Pierre Schoendoerffer, mort d'un combattant

Simon Riaux | 14 mars 2012
Simon Riaux | 14 mars 2012
Le réalisateur et écrivain français Pierre Schoendoerffer nous a quitté tôt ce mercredi matin, à l'âge de 83 ans. Il avait marqué plusieurs générations par ses écrits et films, ancrés dans une histoire que la France a encore bien du mal à regarder en face, celle de sa décolonisation. Ses travaux auront permis d'entrevoir le conflit Indochinois et la bataille de Dien Bien Phu à hauteur d'homme, notamment grâce à La 317ème Section (prix du scénario à Cannes), qui offrit à Bruno Cremer et Jacques Perrin leur plus grands rôles. Son documentaire La Section Anderson lui vaudra l'Oscar du meilleur documentaire en 1965.

Cet aventurier, familier des écrits de London, Melville et Conrad, désireux avant tout de narrer des histoires, s'inscrira au service d'information des armées, où il œuvra comme caméraman. Celui qui décrit plus tard le sérail cinématographique hexagonal comme « un château de Kafka » n'avait pas trouvé d'autres porte pour entrer dans cet univers, et devait y trouver la matrice de son inspiration. Dépêché pour filmer les opérations militaires en Indochine, il sera fait prisonnier à Dien Bien Phu, une expérience terrible et traumatisante, à laquelle il survivra, et qui lui fournira la matière formidablement intense et dense dont se nourrit son cinéma. Témoin et acteur de l'histoire, son roman L'Adieu au roi (1969) aura une forte influence sur John Milius lorsque celui-ci rédigera le scénario d'Apocalypse Now.

 


 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire