Le blues d'Avatar entre dépression et suicide

Pierre-Loup Docteur | 15 mars 2010
Pierre-Loup Docteur | 15 mars 2010

Avatar déprime ! C'est en tout cas ce que laissent penser de nombreux forums sur Internet où des fans expriment leur mal-être suite à la vision du film. « Depuis que j'ai vu Avatar, je suis déprimé. Admirer le monde merveilleux de Pandora et les Na'vi m'a donné envie de devenir l'un des leurs. Rien que de penser au filme me fait pleurer. J'ai même pensé au suicide, me voyant ensuite renaître dans un monde similaire à celui d'Avatar », écrit un internaute sur le site Naviblue. Une déclaration inquiétante, à laquelle font échos d'autres propos similaires. Par exemple, un autre fan décrit sa vision du monde après avoir vu le film : « le monde me semble gris. Ma vie, tout ce que j'ai accompli... Tout a perdu son sens. Je vis dans un monde qui court à sa perte ».

Ces discours font réagir des psychiatres. A New York, l'un d'eux explique que « la vie virtuelle n'est pas la vie réelle, mais Avatar a réussi, plus que jamais dans l'histoire (et grâce à ses effets spéciaux), à réduire le fossé qui les sépare. Fantasmes et réalité s'entremêlent. Et ça rend forcément la vie de tous les jours encore plus imparfaite. Avec son imagination fertile, James Cameron a pu mettre en images ses rêves, qui sont les mêmes que ceux de nous tous... ». Des communautés se forment sur Internet, et les fans du film essaient de soutenir ceux qui ont le blues. Certains proposent même des solutions pour sortir de cette dépression : s'investir dans des associations ou ne plus rien lire à propos du film afin de l'oublier. Un internaute incite même au voyage, expliquant que « comme sur Pandora, il existe sur Terre des endroits encore vierges de toutes traces de notre monde moderne. Si vous êtres déprimé, cassez vos habitudes et voyagez ! ». Bonne nouvelle : grâce à ce soutien, le blues des fans semble s'estomper petit à petit...

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire