Mauvais genre 2012, le programme

Simon Riaux | 20 mars 2012
Simon Riaux | 20 mars 2012
L'auteur de ces lignes avait eu la chance l'an passé de tâter à la racine l'hospitalité Tourangelle et sa population cinéphage, réunie pour le grandmesse des pelloches azimutées, la communion internationale des œuvres mutantes, le barnum du bizarre. Inutile de vous préciser que nous remettons le couvert cette année, et que notre envoyé spécial compte s'en jeter, et pas qu'un petit, aux côtés des impayables G.O. (Gouleyants Ordonnateurs) et d'un jury des plus attrayants. En effet, Benoït Delépine, Ian McDonald, Elma Derou-Bernal, et Elsa Lunghini viendront se régaler les pupilles à la lumière blafarde des salles obscures.


Compétition :


Miss Bala, de Gerardo Naranjo

Quand une reine de beauté Mexicaine se fait kidnapper par les membres d'un cartel pas exactement porté sur la tendresse, ce sont plusieurs de nos centres d'intérêts qui se retrouvent à l'écran. On abien fait de le louper à Cannes tiens !

 

 

Heavy girls, de Axel Ranisch

Une comédie romantique teutonne, autour des sentiments naissant de deux hommes à la dérive, quand c'est le Mauvais Genre qui régale, on peut dire que ça promet !


The Raid, de Gareth Evans

La madeleine de notre rédac chef se trouve être un film d'action survitaminé, démentiel et jusqu'au boutiste, qui confrontera une équipe d'intervention musclée avec d'affreux vilains pas beaux, le tout dans une barre d'immeuble. Action, baston, siège sauvage, cascades over the top et humour sont les ingrédients de ce cocktail détonnant.


The Show must go on, de Nevio Marasovic

Un producteur de télé-réalité tente de jouer décemment son rôle de père, alors que son univers s'écroule peu à peu. Une petite bombe en direct de Croatie, ça vous tente ?


Marianne, de Filip tegstedt

Un homme violent veut récupérer la garde de sa fille, ce que le fantôme de sa femme est bien décidé à empêcher. Poursuivant sa grande tradition de la légèreté et des thèmes faciles, le cinéma de genre suédois devrait encore nous infliger une jolie claque.


Kotoko, de Shinya Tsukamoto

Le cultissime père de Tetsuo s'apprête à faire subir à Tours ce qui s'annonce comme un conte tragique terriblement étouffant. Ou comment élever son fils quand on est la victime de visions extrêmement dérangeantes. Inspiré d'une pathologie vraie. Vivement qu'on ait mal.

 

 

Victims, de David Bryant

Il ne fait jamais bon être pris à partie par des quidams convaincus que vous êtes un pédophile récidiviste. Quoique pour un spectateur curieux, l'expérience soit prometteuse. Espérons simplement que David aura plus de réussite qu'un fameux homonyme...


Crawl, de Paul China

On nous promet une atmosphère digne des premiers Cohen pour cette histoire de tueur à gages imprévisible. Et franchement, on ne demande qu'à voir !



Hors Compétition :


Si les films présentés en compétition sont tous gentiment barrés, les sélections parallèles (hors compèt', nuit interdite...) devraient être au moins aussi épicées, et contiennent en leur sanglant sein quelques opuscules au parfum de souffre :


NWR, de Laurent Duroche

Laurent vous a déjà dit tout le bien qu'il pense (à raison) du formidable documentaire consacré à Nicolas Winding Refn, réalisateur de Drive, et auteur parmi les plus prometteurs qui soient.

 

 

Morituris, de Raffaele Picchio

Vous reprendrez un d'hommage au gore italien des années 80 ?


The Bunny Game, d'Adam Rehmeier

Interdit en Angleterre, ce survival extrême et expérimental est la promesse d'une longue nuit d'horreur.

 

 

Planet of the Vampire Women, de Darin Wood

Tout est dans le titre.


Blast of silence, de Allen Baron

Un des films préférés de Martin Scorsese.


Walk Away Renée, de Jonathan Caouette

Vu et aimé à Cannes. À réserver aux âmes photosensibles.


Les Diables, de Ken Russell

À l'occasion de l'hommage rendu au fameux réalisateur, ce film traitant de l'obscurantisme avec violence et érotisme sera diffusé, accompagné d'une messe noire, d'un sacrifice d'enfants, et d'une lecture de l'Encyclique de Marc Lévy.


Pour en savoir plus, notamment sur les différentes sélections de courts-métrages, dont celle organisée par le glorieux R-One de chez Mad Movies, c'est sur un site de très Mauvais Genre qu'il faut vous rendre.

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire