Révélations de Ridley Scott sur Prometheus et sa suite

Simon Riaux | 11 juin 2012
Simon Riaux | 11 juin 2012

Prometheus enfin sorti, les tenants des diverses chapelles s'étant exprimés avec véhémence (pour et/ou contre le film), l'heure des spéculations, interrogations et résolutions est enfin venue ! Nulle doute que les prochains mois verront également leurs lots d'informations nous arriver au compte-goutte, mais les dernières interventions de Ridley Scott, ainsi que le contenu de la version américaine du livre Prometheus : The art of the film, autorisent à tracer quelques grandes lignes explicatives, voire à deviner certaines

thématiques que devrait aborder une hypothétique séquelle.

[Ami lecteur, si tu n'as pas vu le film, il est temps de partir.]

Comme il l'explique à nos confrères de Movies.com, les spectateurs frustrés de voir finalement si peu les mystérieux Ingénieurs n'auront qu'à attendre la suite des aventures du Dr Shaw, Scott n'ayant jamais eu l'intention de trop en dévoiler à ce sujet. « Depuis le début, je travaillais sur un prémisse qui devait lui-même mener à une séquelle. Je ne voulais vraiment pas vous montrer Dieu dans le premier épisode. »

Une attitude qui ne serait donc pas une pirouette de la part du metteur en scène, désireux de filmer une nouvelle aventure, intégralement consacrée à la civilisation des Space Jockeys. « J'adorerais explorer où diable se rend le Dr Shaw, et ce qu'elle fera en y arrivant, parce que si c'est le paradis, le paradis ne devrait pas être conforme à vos attentes. Il devrait avoir une connotation extrêmement sinistre et menaçante... »

 

Plusieurs déclarations du réalisateur laissent à penser que les Ingénieurs ne seraient pas les seuls créatures supérieures que recèle l'univers de Prometheus, comme en témoigne la lecture particulière qu'il fait des écrits de Milton. « D'une certaine manière, si vous observez les Ingénieurs, ils sont grands et élégants... ce sont des anges noirs. Quand on s'intéresse au Paradis Perdu (Milton), ceux qui ont la meilleure partie de l'histoire sont les anges noirs, pas Dieu. »

Nombreux sont les spectateurs à s'être arrêtés, dès la bande-annonce du film, sur la superbe sculpture murale représentant un xénomorphe. Le visionnage du long-métrage est venu compléter cet attrait, la sculpture se trouvant dans un lieu éminemment mystique, qu'un des personnages reconnaît comme un tombeau, lieu de mystères par excellence, c'est dans Prometheus : the art of the film que se nichent quelques réponses... On y apprend que l'endroit est bien un autel et relèverait et serait lié à la spiritualité des Ingénieurs, les Aliens appartiendraient donc à un rang encore supérieur où tiendraient lieu de divinité. Quant à celui représenté sur le mur, il est effectivement crucifié. Une information importante au vu d'une piste scénaristique évoquée par Scott, un temps envisagé pour Prometheus, que le réalisateur n'a pas exploitée sans toutefois la supprimer, nous la réservant peut-être pour un second opus...

« Si vous regardez le scénario dans une optique « nos enfants se comportent mal sur cette planète », il y a eu des périodes où nous devions effectivement sembler hors de tout contrôle, à nous agiter partout en armure et jupettes, ce qui fait référence à l'empire romain bien sûr (…) Du coup vous pourriez vous dire : « Envoyons-leur un dernier émissaire voir s'il peut arrêter cette folie. Devinez-quoi les gars ? Ils l'ont crucifié. »

Une idée toujours bien présente dans le scénario final, puisque la décision des Ingénieurs de venir nous éradiquer à coup de boue noire et mutagène daterait de plus ou moins 2000 ans avant le début de l'aventure, soit à peu près l'époque de la mort du Christ. Vous avez bien lu, Mel Gibson aurait donc involontairement déjà filmé le prequel de Prometheus, intitulé la Passion du Space Jockey Christ.

 

 

 

 

commentaires

Jo
26/03/2015 à 00:48

Mouai, un peu beaucoup tiré par les cheveux, on peut s'attendre à de belles image, pour le reste faut pas trop espérer

votre commentaire