John Carpenter fait condamner Luc Besson et Europacorp pour contrefaçon

Jacques-Henry Poucave | 15 octobre 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jacques-Henry Poucave | 15 octobre 2015 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Lors de la sortie de Lock-Out en 2012, tout le monde s’accordait à dire que le film était un remake déguisé de New-York 1997. A tel point que John Carpenter a réussi à faire condamner Europacorp et Luc Besson pour contrefaçon.

Voilà une news inattendue. Le tribunal de Grande Instance de Paris vient de rendre un jugement dans une affaire qui pourrait faire jurisprudence en matière de propriété intellectuelle et plus particulièrement dans le domaine de la contrefaçon de film. Il faut dire que ces notions sont par définition particulièrement complexes à trancher, un tribunal n’étant pas nécessairement le meilleur endroit pour déterminer à priori ce qui relève de l’hommage, de la reprise, de la contrefaçon, ou tout simplement de structures narratives indépendantes des œuvres elles-même.

 

photo, Lock Out (Sécurité maximale)

 

Il n’en demeure pas moins que John Carpenter n’a pas trop apprécié son visionnage de Lock-Out , produit par Europacorp et co-écrit par Luc Besson, estimant qu'il s'agissait ni plus ni moins d'une copie de son New York 1997. Il a donc assigné en justice la société et les auteurs du film pour contrefaçon.

Le tribunal de Grande Instance lui a donné raison et a condamné les défenseurs (les accusés) à verser in solidum 20 000 Euros à John Carpenter, 10 000 Euros au scénariste original, et 50 000 Euros à la société cessionnaire des droits d’exploitations. Une situation cocasse quand on sait combien Luc Besson a toujours été particulièrement légaliste en matière de contrefaçon ou de protection de son propre droit d’auteur.

 

 

Affiche française

Tout savoir sur Luc Besson

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
WinslowLeach
24/08/2016 à 15:51

Bravo à Lax69 pour son commentaire. Il a l'œil...

Syarus
22/10/2015 à 16:16

@La Rédaction Ceux qui évoquent Pocahontas et Avatar se trompent de bonne foi. La structure de Pocahontas n'a rien de particulier à Pocahontas. Elle est celle d'une romance classique. Qui plus est, il n'y personne pour revendiquer la création de cette histoire, adaptation de faits réels.@
J'approuve totalement cette remarque ! Combien de fois j'ai entendu autour de moi qu'Avatar c'était juste un remake de Pocahontas, histoire de rabaisser le film de Cameron et prendre ceux qui l'ont appréciés pour des débiles.
Merci pour cette sortie, c'est pour ça que je continue à vous lire !

Thib
18/10/2015 à 18:04

Autant on peut ne pas apprécier Besson, autant il est pour moi très exagéré de parler de plagiat ou de contrefaçon dans ce cas là. Oui il y a un univers carcéral, oui c'est une mission de sauvetage et après ?

Tout les films d'espionnage sont donc des contrefaçons des premiers james bond ou de mission impossible ? Tout les films de sf sont des contrefaçons d'Alien?

Beaucoup d'internautes semblent se tromper : ce n'est pas le procès du film Lock Out ou du bon goût de Besson mais un procès pour plagiat. Et le plagiat me semble très contestable ici.

JM
16/10/2015 à 15:09

@ alm (alm 15/10/2015 propriété intellectuelle: un non sens! comment peut-on associer propriété et intellect!)

Tu n'as manifestement pas grand chose à voler, pas de panique...

Michou
16/10/2015 à 14:50

Fermez la et ouvrez un dictionnaire et un livre de grammaire

Simon Riaux - Rédaction
16/10/2015 à 12:24

Salut à tous,

Ce qui est intéressant, c'est que le jugement rendu, qui paraît très équilibré, fait justement la différence entre des proximités qui peuvent relever du "fond commun du cinéma" et des proximités en terme de structure tellement proches qu'elles en constituent une contrefaçon.

Dans le cas de Lock-Out, c'est assez flagrant. Il s'agit de la copie de l'intégralité du récit, jusque dans les relations entre les personnages et certains seconds rôles.

Ceux qui évoquent Pocahontas et Avatar se trompent de bonne foi. La structure de Pocahontas n'a rien de particulier à Pocahontas. Elle est celle d'une romance classique. Qui plus est, il n'y personne pour revendiquer la création de cette histoire, adaptation de faits réels.

Macready
16/10/2015 à 10:53

Bon Carpenter je l aime depuis tout petit mais là c est pas un peu déplacé ? Imaginez le nombres de procès qu il devrait y avoir..

HG
16/10/2015 à 10:32

Lol Matrix, une des meilleurs oeuvre de SF :-)...

sam
16/10/2015 à 10:11

@Zapan je te conseil aussi Atlantide, l'empire perdu tu verra que pocahontas n'est pas le seul film plagié pour avatar,
@louig quand star wars est sortit les auteurs de valerian on commencer par crier au plagiat mais finalement ce sont réconcilier avec lucas
besson a a ce qu'il mérite a force de vouloir faire ce qu'il veut comme il veut sans demander rien personne

ttf
16/10/2015 à 09:27

Déjà à la base Besson n'est qu'une mauvaise contrefaçon de qu'il était lui même il y a vingt ans.

Plus
votre commentaire