Un film déprogrammé par mesure de rétorsion

Perrine Quennesson | 31 octobre 2012
Perrine Quennesson | 31 octobre 2012

Ce mercredi, sort sur nos écrans Les paradis artificiels de Marcos Prado. Enfin, on pourrait presque dire « devait sortir » car le film a été déprogrammé dans par 12 des 15 salles de cinéma où il devait être projeté. La raison ? Une mesure de rétorsion. Des représailles en quelques sortes suite à la diffusion du film lundi soir sur Dailymotion.

Dailymotion et Eye on films (réseau mondial de professionnels qui garanti la circulation d'une sélection de premiers films) s'étaient associés pour diffuser le film lundi afin de tester la promotion du cinéma indépendant sur internet. Et cette opération fut un succès avec 6060 vues, qui auraient pu engendrer un bouche à oreille et booster les entrées en salles. Seules 3 salles ont maintenu la diffusion du film : à Paris (Publicis Champs Elysées), Grenoble (Le Club) et Clermont-Ferrand (Les ambiances).

Pour Yohann Cornu, responsable de Damned (la boite de prod des Paradis Artificiels), c'est un véritable cataclysme, comme il l'a confié à l'AFP : « Le film devait sortir à partir de mercredi dans 15 salles dans toute la France. Douze ont décidé de le déprogrammer. Pour nous, c'est une catastrophe ».

Espérons que suite à cet appel, les salles (en majorité des multiplex) reprogramme le film car pour Cornu, une chose est claire : « On a cassé la chronologie des médias, alors elle nous a tués ».

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire