Marathon 24 heures - Épisode 1

La Rédaction | 9 avril 2006
La Rédaction | 9 avril 2006

Après une préparation très zen (cliquez sur ce lien pour avoir les détails), notre envoyé spécial Jack Didier Bauer nous a envoyé son compte-rendu du premier marathon 24 heures chrono organisé en France. Une expérience humaine qui en a découragée plus d'un…

Sur la ligne de départ du marathon 24 heures chrono – qui dure en réalité 22 heures en comptant les pauses – j'ai beau compter plusieurs fois, j'en reviens toujours au même constat : seulement 26 participants éparpillés dans une salle de 300 places. Peut-être faute aux manifestations anti-CPE et à une météo ensoleillée, les étudiants ont déserté cet événement du Festival du Film Policier de Cognac. Les journalistes aussi puisque je suis le seul représentant de la profession qui a décidé de vivre cette expérience. Tout le monde est étonné de se mesurer à une si faible concurrence et après un round d'observation au bar sans alcool, chacun prend place dans cette salle assez confortable dont on peut féliciter les conditions de projection.


Patrick Bethune : La voix française de Jack Bauer

Le marathon se fera en version française et Patrick Bethune, la voix doublée de Jack Bauer, nous fait l'honneur de sa présence au speech de départ et partage avec nous sa joie d'avoir pu aller sur le tournage de la série. Les premiers épisodes commencent et rapidement, les abandons discrets déferlent. A partir de la treizième heure, quand le niveau est enfin devenu serré, on se retrouve 15 participants qui iront jusqu'à la fin. 2 femmes, 13 hommes. L'un d'entre eux est un de nos plus fervents lecteurs et me fait part de son admiration pour ses rédacteurs préférés, Laurent Pécha et Vincent Julé. Je lui dis qu'en réalité, c'est moi qui écris leurs articles et que j'utilise une douzaine de pseudos sur le site. Faut bluffer pour déstabiliser.

La moyenne d'âge ne dépasse pas 25 ans et rapidement le ton est donné : ambiance colo et potache pour repousser les limites de la raison. Vu qu'il n'y a que très peu d'humour dans la série, il faut bien déconner un peu dans la salle pour entendre quelques rires. Matthias, ébéniste en herbe (non, il n'a pas besoin d'en fumer), est là aussi pour se marrer et ne se gêne pas pour lâcher quelques vannes de temps en temps. Voici quelques propos recueillis à la fin du marathon :

Tu as pensé quoi de la saison 1 ?
J'ai adoré, je mets 9,5 / 10. Le suspense a fonctionné jusqu'à la fin et ça nous a aidé à rester concentré aussi longtemps. Je ne suis pas sûr qu'on aurait pu en faire autant avec une autre série.

Tu as carburé à quoi cette nuit ?
J'ai pris trois pastilles de vitamine C et je risque d'en prendre d'autres parce que je m'embarque tout à l'heure avec mes deux potes pour la saison 2. Je suis réveillé depuis 7h10 hier, je bosse, moi.

C'est toi qui a hurlé « La pute ! » à la fin de l'avant-dernier épisode ?
Oui. Je savais qui était la taupe et je l'avais dit aux autres mais personne ne me croyait donc j'ai fini par me lâcher. Pour une fois que j'avais raison, je voulais le faire savoir.

Je propose à 5h45 du matin de faire une photo de groupe sur scène et demande au projectionniste de la prendre. Je le sens impatient mais il se prête au jeu avant de foncer dans la cabine de projection pour lancer l'épisode suivant. Je comprendrai plus tard qu'il était à bout de forces car je le trouverai endormi dans un fauteuil au bar à 6h30, alors que je le cherchais pour lui dire qu'il faudrait changer de DVD.


Photo prise à 5h45 du matin

Les pauses, d'une importance capitale, nous ont permis de nous régénérer. Staff féminin aux petits soins avec toujours un large sourire, collations et boissons à volonté offertes par la maison ont créé un espace détente où ça causait dur. Les trois quarts des spectateurs venaient de la région et avaient leur mot à dire sur le Festival. Tous étaient unanimes et relevaient la bonne volonté des organisateurs pour se rapprocher des locaux souvent laissés pour compte jusqu'à présent. Tous étaient contre une délocalisation du Festival à Nice (il en est sérieusement question). Tous se foutaient du CPE. Tous ont aimé la série 24. J'en ai profité pour poser quelques questions à une fan inconditionnelle, Margaux, la seule à s'être lavé les dents pendant le marathon. (Entre les pets, les rots et les haleines de chacal à cause de paquets de clopes consommés, je vous laisse imaginer les diverses odeurs qui émanaient des lieux…).

Tu viens de Cahors ?
Oui je suis venue avec deux amis, on s'est levés hier à 5h15 du mat pour arriver à Cognac à 11h30, on pensait qu'il y aurait une foule de dingues !

Tu as un peu dormi pendant le marathon ?
Les paupières étaient très lourdes par moment, j'étais à deux doigts d'utiliser des allumettes pour les soutenir mais j'ai plus tenu que mes compagnons qui ont vécu des périodes difficiles. Notre avantage était de pouvoir facilement retrouver le fil de l'histoire parce qu'on connaît les saisons par cœur. Je suis ravie d'avoir participé à cette expérience, c'était certainement mieux d'être un petit groupe et pas 300. Et ça me donne même une nouvelle vision des émissions de télé-réalité : on sort lessivé d'un trip de 24h sans caméra, imagine ceux qui sont suivis pendant 2 mois ! Je regrette juste qu'on se soit tapé la version française et seulement le dernier épisode en version originale. D'un autre côté, quand on fatiguait, la VF aidait.

Quel est ton avis sur les différentes saisons ?
On a vu le seizième épisode de la saison 5 avant de venir et c'est ma préférée. Il y a un rebondissement incroyable à chaque épisode. Je mets 6,5 / 10 à la saison 1 parce que je mets 9,5 ou 10 à la cinquième ! Elle est hallucinante. Chaque mardi matin, on récupère un nouvel épisode sur le net, nous sommes complètement accros.

Tu as trouvé des invraisemblances dans la première saison ?
Ils ont voulu faire sensation avec l'incroyable révélation finale et c'est un peu too much car le spectateur n'avait pas le moindre indice pour s'en douter, au contraire. On te montre la taupe qui joue la gentille même lorsqu'elle est seule et ça, je dis que c'est de la manipulation un peu facile. Il y a d'autres rebondissements plus crédibles et subtils, comme celui du faux père…

Finalement, la ligne d'arrivée est franchie par les candidats exténués. S'il y a eu quelques brefs assoupissements naturels, aucun ronflement à signaler sauf ceux en fin de nuit d'un membre de la sécurité qui a cru pouvoir nous défier. Ah si, il paraît que j'ai ronflé de 6h30 à 7h mais c'était certainement du bluff…

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire