Indices et révélations pour Prometheus

Simon Riaux | 16 avril 2012
Simon Riaux | 16 avril 2012
Quelques jours à peine après le grand chambranle de la promo parisienne de Prometheus, Ridley Scott, Noomi Rapace, Charlize Theron, et Michael Fassbender se sont rendus à Londres. Ce fut donc au tour de nos amis britanniques de baver devant un bref montage du film, avant de se livrer à une conférence de presse, laquelle ne fut pas avare en informations.

On apprit ainsi de la bouche même de Charlize Theron que son personnage d'inspectrice des travaux finis recelait de sombres secrets : « C'est n'est pas une croyante, pas une scientifique, elle est vraiment ici pour vous faire croire que tout se déroule comme prévu, mais elle est en réalité venue pour une raison très personnelle, dont je ne peux pas parler. »

Ridley Scott en a dit un peu plus sur le processus de création des décors et du look global du film. « Avant même que le film ne reçoive le feu vert, j'ai convaincu la Fox de dépenser intelligemment son argent, pour que le film soit conçu par cinq designers. Ce sont des designers qui travaillent avec le digital et peuvent faire la même chose que des designers industriels. Ils peuvent se pencher sur les combinaisons, en passant par la cuisine du vaisseau, aux couloirs, tout ce dont vous pourriez penser... Arthur Max (son habituel production designer) et ces cinq gars se sont installés dans mon bureau à L.A., pendant que nous écrivions et ré-écrivions, pendant à peu près quatre mois et demi, et quand j'ai eu fini, j'avais avec moi un livre d'illustrations qui étaient comme des photographies. Ce ne sont pas croquis, c'est exactement ce qui va se retrouver à l'écran. »

Pour autant, les relations du metteur en scène avec l'office américain de classification des films ne semblent pas s'être détendues : « Je pourrais vous parler de films sortis cette année et dont la classification PG-13 est putain de ridicule ! Il y a quelqu'un de la MPAA ici ? Mettez un peu d'ordre dans votre maison ! » Un problème, si comme le lui demandent nos homologues britanniques, le film contient une scène de perforation thoracique, à l'image du premier Alien : « Il y a une séquence qui pourrait être considérée comme équivalente. C'est dans ta scène Noomi, mais nous ne pouvons dire de quoi il s'agit. »

Quoi qu'il en soit l'intéressée semble parfaitement savoir de quoi il s'agit : « J'en ai fait des cauchemars pendant deux semaines. J'avais ces images complètement tordues dans la tête, donc oui la peur nous a affecté. »

 


 

 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire