas tout mélanger. 

 

Photo

 

Faire un film est un travail titanesque, qui demande une énergie dingue et pendant longtemps - la grande majorité des critiques en a parfaitement conscience, et sait comment la machine tourne. Critiquer un film requiert certes moins d'engagement personnel, mais cela reste un vrai métier. Et, d'un côté comme de l'autre, il faut savoir accepter un avis différent du sien. C'est la règle, ça fait partie du jeu. Alors quand on nous rabâche ces vieux clichés, qui deviennent depuis un certain temps des arguments promo, forcément, on ne peut pas être d'accord. Si l'on nous dit qu'aimer Valerian est une obligation, c'est non. Si l'on nous dit que soutenir le film c'est soutenir la France (avec ce que ça implique pour ceux qui n'aiment pas le film), c'est non aussi. Tout simplement parce que nous sommes en démocratie et que la diversité des opinions est aussi ce qui fait la richesse de notre culture.

Donc bon, dire qu'un film comme Valerian est un enjeu national, alors que ses 180 millions de budget ont déjà été quasiment remboursés par les préventes et que le film ne s'est pas privé d'aller chercher des talents étrangers sur pas mal de postes clé, c'est un peu fort. L'ériger en hérault de notre identité, c'est invraisemblable. Et puis merde quoi, on fait ce qu'on veut aussi, c'est ça la République en marche.

 

Affiche

 

 

commentaires

Dieu
10/08/2017 à 00:27

Julien Leclerqc s'est fait régulièrement assassiné par la critique donc voilà.

Pierre
08/08/2017 à 11:24

J'adore les BD de Valerian je les collectionne depuis x années. J'ai été déçu par le film qui en fait retrace la BD " l'Ambassadeur des ombres" avec beaucoup de précision , plus quelques scénettes sans grand intérêt. Les effets spéciaux sont excellents , mais le jeu des acteurs principaux manque de conviction - ou de métier...Mais ce n'est que mon avis !
Pierre 75 ans dont 65 de BD...

odjibway
07/08/2017 à 22:32

J'aime besson parce qu'il sort des sentiers battus du cinéma français intello
et qu'il ne nous met pas du papier collé à la hollywoodien

Inquiet
03/08/2017 à 17:14

Bonjour,

Je tiens d’abord à préciser que je suis un Fan de Luc Besson et que j'ai toujours soutenu son projet de création de la cité du cinéma. J'étais également très content qu'un Français se lance dans un film de Sci-fi avec un tel budget.

Maintenant en ce qui concerne le film mais quel déception!!!!! J'y avais été en me disant que de toute façon, même quand Besson rate (toutes proportions gardées) un film, il se laisse regarder. Mais là c'est insupportable! Au bout de 10 min on savait que le film serait raté!

Scénario acceptable mais complétêment plat et surtout vu, vu et revu.
Personnages piochés à droite à gauche (Ex : Pearl = Avatar, à croire que les aliens victimes ont tous la même tête, 3 gnomes = MIB, Rihana=Mystic...).
Montage bidon, Enormes longueurs, transitions incompréhensibles.
Les dialogues sont connus 10 min à l'avance tellement que c'est du déjà entendu.
Et puis cette actrice, mais quel horreur!! En revanche l'acteur de Valerian je le trouve tout à fait convenable.

Du coup, je suis sortie de ce film très inquiet car je me dis que ce n'est pas possible que Luc Besson (maitre de la transition et des personnages Fun) nous sorte un tel film.
Peut-être que le critère qui définissent un bon film ont changé ou peut-être que les producteurs ont un pouvoir trop important (impose tel acteur, tel personnage, tel scènes...) car au final on a l'impression d'un film monté en kit.

Asano
03/08/2017 à 08:48

Bonjour,

C'est drole et triste de lire que le box office donne raison à la critique. Du coup j'ai pas lu le reste de l'article.

R90
02/08/2017 à 10:17

@Valerian

- faudrait prendre la critique du HR en entier, plutôt qu'un morceau, histoire de pas prétendre que l'article s'arrête à ça et ne développe aucun argument (suffit d'aller la lire : la critique parle scénario, dramaturgie, cohérence interne du récit)

- l'extrait du HR tacle méchamment Dane DeHaan (qui n'est pas français), et son Cure for Life (film pas français, réalisé par un cinéaste hollywoodien), Cara Delevingne et Rihanna. Bref : tout le monde en prend, et pas juste Besson personnellement

- l'article ici fait bien la différence entre avoir tous un avis différent (c'est normal c'est bien), et avoir quelqu'un qui nous dit ce qu'on ne peut pas penser. Où l'article dit-il que tu ne peux pas aimer le film ? Nulle part. Il te dit que Leclercq abuse en venant déclarer qu'il faut pas critiquer Valerian si on aime le ciné français. Y'a une différence entre avoir une opinion (au passage, Leclercq ne parle pas de la qualité du film, du tout), et avoir une opinion qui bloque l'opinion d'autrui. "ta liberté s'arrête là où celle de l'Autre commence", pour résumer.

- et avant de prétexter que la critique défend la critique vs le monde : on parle ici de principe, celui de venir dire (à la critique, mais ça aurait pu être au public) ce qu'on peut et ne peut pas penser. Leclercq est le seul à faire ça. Et quand quelqu'un vient me dire ce que je n'ai pas le "droit" de penser, faut pas abuser : il ne devrait pas être défendu sur la base du "liberté d'opinion !"... puisqu'il est celui qui vient l'ébranler en premier lieu !

- le fameux rôle des critiques négatives au box-office : le démarrage record de Batman v Superman (descendu par la critique) et la sortie récente du film Emoji (qui a failli être premier, malgré une revue de presse parmi les pires de l'année) prouve que le public se fiche des critiques. Ce qui compte, c'est son intérêt et la chute de fréquentation. Si Valerian a mal démarré aux USA, c'est parce que le film n'a pas été bien vendu et/ou n'intéresse pas et/ou n'était pas suffisamment fort face à la concurrence. Accuser les critiques en masse de cette façon, c'est ignorer la réalité, et infantiliser le public

- faudra sinon apprendre que l'objectivité quand on critique un film, ça n'existe pas : quand quelqu'un crie à l'absence d'objectivité face aux arguments et à l'avis d'un critique, c'est juste la difficulté à accepter et entendre l'opinion d'autrui. Si objectivité il y avait, la critique serait toujours alignée sur le même avis (or, même Valerian n'a pas ça, pour info : aux US ou en France, elle a ses fans)

- quitte à critiquer le rôle des méchants critiques, faudra penser à questionner le rapport d'EuropaCorp à la critique. C'est bien beau de s'en prendre au métier de critique (quelle nouveauté : les critiques sont méprisées et accusées d'avoir des avis, d'être méchants, de tuer des films), mais EuropaCorp, par ex, a refusé l'entrée aux projections à plein de médias. MAIS à côté, certains médias triés sur le volet ont publié de belles critiques, Besson a fait des couvertures et s'est payé d JT et du publi reportage à heure de grande écoute, forgeant une promo positive, belle et gentille, pour quasiment vendre sa propre revue de presse. On en parle de ça, ou c'est plus simple de pointer du doigt les méchants et ne pas voir la machinerie EuropaCorp ?

- et surtout, surtout : faudra vraiment accepter qu'on ait des avis différents. Vous et moi, la critique et vous... Bien sûr, c'est monnaie courante de dire que l'autre est biaisé, vendu, de mauvaise foi, cruel, etc. C'est peut-être plus difficile d'accepter qu'on puisse tous êtes sincères, sensés, honnêtes, et penser très différemment. Et se respecter malgré tout.

Valérian
02/08/2017 à 03:35

Pour le journaliste Christophe Foltzer, nous n'avons pas le droit de critiquer la critique. La position de M. Foltzer est rigolote. Je veux dire: Ce n’est pas comme si l’argent de mes impots et de ceux des autres contribuables n’avait pas déjà servi à renflouer une critique comme le monde ou comme liberation. Et M. Foltzer parle de démocratie et en meme il pretend interdire à ses lecteurs de critiquer Le monde et Libération? Non, mais allo, je reve là! Les lecteurs ont tout à fait le droit de critiquer la critique!
Quand au “French bashing”, il existe Monsieur Foltzer, ne vous en déplaise, voici un
extrait du 21/07/2017 d’un de vos confrères du Hollywood Reporter traduit par mes
soins: “Les Razzies Awards(= La récompense aux USA pour le plus mauvais film de
l’année) ne doivent pas attendre jusqu'à la fin de l'année pour choisir leur gagnant pour 2017. Le « Golden Turkey Awards » (=Un bouquin édité en 1980 qui prétendait nommer en particulier le plus mauvais film, le plus mauvais directeur de film et le plus mauvais acteur de tous les temps.) devrait être rééditée avec une nouvelle couverture. L’ordure venue d’Europe est de retour et la Science-Fiction devra lécher ses blessures pendant un certain temps. L’acteur Dane DeHaan, qui a joué dans deux des ratés le plus outrageusement gonflés de l'année avec un « Remède pour le Bien-être » et maintenant ceci, devrait faire deux ou trois films d'indépendant, tandis que Cara Delevigne doit apprendre que le métier d’acteur nécessite plus que sourire d'un air satisfait et de faire des roulements d'oeil. Rihanna devrait prétendre que ceci n'est jamais arrivé. Et les chefs de studio de Hollywood peuvent respirer cette fois-ci, au moins, ils échapperont à la responsabilité d’avoir créé un film géant d’été que personne ne veut voir,
puisque ce film est une importation française. »
Donc vous voyez M. Foltzer, cet extrait est le début de l’article du Hollywood reporter. Vous remarquerez que son auteur n’explique en rien son point de vue et se contente de dénigrer gratuitement le film de m. Besson, M. Besson et ses acteurs. Il s’agit donc clairement de French bashing. Cette « critique » (et celle de certains de ses confrères) est à mettre en relation avec le box-office désastreux du film là-bas (Des résultats désastreux que vous dénoncez d’ailleurs avec beaucoup d’a-propos.). Malheureusement, M. Foltzer on ne vous entend pas dénoncer les propos du « Hollywood Reporter » (Ou des autres imbéciles qui s’expriment de la meme manière que lui.) de la meme manière que vous avez dénoncé ceux de M. Leclercq. Au contraire, vous refusez d’admetter l’évidence que les mauvais résultats du film aux USA découlent en partie des critiques assassines de journalistes comme ceux du Hollywood Reporter. Comme quoi, le deux poids, deux mesures semble vous convenir !
Ensuite, franchement, mis à part créer du drame pour entretenir votre prétendu
statut de journaliste victime (De qui, de quoi au fait ?), on ne comprends pas trop
l'utilité de votre intervention. Ce n'est pas comme si ce film subissait des attaques en
règle gratuites de la presse US, hein M. Foltzer? Avoir un minimum d’objectivité
journalistique, c’est bien connu, c’est pas super utile ! (Au passage j’adore votre emploi
du mot super cela fait très Trumpien.)
Par ailleurs, c'est un peu moyen d'attaquer Julien leclerc ad nominem sur son avis et opinion dans un pays qui prône la liberté d'expression (Bon il faut relativiser les médias dans ce pays appartiennent à une dizaine de familles.). Au-delà de l'argumentaire digne d'un ado prépubère "Z'avez qu'à vous taire et laisser parler la critique journalistique de cinéma qui ne se trompe jamais et qui est un modèle d’honneté intellectuelle, c’est bien connu, puisque je vous le dis, bande de nullos !"), il faudrait veiller à ne pas amalgamer toutes les critiques journalistiques et comprendre qu’un journaliste comme celui du Hollywood Reporter peut être de mauvaise fois ! Si, si, les journalistes critiques de cinéma ne sont pas parfaits !
Donc bon, laisser entendre qu'un film comme Valerian ne vaut rien parce qu’il fait de mauvaises ventes aux USA (NDLR : En partie grâce à la critique US biaisée que vous ne dénoncez bien sur pas !), alors que son budget est de 180 millions (75 millions dépensés France, quand meme), c'est un peu fort. L'ériger en hérault de la personnalité controversée de Besson, c'est invraisemblable. Et puis merde quoi, on fait ce qu'on veut aussi, c'est ça la République en marche.

Tom35
02/08/2017 à 02:10

Ce film est nul et la Cité du cinéma c'est notre pognon . Il est temps que la grand famille du cinéma français qui généralement se transmet de famille en famille , rendent des comptes et remboursent tout l'argent piqué dans nos poches allègrement , par des réalisateurs mauvais et acteurs à chier , bande de mafieux

Valérian
02/08/2017 à 01:10

Je suis allé voir ce film et je n'ai jamais lu la BD dont est issue ce film. J'aime un peu les films de Besson, meme si je ne suis pas un grand fan non plus. Comme la critique était mauvaise, je suis allé voir ce film avec prudence.
J'ai trouvé ce film divertissant, il fait un peu rever à l'aventure spatiale. En ce qui concerne le scénario, il est simpliste (Du genre série B), mais il a au moins le mérite de tenir la route jusqu'à la fin (Pas comme avec le film Lucy où cela devenait rapidement un peu n'importe quoi. Je n'avais d'ailleurs pas aimé la paresse scénaristique de Besson dans Lucy.).
Mais bon, il ne faut pas aller voir ce film pour son scénario, ce film est plutot dans la rubrique divertissement.
Et puis ce film n'est pas vraiment un film d'action comme la plupart des blockbusters américains, ce que j'ai apprécié.

De plus les acteurs ne sont pas extraordinaires mais j'ai trouvé qu'ils se sont bien acquités de leur travail d'acteurs contrairement à ce qu'en dit la critique. En particulier, Dane DeHaan a joué de manière assez efficace le role du personnage principal: Un mec cool, arrogant (Valérian) et amoureux de Laureline. Quant à Cara Delevigne, elle est assez motivée mais je pense que Besson aurait du développer davantage son personnage et la faire parler davantage car en fait on ne connait pas grand chose de Laureline si ce n'est son professionalisme.

En ce qui concerne les effets spéciaux, c'est assez impressionnant, par contre j'ai trouvé la musique moyenne. En ce qui concerne la science-fiction j'ai trouvé que cela manque de réalisme (Par exemple: Je trouve que les créatures extraterrestres se comportent trop comme des humains et/ou sont trop gentilles) et que Besson ne fournit pas assez d'explications (Par exemple: Comment peut-on créer un objet de la taille d'une perle d'une puissance de 20 mégatonnes?).

Sinon, j'imagine bien que ce film est moins bon que la BD, surtout en ce qui concerne les personnages et je comprends bien qu'il ne plaise pas aux fans de la BD, mais moi, je ne fais que donner mon avis sur la qualité cinématographique de ce film. Comme je n'ai pas lu la BD, je ne peux pas juger si ce film est une bonne adaptation ou pas.

Pour conclure, ce film n'est ni le meilleur, ni le pire film de ces dix dernières années dans le genre science-fiction/aventure/action, mais je trouve que c'est bien meilleur que ce que propose Hollywood dans ce genre ces-temps-ci et donc forcément cela m'a satisfait.

Bubu
01/08/2017 à 19:50

Luc Besson son film.est excellent il faut arrêter de le critique ce n est pas un chef d'oeuvre le film.est fun

Plus

votre commentaire