James Cameron : l’après Avatar

Jean-Noël Nicolau | 16 mai 2008
Jean-Noël Nicolau | 16 mai 2008

Le réalisateur de Terminator souhaite continuer son exploration de la technique de 3D stéréoscopique entamée avec Avatar, mais pas forcément avec un grand film d’action bourré d’effets visuels.

 

« Après Avatar, je souhaite me consacrer à un projet plus humble », a affirmé Cameron.

 

Parmi les projets du réalisateur : The Dive, l’histoire vraie d’un amour controversé entre un plongeur en apnée cubain, Francisco « Pipin »Ferreras et une française Audrey Mestre. Sous sa protection, Mestre devient une plongeuse qui battra de nombreux record du monde, avant de décéder en 2002 en pleine performance.

 

« C’est un drame, une histoire d’amour, explique Cameron, cela demandera beaucoup de prises de vue sous-marines, qui sont sublimes en 3D. »

 

« Je pense pouvoir apporter [avec la 3D] le sentiment d’insécurité que les spectateurs apprécient au cinéma, ils ont l’impression d’être mis à l’épreuve. Cela peut être d’une rare puissance. »

 

« Je crois que la 3D pour les drames classiques est une technique loin d’être assez étudiée de nos jours, car les intérêts économiques ne nous poussent pas dans cette direction. »

 

James Cameron prévoit que les films d’animation et les films d’action vont continuer à dominer le marché de la 3D pour un bout de temps, mais avec de nouveaux moyens techniques, il espère que cela évoluera.

 

« L’esthétique d’un drame en 3D est très simple, conclut-il, il suffit de ne pas rappeler au public qu’il est en train de regarder un film en 3D. Sinon cela vous fait sortir de l’expérience. »

 

Avatar doit sortir dans les cinéma le 18 décembre 2009.

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire