Quantum of Solace : le réalisateur explique pourquoi le film est tout pourri

Jacques-Henry Poucave | 30 septembre 2016
Jacques-Henry Poucave | 30 septembre 2016

Quantum of Solace est aujourd’hui un des James Bond les plus conspués par la presse et une large partie du public. Son réalisateur lève le voile sur sa conception douloureuse.

Lors de la promotion de All I see is you, son nouveau film, Marc Forster a expliqué aux équipes de Collider que la tristement célèbre grève des scénaristes avait failli provoquer son départ du tournage de Quantum of Solace.

« C’était délicat, parce que le scénario n’était pas terminé… A ce moment-là, je voulais me retirer du projet. Ron Howard avait stoppé Anges et Démons que Sony allait faire, et ils ont tout interrompu. A ce moment je me suis dit « Okay, il faut peut-être que je fasse la même chose », le scénario n’était pas achevé.

 

Photo de tournage

 

 

Mais tout le monde m’a dit « Non, on a besoin de faire le film, la grève sera terminée en deux temps trois mouvements, alors tu peux commencer à tourner ce qui est écrit et on terminera l’écriture après ».

Sans doute pressé par la production comme le fut Jon Favreau par Marvel (qui tourna Iron Man simultanément et sans scénario), Forster rejoint donc Daniel Craig sur le plateau, avec lequel il va écrire la majeure partie de l’intrigue.

« Donc finalement j’ai dit oui. L’idée était de faire la suite de Casino Royal et au bout d’un moment je me suis dit « Okay, c’est la pire situation possible, la grève se poursuit durablement, je vais essayer de faire du film un revenge movie des années 70, porté par l’action, avec un montage très sec pour dissimuler qu’il y a beaucoup d’action et pas beaucoup de scénario. Afin de maquiller la chose. »

 

Photo de tournage

 

Le métrage sera très vivement critiqué pour son montage jugé trop cut, sa shaky cam envahissante et son scénario trop transparent. Mais le réalisateur rappelle qu’il a fait face à un défi plus ou moins impossible à relever.

« C’était assez dingue parce qu’on se retrouve avec une pression indescriptible, particulièrement quand on réalise un James Bond et encore plus quand celui-ci arrive après Casino Royale, l’adaptation du meilleur livre écrit par Ian Fleming, et à mon sens le meilleur film de la saga depuis longtemps. Le scénario était tellement bon, l’idée était tellement bonne, c’était une histoire vraiment forte émotionnellement, particulièrement quand Vesper meurt, dans la maison qui coule – c’était vraiment réussi.

 

Photo de tournage

 

Et vous vous retrouvez avec une suite, qui a un scénario incomplet, ne se base pas sur un livre, et vous devez assurer. En même temps, on n’a eu que cinq ou six semaines de montage, une fois le tournage principal achevé. Il vous reste six semaines de montage image, avant qu’on passe au son, et que le film sorte en salles. »

Tout aura donc été en définitive une question de choix, l’agenda de Quantum of Solace ne laissant pas à Marc Forster la possibilité de se concentrer sur tout.

« Pendant que vous tournez, vous montez déjà, et vous essayez de voir si l’histoire fonctionne… Le montage lui-même était pour être honnête, le dernier de mes soucis, parce que le montage avançait parallèlement et pour moi la clef de voûte de l’ensemble était de m’assurer que les effets spéciaux rendent bien, et que l’histoire fonctionne.

 

Photo de tournage

 

Mon cauchemar, c’était de me dire que si la grève continuait, que notre histoire restait inachevée, que nous n’avions que cinq semaines pour monter l’ensemble et que si le résultat ne marche pas, ça sortira quand même et j’en serai responsable. Je me demandais. « Okay, j’aurais encore du boulot après ça ? »

Huit ans plus tard, Forster s’en sera plutôt bien sorti, Quantum of Solace ayant cartonné au box-office, tout comme World War Z, qu’il réalisa après. Reste que si son James Bond est encore largement haï, on se dit qu’il mériterait d’être un peu réévalué.

Si coincé entre deux des meilleurs (Casino Royal et Skyfall) il ne peut soutenir la comparaison, à côté des égouts numériques où se seront vautrés les derniers Brosnan, le métrage demeure tout à fait regardable.

 

Affiche française de Quantum of solace

Tout savoir sur Quantum of Solace

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

La Rédaction - Rédaction
04/10/2016 à 19:16

oui

Kiddo
01/10/2016 à 19:28

Comment ruiner un depart aussi fulgurant que celui de Casino royale.
Rarement vu un Bond aussi mauvais.
Champs a raison, Olga est une sorte d'equivalent masculin a la Cahill.
La forme mais absolument aucun fond.
Oui le film aurait du être un vrai revenge-movie ou Bond fou de rage et de tristesse n'aurait fait aucun quartier.
L'exact Bond de la fabuleuse scene d'ouverture de Casino ou il défonce littéralement l'homme ds les toilettes a se demander qui est le bad guy de l'histoire.
Casino Royale restera le Bond absolument intouchable.
Mais quel dommage.

Bernus
01/10/2016 à 19:25

«Un montage sec».... Heureusement que je ne suis pas épileptique j aurais sûrement fait une crise devant cette bouse qui ne dure heureusement que 1h45

Champy
01/10/2016 à 15:22

J'aimerais surtout que quelqu'un conseille à Olga K d'abandonner le cinoche et de retourner sur les podiums de défilés ! Elle joue comme un pieds, c'est pas pour elle !! Même Naomi Campbell aurait pu faire mieux...

Satan Labite
01/10/2016 à 12:16

Me donnerait presque envie de le revoir du coup. Je me souviens surtout qu'il n'y a pas la réplique "Bond. James Bond", et rien que pour cette trahison le réalisateur mérite un p'tit coup de gégène. Mais bon, y'a Amalric alors ça rattrape un peu.

Onsenfou
01/10/2016 à 11:53

Il a fait un film de merde et il cherche des exuse maintenant . Bref on senfou ils date de 2008 et enplus meme la suite etait des navet.

titibud
01/10/2016 à 11:27

il faut dire aussi qu'il y a un trou scenaristique, le dialogue entre 007 et le badguy joué par almaric qu'ils évoquent à la fin du film n'est pas dans le film justement ! du coup on comprend pas ses motivations, un peu nébuleuses, et le grand final est raté

Marty
01/10/2016 à 10:37

Non ...

Non honnetement , si le film était pas réalisé avec le cul et monté avec la b*** ca aurait été un bon film d'action ( action sur terre , sur mer , dans les airs ) .

Je pense que malgré tout le tintouin dont le monsieur parle , y'aurais eu moyen de faire mieux ...

Ratatak
01/10/2016 à 09:08

Si les scénaristes de Marvel pouvaient se mettre en grève plus souvent et laisser les cinéastes se démerder, le monde s'en porterait que mieux...

Bolderiz
30/09/2016 à 23:12

Gaidon ! Tu mérites un bizou ! la scène de l'Opéra où James espionne merveilleusement et sa fameuse réplique "... euh... je peux donner mon avis : je pense que vous feriez mieux de réunir votre club ailleurs ..." ! Une tuerie ce film ! Honnêtement inférieur à Skyfall et Casino Royale mais bien supérieur à Spectre et plusieurs Roger Moore et Pierce Brosnan !

Plus

votre commentaire