Point Break : pourquoi les fans détestent déjà le remake

Jacques-Henry Poucave | 27 mai 2015
Jacques-Henry Poucave | 27 mai 2015

Point Break fait partie des piliers de la pop culture des années 90. Ne demandez pas pourquoi, c’est comme ça. Une fois admis cette énigme, force est de constater que les nombreux fans du film original sont depuis quelques heures absolument révoltés par la bande-annonce du remake attendu chez nous le 6 janvier prochain. Mais pourquoi ?

 

Un remake inutile de plus ?

Alors qu’Hollywood continue inlassablement de transformer tous ses films marquants en marques déclinables à l’infini, chaque nouveau remake d’une œuvre charnière agace un peu plus les fans de la création d’origine.

L’agacement est d’autant plus palpable concernant Point Break que strictement rien n’oblige les producteurs à reprendre le titre et les personnages de base pour nous en offrir une relecture. Ainsi, Fast & Furious était un décalque à peine voilé du film de Kathryn Bigelow et personne n’y trouva rien à redire.

Voilà qui rend l’entreprise actuelle encore plus artificielle.

 

Why so serious ?

Malgré sa philosophie de comptoir et ses grands discours, Point Break était avant tout une œuvre fun, où des types symapthiquement musclés se tapaient dans le dos en buvant des bières sur la plage entre deux scènes d’action.

Une détente et un quasi-second degré absents de ce remake, où les enjeux semblent désespérément sérieux, comme en témoigne l’abominable « proverbe ancien » qui ouvre la bande-annonce.

 

Et le surf dans tout ça ?

Personne n’a rien contre les sports extrêmes, mais quitte à reprendre le titre, les personnages et la structure de Point Break, autant ne pas abandonner ce qui en constitue l’identité première : le surf.

Ah les abdos de Patrick Swayze recuits par le soleil, les croûtes de sel à la commissure des lèvres, les cheveux collés par l’iode et le doux fumet de la cire des planches. Piège à adolescentes ou romance crypto-gay pour fans de Commando, Point Break aura su synthétiser son drôle d’univers à travers une pratique sportive qu’il a largement contribué à démocratiser.

Éjecter ainsi la question du surf est peut-être la plus grosse erreur de ce nouveau film.

 

Pas assez de chair ?

Le succès du Point Break de Kathryn Bigelow est incontestablement dû à son casting. Entre Keanu Reeves et Patrick Swayze s’installait une alchimie qu’on a bien du mal à retrouver (même s’il ne s’agit que d’une bande-annonce) dans la version de 2015.

Edgar Ramirez constitue pourtant un excellent choix. Acteur de grande valeur, il lui suffit d’une poignée de plans pour installer un personnage sur la corde raide, beaucoup plus trouble et ambigu que son prédécesseur.

Hélas, c’est du côté de Luke Bracey que la bât blesse. Comédien qui semble avoir été amputé de son charisme à la naissance, il s’annonce aussi embarrassant que dans November Man.

 

Évidemment, on se gardera bien de juger ce Point Break sauce 2015 à l’aune de sa seule bande-annonce. Et n’étant pas des fanatiques absolus du long-métrage de 1991, les membres de la rédaction vous épargneront les discours indignés contre l’incurie de l’industrie hollywoodienne.

Mais le fait est que cette relecture paraît déjà… datée.

commentaires

Faboloss
28/05/2015 à 13:58

Moi je suis content car dans l'article Commando est cité.

diez
28/05/2015 à 12:37

Postman> tu notera que personne n’empeche qui que ce soit d’aller voir le film. Un peu de jujotte et une meilleure lecture de pourquoi certzins ne sont pas content t’aideront probablement a comprendre que ton commentaire est hs.

Et puis pas la peind de chouiner contre les chouineur, ce n’est pas plus glorieux...

lonekin
28/05/2015 à 11:43

Je pense que c'est clair : il suffit de regarder la bande-annonce. Pas besoin de faire un post pour ça.
Chacun jugera en son âme et conscience.

L'idée est d'abord de séduire un nouveau public ; le film ne s'adresse pas seulement aux fans de la première heure. D'un point de vue commercial, ça se tient (puisque que c'est ça qui motive ce genre de projet) mais ça ne veut pas dire que le résultat sera à la hauteur (ça m'a tout l'air d'être l'inverse).

La vraie question, à mon sens, concerne le bien-fondé de ce remake.

Postman
28/05/2015 à 09:11

Arrêtez un peu de chouiner !
ça vous plait pas ? restez chez vous !
Laissez ceux qui n'ont pas vu l'original et les autres aller le voir s'ils veulent.
Les remakes, c'est pas nouveau. Il y en aura toujours, comme les reprises de chansons plus ou moins réussies.

Gogo Yubari
28/05/2015 à 05:33

Tout à fait d'accord avec REA !
A quand un remake de Bad Boys, qui lui aussi était fun et qui va finir en reboot tout pourri ?

nicolas
28/05/2015 à 04:38

le vingt et unième siècle totalement dénué de créativité, aucun scrupule à Hollywood.

REA
27/05/2015 à 18:11

J'ai pas lu votre article en entier. Je suis abattu du résultat... déjà que l'idée d'un remake m'avait fait ch*** comme pour d'autres classiques des 80's et 90's.

Le point sur lequel je souhaitais réagir, c'est quand vous qualifiez l'original d'oeuvre fun. C'est le cas pour la majorité des films 80's / 90's. Ces décennies étaient ainsi. C'est ce "quelque chose" qu'un remake / reboot ne pourra jamais avoir.

votre commentaire