Interstellar : les schémas des timelines qui expliquent tout !

Simon Riaux | 11 novembre 2014
Simon Riaux | 11 novembre 2014

Pour certains, Interstellar est un film extrêmement simple reposant sur un tissus d'invraisemblances et quelques séquences qui feraient passer Prometheus pour un documentaire mormon, pour d'autres c'est un chef d'œuvre de SF très très complexe. Pour aider à se repérer ceux qui n'auraient pas bien compris, voici la solution.

Dans le but de les aider et de soutenir les débuts difficiles du film au box-office, des spectateurs ont d'eux-même créé des schémas explicatifs et autres Timelines. Oubliez les larmes de Matthew McConaughey, les tirades de Anne Hathaway sur l'amour en tant que donnée scientifique valable ou les blagounettes de Nono le robot, voici la réponse à toutes vos questions, et avec de jolie diagrammes.

On y découvre, d'après leurs auteurs, les pourquoi du comment qu'est-ce ky si passe.

Attention SPOILERS donc. Sinon, pour vous faire une idée ou piquer un petit somme, vous pouvez également aller voir Interstellar en salles, ou regarder la bande-annonce.

Tout savoir sur Interstellar

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Djoke
25/03/2015 à 08:11

Faire du fantastique / SF n'empêche pas la cohérence.

Spoil :
En fait il suffisait de laisser croire qu'une race E-T bienveillante avait "posé" là la singularité pour que le film soit déjà moins incohérent.
Et la happy end "forcée" avec le retour du gars auprès de sa fille devenue vieille, c'était pas indispensable mais là c'est que mon avis.
Spoil End.

Reste que je trouve le film bon.

Djoke
25/03/2015 à 08:10

Faire du fantastique / SF n'empêche pas la cohérence.

Spoil :
En fait il suffisait de laisser croire qu'une race E-T bienveillante avait "posé" là la singularité pour que le film soit déjà moins incohérent.
Et la happy end "forcée" avec le retour du gars auprès de sa fille devenue vieille, c'était pas indispensable mais là c'est que mon avis.
Spoil End.

Reste que je trouve le film bon.

Lol
12/11/2014 à 01:38

D'accord avec toi sur les références. Je ne pense pas que Nolan ait cherché du coté de Kubrick

Birdy
11/11/2014 à 21:03

Riaux l'a déjà faite sa critique. Je n'ai pas du tout son avis sur le film mais pourquoi pas, heureusement qu'on a pas tous les mêmes goûts. Et il s'en explique après tout.
Sauf que là il vanne le film, mal en plus. Lui par exemple le trouve soporifique. Bah pas moi. Et pas une grosse partie des spectateurs sortis émerveillés de la salle. Alors qu'il défende son point de vue ok, mais le respect du à une oeuvre de cette envergure ( je ne parle pas des films qui se foutent de la gueule du monde ) et des avis opposés, quand on est journaliste, ça me semble indispensable.
Maintenant on peut aussi se dire que les critiques sur ce site valent celles des blogs, à savoir un point de vue de plus, et basta. Mais pourquoi ne peut on pas critiquer le critique au juste ?
Surtout que je ne parle même pas de sa critique, mais de son ton à mon avis hors de propos, qui n'engage que lui, et est bien plus risible que le film lui même.

Ça c'est sur la forme.

Maintenant sur le fond : je pense que ce film va partager ceux qui seront touchés par la problématique du héros, délaissant sa famille pour l'appel du large, et comprenant son erreur trop tard. ( Erreur qui n'en est pas une finalement, puisqu'il offre à sa fille une chance de sauver l'humanité. ) Et les autres, ce qui ne seront pas touchés par cette séparation douloureuse. Perso elle m'a bouleversé. Mais ça ne m'étonne pas que d'autres soient moins concernés.
Reste l'aspect spatio aventure. J'ai quelques réserves à ce sujet, principalement devant le personnage de Matt Damon, que je trouve loin du génie annoncé. On l'attend pourtant cette rencontre, on la sent venir, et le face à face n'est pas assez poussé. Mais le reste est franchement du calibre d'Inception. Une maitrise des enjeux, des thématiques, une absence de frime dans la mise en scène qui m'a plu. Et une dernière demie heure très casse gueule qui pourtant, sur un fil, m'a convaincu. Ça valait le coup de tenter cette approche, parce que Nolan répond à la science par l'amour. L'intellect face aux sentiments. Un personnage persuadé qu'1+1=2 va comprendre qu'il doit remettre en question ce qu'il sait pour faire confiance à son instinct, dicté par son amour pour sa fille, comme le lui suggère sa collègue. Ça m'a touché, d'autres trouvent ça con. Perso puisque les critiques aiment les comparaison avec 2001 ( qui pour moi n'a quasi rien à voir ), je ne lui trouve quasi aucune émotion. C'est le film lui même qui bouleverse. Pas ses personnages froids et perdus dans l'immensité silencieuse d'un Kubrick qui déshumanise l'homme dans sa quête d'absolu.

A la limite, Interstellar me semble plus proche d'Abyss, ou de Contact.

lol
11/11/2014 à 20:50

Je précise que j'ai moi aussi passé un très beau moment mais j'ai trouvé qu'on se moquait de moi pendent les 20 dernières minutes. Sans ecran large, j'y aurais été avec plus d'attente et aurais peut être finalement moins apprécié.
Vive les critiques nuancées.

Tchomil59
11/11/2014 à 19:07

Pour ma part j'ai adoré....

critique
11/11/2014 à 17:26

La solution est simple laisser aux seuls fans le droit d'émettre un avis sur un film...

Lol
11/11/2014 à 15:37

Birdy tu proposes quoi exactement ? L'interdiction de critiquer pour les pro ? On confie tout aux Youtubers ?

Lolilol
11/11/2014 à 14:33

Vous êtes soulants avec la critique de la critique, on peut ne pas être d'accord, c'est pas une raison pour leur chier dessus.
J'aurais toujours plus de plaisir à les lire plutôt qu'un ramassis d'avis quelconques dont les auteurs nous sont inconnus.

@Birdy
11/11/2014 à 13:29

Complètement d'accord d'autant que les raccourcis faciles (on dirait que les critiques ont eux aussi traversé un trou noir) entre Interstellar et 2001 c'est vraiment n'importe quoi !
Quand un réalisateur arrive a réaliser un film de science fiction pas con et avec des enjeux aussi forts au niveau narratifs et émotionnels il faut croire que certain ne sont pas touchés car restés au stade d'ados mal dégrossis. Du coup j'attends la chronique de Riaux sur le Hobbit 3 qui va sans doute nous dire que c'est un chef d’œuvre...

Plus
votre commentaire