Affaire Luc Besson : John Carpenter parle enfin du procès et de la condamnation pour contrefaçon

Sophie Sthul | 29 octobre 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Sophie Sthul | 29 octobre 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Il y a quelques jours, nous découvrions que Luc Besson et Europacorp avaient été condamnés pour contrefaçon par le tribunal de Grande Instance de Paris. Ce dernier estimait que le film Lock-Out reproduisait abusivement des pans entiers d’un film culte de John Carpenter.

Le réalisateur a récemment été interrogé à ce sujet par le Hollywood Reporter et en a profité pour donner quelques détails supplémentaires sur le déroulement des évènements.

« Canal Plus est la compagnie qui, avec moi, possède les droits de New-York 1997. Ils sont venus me voir et m’ont dit : « Luc Besson t’a plagié avec Lock- Out ». Ou Lockdown, quel que soit le titre. Et ils m’ont envoyé le film, et oui, c’était bien le cas. C’est la même histoire (rires).

Je veux dire, on n’a pas le droit de faire ça, n’est-ce pas ? Vous devez changer une ou deux choses. Il doit retrouver la fille du président ? Sérieux ? Donc je l’ai traîné devant la justice française.

Je n’ai pas eu grand-chose à faire en réalité. C’est le genre de boulot dont j’ai toujours rêvé – où il n’y a même pas besoin de se montrer et où quelque chose se passe. Et on a gagné !

 

Guy Pearce

 

Mais mes fantasmes de retraite dorée ont été dispersés parce qu’ils ne nous ont pas donné autant d’argent qu’en réclamait Canal Plus. Ils voulaient avoir Luc Besson. Ils n’ont pas aimé ça. »

Pour autant, on aurait tort de se représenter John Carpenter en réalisateur procédurier, tentant de gagner de l’argent via l’influence indirecte que ses œuvres ont exercés sur la pop culture. Le metteur en scène précise ainsi qu’il a tenu à s’opposer à une autre démarche légale intentée par la chaîne de Vincent Bolloré.

 

photo, Kurt Russell

 

« Canal Plus voulait également poursuivre le jeu vidéo Metal Gear Solid, qui reprend un peu aussi New-York 1997, mais je leur ai dit de ne pas le faire. Je connais le réalisateur de ces jeux, et c’est un type bien. Ou au moins, c’est un type bien avec moi. »

On notera qu’au-delà de toute considération personnelle, John Carpenter a été plutôt inspiré de modérer les ardeurs de la chaîne cryptée. En effet, le personnage de Solid Snake créé par Hideo Kojima est effectivement un « clone » du Snake de New-York 1997, mais les intrigues n’ont que peu ou pas de rapports entre elles.

De plus, Kojima a toujours assumé et revendiqué cet hommage direct aux travaux de Carpenter. Et c’est peut-être là ce qui fait toute la différence.

 

Affiche française

 

Tout savoir sur John Carpenter

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Harry
30/10/2015 à 18:31

Carpenter est le maître de l'horreur point. IN THE MOUTH OF MADNESS, PRINCE OF DARKNESS, THE THING et VAMPIRES... juste culte Big John!!!

Trinity
30/10/2015 à 11:58

@Anthony

Faudrait enquêter parce qu'à mon avis, c'est beaucoup moins simple que tu l'annonces (et tu as beaucoup de "probablement ceci, probablement cela").

Exemple. Pour Jack Burton il a déclaré :
"20th Century Fox a les droits du film. Je sais juste ce que j'ai pu lire dans la presse. Je ne suis en rien impliqué dans ce film. Mais ça va. Comme je n'ai pas écrit le film original, ça ne m'embête pas".

Et dans tous les cas, je pense que pour un cinéaste aussi reconnu, il roule pas sur l'or comme d'autres à Hollywood, qui l'a jamais vraiment estimé et récompensé

Anthony
30/10/2015 à 11:22

Carpenter pas riche (comme il tente de le faire croire dans l'interview complète), je n'y crois pas une seule seconde.
Ce mec a les droits des personnages de NY 1997 (un film multi rediffusé + une suite pour laquelle il a touché un salaire de5M$ + un potentiel remake pour lequel il a probablement déjà été payé + une autre suite qui ne se fera pas mais sur laquelle il a si ça se trouve déjà été payé), de Halloween (huit films + 2 remakes + l'utilisation de la musque qu'il a composée), Jack Burton (là aussi il a probablement vendu des droits pour un remake, sans compter tout ce qu'il touche à chaque sortie DVD)... Sans oublier tous ses autres films, dont il est à l'origine pour certains (des personnages, de l'histoire, du scénario...), crédité en tant que réalisateur, scénariste, compositeur, parfois producteur...
Et je ne parle même pas des adaptations en jeu vidéo ou en bande-dessinée...
Bref, sa retraite dorée, s'il n'a pas tout dilapidé, il l'a déjà :)

zapan
29/10/2015 à 16:50

Good guy Kojima

Vickers
29/10/2015 à 16:44

C'est bien ce que je dis : il a bien fait d'arrêter John.
(Je trouve Ghosts of Mars sympa mais insignifiant, ses Masters of Horrors très inégaux et The Ward, catastrophique et totalement creux)

Karlito
29/10/2015 à 16:41

Il n'a jamais caché qu'il aimait avoir des sous. Ceci dit Vickers, il a passé la main, ses dernières réalisations ne sont pas terrible, même Ghost of Mars sentait le vieux film des années 80... Plutôt acide et Rock n' Roll est décevant. Quant a The Ward, c'était plutôt bien avec cette ambiguité, la fin à tout gâché :/

Vickers
29/10/2015 à 16:10

Je préfère encore qu'il se fasse de l'argent en attaquant Besson et en touchant les droits des remakes, plutôt que de voir un autre machin comme The Ward.

Nyctalop
29/10/2015 à 16:09

et banlieue 13 ?

Bolderiz
29/10/2015 à 15:52

Mouais... J'adore John mais il faut reconnaitre que c'est un sacré croqueur...

votre commentaire