L'interview qui tue : Sony sortira finalement le film, mais pas sur Youtube

Christophe Foltzer | 23 décembre 2014
Christophe Foltzer | 23 décembre 2014

On en parlait hier, Sony envisageait de diffuser gratuitement le film sur Youtube pour narguer Kim Jong-Un. On apprend aujourd'hui que les choses ne se passeront pas exactement de cette manière.

Si toute cette affaire autour de L'interview qui tue de Seth Rogen et Evan Goldberg a bien occupé cette fin d'année, il ne faut pas oublier qu'elle met en lumière énormément de choses sur la politique des studios, le rapport au monde réel et à la liberté d'expression. S'il n'est pas dans notre intention de blâmer encore davantage une major qui plie sans sourciller à une pseudo menace terroriste, sacrifiant au passage un acte de création (qu'il soit bon ou mauvais, là n'est pas le problème) on ne peut s'empêcher de penser que toute cette histoire a finalement pris des allures de gros coup de pub. 

On apprend donc aujourd'hui que Sony a fait marche arrière, qu'elle a bien décidé de sortir le film, mais pas sur Youtube comme on l'annonçait hier. Ainsi le New-York Post révèle que le film sera diffusé sur la plateforme de streaming Crackle, anciennement site dédié aux créations de vidéastes (un peu comme Viméo) qui, comme par hasard, a été racheté par Sony il y a quelques années.

Cela fait écho au communiqué de la société la semaine dernière :

"Soyons clairs : la seule décision que nous avons prise a été de ne pas sortir le film le jour de Noël dans les cinémas, après que certains propriétaires de salles aient refusé de le diffuser. Sans cinémas, nous ne pouvions pas le sortir le jour de Noël. Nous n'avions pas le choix. Après cette décision, nous avons immédiatement commencé à travailler sur d'autres alternatives afin de pouvoir diffuser le film sur d'autres plates-formes."

 

On appréciera la nuance des propos, puisque à les croire, ce n'est plus eux qui ont autorisé les cinémas à ne pas projeter le film en cas de doute mais bel et bien une décision unilatérale de certains exploitants. On se demande de plus en plus s'il n'y aurait pas un autre loup dans cette histoire, une raison plus mercantile au final, que la déclaration du porte-parole de Sony suite à l'annonce du New-York Post ne fait qu'entériner :

"Les informations du journal sont inexactes."


Tout savoir sur L'Interview qui tue

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire