Rock : l'invasion américaine en Irak de la faute de Michael Bay ?

Christophe Foltzer | 8 juillet 2016 - MAJ : 17/06/2020 11:03
Christophe Foltzer | 8 juillet 2016 - MAJ : 17/06/2020 11:03

Michael Bay, c'est un peu notre cousin beauf qu'on adore parce qu'on ne le voit pas souvent et qui pète à table pendant les repas guindés chez grand-maman en reluquant bizarrement la cousine germaine et sa culotte un peu trop serrée. On l'aime en secret parce qu'il fait n'importe quoi et, qu'au fond, on est jaloux de sa liberté.

Si aujourd'hui Michael Bay semble piégé dans la spirale Transformers (ok, y eu 13 Hours récemment), on a trop vite oublié qu'il était l'artisan responsable de gros chefs-d'oeuvre régressifs dans les années 90. Entre Bad Boys et Armageddon notre coeur balance, mais il ne fait aucun doute que son meilleur film à ce jour reste inconstestablement Rock.

20 ans après sa sortie, le film se retrouve au centre d'une bien étrange affaire. Si vous suivez un peu l'actualité, et là on parle d'autre chose que de Marvel et de l'Euro, vous n'êtes pas sans savoir que c'est un peu chaud pour Tony Blair actuellement. L'ancien premier ministre britannique est en effet au coeur de la tourmente depuis que son rôle trouble dans l'invasion de l'Irak en 2003 se précise de plus en plus. Et le rapport Chilcot, chargé d'enquêter sur les circonstances de cette invasion, vient de mettre à jour la possible implication de Rock dans cette décision.

 

photo, Nicolas Cage

 

Il semblerait en effet que le film de Bay ait servi de justification aux services secrets anglais, le MI-6, au moment de la prise de décision. On rappelle que le film nous narre une prise d'otage au sein de la prison d'Alcatraz par d'anciens marines ignorés par leur gouvernement et qui volent des armes bactériologiques, le gaz VX, pour les utiliser comme moyen de pression. Or, il s'avère que pour justifier l'action militaire, le MI-6 aurait avancé en 2002 des preuves comme quoi l'Irak possédait ce même gaz, sous la même forme, c'est à dire emprisonné dans des capsules de verre. Les fameuses armes de destruction massive.

Les services secrets anglais auraient donc établi la comparaison entre l'armement irakien et les armes du film pour en prouver les effets et la dangerosité certaine. Ce qui, il semblerait, aurait pesé lourd dans la décision d'envoyer des hommes en Irak. Or, on le sait aujourd'hui, ces fameuses armes de destruction massives n'existaient pas forcément et un an après ce rapport, le MI-6 fit part de ses doutes sur la véracité de l'information d'autant que leur source s'est avérée mensongère, mais il était trop tard pour faire marche arrière, l'action militaire était lancée.

 

photo, Sean Connery

 

Si évidemment, Michael Bay n'a aucune implication d'aucune sorte dans cette stratégie militaire douteuse, on ne peut par contre que s'inquiéter que les plus hautes instances de nos gouvernements se servent de films à grand spectacle pour déformer la réalité et justifier leurs actions. Parce que, ne l'oublions pas, si on se tape Daech aujourd'hui, c'est aussi en partie à cause de cette fameuse invasion, qui a mis pas mal de membres d'Al Qaïda à l'ombre et qui se sont réunis pour créer la première version de l'Etat Islamique au nez et à la barbe de leurs gardes.

 

Affiche française

Tout savoir sur Rock

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

bluRAY
12/07/2016 à 15:23

I wanna know michael bay role's irak war's ...

corleone
11/07/2016 à 18:52

Et je pense de mon côté que c'est Michael "BOUM" Bay qui cache des armes de destruction massive. Chez lui.

Vomiton
08/07/2016 à 17:28

Lolo Pecho

je pense plutôt qu'ils ont été créé par les américains a la suite de leur attaque gratuite (sous des prétextes mensonger) de l’Irak
Sarkozy a juste écouté les ordres de Mr Obama , d’ailleurs vous n'en parlez pas ... ( il y a aussi la Syrie , l'Ukraine et tant d'autre )

Lolo Pecho
08/07/2016 à 14:57

Je dis peut être une connerie mais il me semble que l'EI a été crée par d'anciens cadres du parti Baas(le parti de Saddam Hussein)après avoir été exclue de la nouvelle assemblée national Irakienne mise en place par les Américains en 2003. D’ailleurs le film Green Zone en parle. Et en France on attends quoi pour juger Sarkozy et les autres qui ont crée un deuxième Irak en "libérant" la Libye et dont la réunion à Rome en février 2016 qui devait former une coalition pour une intervention terrestre n'a pas aboutie.

votre commentaire