Les dernières interdictions US

Michael Zayan | 18 juillet 2006
Michael Zayan | 18 juillet 2006

Le légendaire puritanisme américain n'est plus à démontrer. Passés à la moulinette et examinés à la loupe dans les moindres détails de pellicules, ce sont sept films qui viennent d'être classés par The Classification and Rating Administration (système de classification des films US). Si quelques critères peuvent paraître, tant bien que mal, compréhensibles, on s'étonne tout de même de voir que Renaissance, tout public en France, soit affligé d'une interdiction aux moins de 17 ans non accompagnés. Oui, la violence c'est pas très bien, la nudité c'est tabou et les gros mots c'est vilain…

Pour rappel, voici les classifications existantes outre-atlantique :
G (General audiences) = Aucune interdiction, film tout public
PG (Parental guidance suggested) = Accord parental souhaitable, quelques éléments pourraient ne pas convenir aux plus jeunes
PG-13 (Parents strongly cautionned) = Vigilance des parents fortement recommandés, quelques éléments pourraient ne pas convenir aux moins de 13 ans (il s'agit là de la classification « limite » que cherche à obtenir une majorité de films afin de ne pas trop restreindre son public – cible)
R (Restricted) = Interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d'un adulte
NC-17 = Interdit aux moins de 17 ans sans exception

Rocky Balboa
PG pour la violence des combats et quelques propos vulgaires. À titre de comparaison, seul Rocky V avait écopé d'un PG-13, les quatre premiers films ayant également obtenu un PG.

The Departed
R pour la brutalité de certaines scènes, propos outranciers, érotisme et présence de drogues. Rien de bien surprenant pour Martin Scorsese puisqu'à quelques exceptions près, pratiquement tous ses films ont écopé de cette classification depuis le début de sa carrière (y compris La Couleur de l'argent, allez comprendre !).

300
R pour les scènes de combat en abondance, érotisme et nudité. Rien de bien surprenant ici non plus lorsque l'on connaît le penchant pour le moins « graphique » de Frank Miller dans ses œuvres. Sin city avait d'ailleurs écopé d'un classement R à sa sortie.

Ghost Rider
PG-13 pour les scènes d'horreur et quelques passages dérangeants. Daredevil, la précédente adaptation de comics écrite et réalisée par Mark Steven Johnson, avait également écopé de la même interdiction.

DOA : Dead or Alive
PG-13 pour la violence de l'action et des arts martiaux, érotisme et nudité. À titre de comparaison, le précédent long-métrage réalisé en solo par Corey Yuen, l'excellent So close, avait écopé d'un classement R pour cause de « violence persuasive et d'une conversation à caractère sexuel ».

Clerks II
R pour l'abondance de scènes sexuelles, la grossièreté des dialogues et la présence de drogue. Avec le cocktail détonnant précédemment cité, tous les films de Kevin Smith ont écopé de cette interdiction jusqu'à aujourd'hui, à une seule exception près, Père et Fille, classé PG-13.

Renaissance
R pour quelques images violentes, dialogues, érotisme et nudité. Renaissance écope donc de la même classification qu'un Sin city, allez comprendre là encore !

Source : Comingsoon

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire