The Heretics : découvrez la bande-annonce horrifique dans la lignée de Grave et Get Out

Alexis Vielle | 28 juin 2017
Alexis Vielle | 28 juin 2017

Après Grave, It Follows et Get Out, The Heretics semble s'inscrire dans la tendance fantastique pour mieux dénoncer les maux de notre monde.

Mine de rien, on assiste à un renouveau de l’horreur depuis quelques années. Véritable miroir d’une société en constante mutation, le genre connait une nouvelle jeunesse après l’âge doré des années 60-70. A l’époque, Rosemary’s Baby, The Shining et surtout L’Exorciste se voulaient iconoclastes, balayant nos convictions religieuses pour mieux s’affranchir des codes d’une société bien trop standardisée. Les travers d’une Amérique puritaine étaient alors pointés du doigt pour mieux accoucher de chefs d’œuvres.

 

Stanley Kubrick

 Jack Nicholson dans Shining

 

Après le passage à vide des années 80 jusque dans les années 90, qui avaient vu le style plombé par une surabondance de slashers ou de comédies d’horreur ne se prenant pas au sérieux, les années 2000 sonnaient le retour du cinéma de genre sur le devant de la scène. Et c’est tant mieux.

On constate que les monstres ne sont désormais plus fantasmagoriques et n’ont jamais été aussi proches de nous. En dessinant des histoires à la frontière du fantastique, le fond traitait de plus en plus de questions sociétales trouvant écho chez les spectateurs.

 

Photo L'exorciste

 L'Exorciste

 

It Follows, petit bijou d’angoisse, traitait le difficile passage à l’âge adulte, du SIDA et de la perte d’identité d’une génération tourmentée. Get Out dressait un portrait au vitriol du racisme, de la suprématie de l’homme blanc, du colonialisme. Grave misait sur les thèmes de la découverte de soi, de son corps, de ses désirs, de ses pulsions. Oubliez les Scream et autres slasher, l’horreur ne nous a jamais parue aussi réelle.

 



The Heretics, nouvelle réalisation de Chad Archibald, semble s’inscrire dans cette tendance. On vous rappelle le pitch : un mystérieux culte enlève une jeune fille et se sacrifie lors de la pleine lune. Le lendemain matin, la demoiselle en détresse se réveille, couverte de sang séché et entourée de cadavres, mais en sécurité. En apparence. Des années plus tard, la malheureuse est une nouvelle fois capturée par un membre survivant du culte. Elle est emmenée dans une cabane éloignée, où elle apprend qu'un démon a grandi à l'intérieur de toutes ces années et, avant l'aube, il se réveillera.

On en frémit d'avance. Chad Archibald est loin d’être un débutant puisqu’il s’est fait remarquer pour ses réussis The Drowsman et Bite

On attend encore une sortie française... 

 

Affiche officielle

   

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

taffey lewis
28/06/2017 à 19:17

"Après le passage à vide des années 80" au sujet du cinéma fantastique ou de genre comme on dit de nos jours?
Vraiment?
Etes-vous sérieux?

votre commentaire