Charlie Hebdo : Samy Nacéri en faveur de l'interdiction du blasphème dans le Grand 8

Simon Riaux | 22 janvier 2015
Simon Riaux | 22 janvier 2015

En recevant Samy Nacéri sur le plateau du Grand 8, Audrey Pulvar et ses chroniqueuses s’attendaient sans doute à un spectacle pas piqué des vers, mais sans doute pas à un plaidoyer de l’acteur en faveur d’une loi interdisant le blasphème.

Interrogé sur les actes terroristes qui ont ensanglanté la France durant les premiers jours de janvier, Samy Nacéri a dans un premier temps pleuré les victimes, dont les dessinateurs, collaborateurs et journalistes de Charlie Hebdo, avant d’exprimer plus clairement sa position vis-à-vis du journal.

« Et on en remet une couche le lendemain avec 7 millions d’exemplaires avec le prophète… S’il vous plaît arrêtez ! Arrêtez ! On a eu 17 morts ! On ne savait pas comment ça allait se passer dans cette boucherie casher.

Il y aurait pu y avoir un carnage, il y avait un enfant… Ils auraient pu tuer tout le monde !

Pourquoi remettre une couche ? »

Quand Audrey Pulvar lui demande si les assassins étaient dans leur bon droit, Samy Nacéri explicite sa position e faveur de l’interdiction du blasphème.

« Est-ce que Charlie Hebdo a le droit ? C’est le prophète ! C’est comme Moïse, c’est comme le Christ ! C’est comme les orthodoxes. Ne touchons pas… »

(…)

«Faisons une loi justement pour que ça n’existe plus »

Le débat virera ensuite au dialogue de sourds, le comédien précisant un peu plus tard que « La liberté d’expression pour les journalistes s’arrête au moment où ça dérange l’autre ».

Un principe qu’apprécierait sûrement un récent locataire du Palais de l’Elysée.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kobe
26/01/2015 à 08:52

@Dirty Harry : Tu confonds la diplomatie française et Charlie Hebdo. Nous sommes en République démocratique avec une liberté d'expression. Le gouvernement a sa diplomatie et Charlie Hebdo sa liberté d'expression. Les deux ne sont pas obligés d'être sur la même ligne. Ça, c'est bon pour le Pakistan ou le Yemen. Mais peut-être écris-tu d'un de ses pays, auquel cas tu ne peux pas comprendre.

Manifestement tu n'as pas compris que les assassins fanatiques se foutent des caricatures. Ils ne font que prendre ça comme prétexte. Il y a 2-3 ans ils avaient pris la loi sur le voile pour faire les mêmes manifestations partout dans le monde. Et comme on te l'a déjà dit, mais visiblement tu ne lis pas ce qu'écrivent les autres, le Pakistan ou le Nigéria sont parmi les pays les plus touchés par la violence fanatique. Il n'y a pourtant pas Charlie Hebdo. Les terroristes extrémistes prendront n'importe quel prétexte pour se livrer à la violence contre la France car c'est déjà ce qu'ils font chez eux ! Si ce n'est pas les caricatures, ce sera le football féminin ou l'arc de Triomphe qui aurait une forme de vagin !

Et puis personnellement je ne ressens pas, contrairement à toi, le besoin de trouver grâce aux yeux d'Al Qaida ou Boko Haram.

Dirty Harry
26/01/2015 à 03:31

@ Kobe:
Je ne te dit pas que je souhaite restreindre la liberté d'expression, je te dit juste qu'elle est orientée vers l'insulte (et vers les mêmes cibles). Les assassins je m'en fous, je sors un peu de mon trou du cul et je regarde le reste du monde qui se sent outragé que ce torchon qu'est Charlie (qui est très très loin de la vraie irrévérence d'un professeur Choron et qui ne se vendait plus d'ailleurs, faute de vrai talent) continue à jeter de l'huile sur le feu. Moi je veux bien la liberté d'insulter tout ça, mais alors faire un retour au contrôle des frontières car de l'autre coté de la Méditerranée ils sont furieux...Produire de la haine et s'en aveugler c'est le plus triste sort que je peux vous souhaiter (si l'on connait des nuances comme "diplomatie", "tempérance", "main tendue", etc...)

On the Edge
25/01/2015 à 17:25

Quand S.Naceri dit : "Stop. Y a déjà eu 17 morts" il n'appelle pas à la raison, à la sagesse et au respect. Il appelle simplement les Français à faire preuve de lâcheté en pliant devant la barbarie !

Tryo
25/01/2015 à 15:59

"Le monde a changé, c'est ce qui t'a tué, c'est pas Mahomet, c'est juste des enragés, Charlie".

charlie
25/01/2015 à 15:19

Et Jean-Marie LePen nous expliquera ce qu'est la tolérance... N'accusez pas Charlie Hebdo (et les autres victimes bien entendu) d'être les responsables de leur propre mort. L'humour ne devrait tuer personne. La religion non plus. Arrêtons de régresser, je vous rappelle que l'Église et l'État ne sont plus une seule et même entité, et ce depuis quelques années déjà... Alors réfléchissez un peu, et demandez-vous si nous pouvons, au nom de Dieu , priver de leur vie des gens pour des dessins. La liberté d'expression ne devrait s'arrêter qu'au moment ou la haine commence, et pas avant.

Tignous
25/01/2015 à 12:05

Aujourd'hui, Samy Nacéri nous donne des leçons de vivre ensemble.

La semaine prochaine, DSK nous donnera ses conseils sur l'abstinence sexuelle.

Kobe
25/01/2015 à 11:47

kinké, dirty harry, SadFreemonger

Ne pas comprendre que vouloir restreindre la liberté d'expression pour ne pas outrager quelques assassins fanatiques c'est tout simplement ne pas comprendre la République Française, ses valeurs et son histoire.

L'Islam n'a pas être traité différemment par la République. Les Musulmans ne sont pas plus bêtes que les autres et s'ils ne sont pas obligés d'apprécier la caricature, ils ne doivent pas s'y opposer.

Donner raison aux censeurs c'est dire que les musulmans ne sont pas des citoyens comme les autres. N'est-ce pas là le vrai racisme ?

Prof de Gims
25/01/2015 à 11:32

@SadFreemonger : 17 familles ne seraient pas en deuil aujourd'hui si on étaient un peu moins meprisant envers le sacré !

Tiens, voilà un bel argument dégueulasse !

Quand une fille se fait violée, c'est triste... mais c'est un peu de sa faute, elle n'avait pas à porter une mini-jupe et du maquillage ! C'est la même logique !

Toujours à reprocher de ne pas tenir compte du "contexte" et de jeter de "l'huile sur le feu". Curieuse approche que de vouloir toujours voir le problème du coté de l'huile — la liberté —, jamais de celui du feu — les tueurs...

Comprendre pourquoi les gars de Charlie Hebdo sont morts, c'est réaliser qu'ils étaient les militants les plus exposés, les plus engagés et les plus courageux d'une tradition française : la très simple liberté d'expression, qui l'était de moins en moins parce que remise de plus en question par ceux qui ne la supportent pas et qui nous servent du "oui à la caricature... mais", "le sacré doit être épargné".

Petit à petit fut remis en cause ce droit au blasphème que l'on croyait installé dans la culture française depuis Voltaire. Après les cathos intégristes, les islamistes ont réussi à remettre en cause cette tradition. Pas seulement par leurs éructations : leurs menaces sont devenues menaçantes d'être entendues, comprises, respectées et finalement relayées par ceux qui auraient dû y mettre fin d'emblée.

Samy Nacéri crie "stop, il y a déjà eu 17 morts" ? C'est le contraire qu'il faut crier "Continuons, parce qu'il y a eu 17 morts. Ne devenons pas les collabos d'intégristes liberticides ! Ne devenons pas les Laval et Pétain de l'obscurantisme !"

charlie
25/01/2015 à 10:38

...ça fait peur, dans certains messages il est presque écrit "bien fait, vous n'aviez qu'à pas blasphemer". Et bien moi, je suis musulman, je suis juif, je suis chrétien, je suis athée, je suis Charlie, et je vous emmerde.

charlie
25/01/2015 à 10:22

Nous sommes dans un état laïque, dans lequel la liberté d'expression est un droit primordial. Charlie Hebdo n'a pas fait que se moquer de Mahomet, il s' est aussi moqué du pape, des juifs... alors ok, Mahomet ne doit pas être représenté, mais sérieusement, est-ce vraiment un motif de meurtre ? Depuis quand devons-nous faire attentions à ce que nous disons (ou dessinons), à ne pas "provoquer", sous peine de quoi ? De se faire tuer ?! "La liberté d'expression s'arrête au moment ou ça dérange l'autre". Chaque mot prononcé peut gêner quelqu'un à un moment donné, donc vous avez raison, taisons-nous. D'ailleurs, Sami Naceri, montre-nous l'exemple.

Plus
votre commentaire