Dune doit être vu au cinéma pour Denis Villeneuve, en guerre contre HBO Max

Maeva Antoni | 3 septembre 2021 - MAJ : 03/09/2021 17:16
Maeva Antoni | 3 septembre 2021 - MAJ : 03/09/2021 17:16

Denis Villeneuve continue sa campagne contre HBO Max et incite les spectateurs à aller voir Dune en salles.

Parmi les blockbusters les plus attendus de cette fin d’année, et peut-être plus encore que James Bond dans Mourir peut attendre : Dune, réalisé par Denis Villeneuve, montré pour la première fois au Festival de Venise après nous avoir donné bien envie aux travers de bandes-annonces spectaculaires.

Du cinéma à grand spectacle qui fait tout pour nous en mettre plein les mirettes, mais dont l’expérience va être un peu différente pour une partie du public puisque la nouvelle adaptation de l’œuvre colossale de Franck Herbert va connaître une double sortie aux Etats-Unis, à la fois en salles et sur HBO Max. Une stratégie que le réalisateur n'a cessé de critiquer, et il n’a pas hésité à en remettre une couche depuis Venise. 

 

 

Depuis que Warner Bros. a décidé que Dune serait sous le joug de sa stratégie dîte HBO Max, Denis Villeneuve n’a cessé de combattre et critiquer le studio avec véhémence, faute de pouvoir changer un système bien plus gros que lui. Dès le début, le réalisateur de Sicario voyait dans cette décision un manque d’amour pour le cinéma de la part de Warner.  

Même la tête d’affiche de DuneTimothée Chalamet, s’y était mis, à tel point que pendant un temps, on pensait qu’une sortie exclusive en salles (même de courte durée) était encore possible - surtout après le succès au box-office de Godzilla vs. Kong. Mais force est de constater que les pontes de Warner sont restés sur leurs positions, et que Dune sortira simultanément en salles et en streaming aux Etats-Unis. Quitte à prendre un gros risque avec le piratage, qui aurait pesé dans la balance Black Widow par exemple.

 

photoWarner vs. Villeneuve

 

Denis Villeneuve n’a alors d'autre choix que d'inciter le public à privilégier les salles de cinéma, comme il l’a fait pendant une conférence de presse durant le Festival de Venise :  

"J'encourage les gens à le voir sur grand écran. Il a été rêvé, conçu et tourné en pensant au format IMAX. Lorsque vous regardez ce film sur grand écran, c'est presque une expérience physique. Nous avons conçu le film pour qu'il soit aussi immersif que possible, et pour moi, le grand écran fait partie du langage cinématographique." 

En août, Villeneuve était plus imaginatif, et comparait un visionnage de Dune dans son salon à "conduire un hors-bord dans sa baignoire", chez Total Film.

 

photo, Timothée ChalametPetite attaque en loucedé

 

Un nouveau petit pied de nez de la part du réalisateur québécois, qui fait son possible pour avoir le soutien du public adepte des salles. D’autant qu’au-delà de l’aspect expérience, il est évident aujourd’hui que la sortie hybride joue largement en défaveur des films sur le plan du box-office (en témoigne le sacrifié The Suicide Squad, qui atteint tout juste les 100 millions de recettes mondiales). Et si Villeneuve est confiant pour la suite de la saga Dune, un four au box-office serait un frein évident pour la saga.

Reste à savoir si les nombreux appels de phares du cinéaste vont réussir à convaincre les spectateurs américains de quitter le confort de leurs foyers pour se rendre en salles, alors que la pandémie est toujours présente. Dune arrive en salles dans l'Héxagone le 15 septembre, et nous, on a déjà vu vingt minutes du film. Notre critique, elle, arrivera demain.

Tout savoir sur Dune

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ethan
06/09/2021 à 12:45

@Eddie Felson
Tout ça pour dire que c'est un choix de civilisation
La société hyper numérisée et commercialisé je n'en veux pas
Toi oui visiblement ou indirectement car t'as l'impression que non mais en fait oui

Ethan
06/09/2021 à 12:05

@Eddie Felson
Avant de clore le débat il faut savoir qu'effectivement on peut être contre le pass pour des raisons de flicage.
Mais également par rapport au fait que le vaccin n'est pas la solution pour sortir de la crise. J'attire ton attention là dessus car il y aura toujours des variants dans la mesure il n'y a pas de contrôle aux frontières : aeroport en particulier étant donné que les frontières sont un tabou et ainsi ton vaccin ( il est peut-être déjà) ne sera plus efficace
Le seul moyen de s'en sortir est donc dans un premier temps les gestes de barrière et la distanciation sociale plutôt que l'immunité collective

Eddie Felson
05/09/2021 à 23:48

@Ethan
…« Ne pas aller au ciné en ce moment pour des raisons politiques (ceux qui sont contre le pass!) »… eut été mieux formulé de ma part j’en convient! Je ne suis, pour tout dire et clore ce débat entre nous sur ce registre qui n’a pas vraiment lieu d’être ici même, pas contre du tout et je considère le pass comme un moyen d’obliger (mollement pour ne pas les braquer … c’est raté pour le coup!) les gens à se faire vacciner pour que nous sortions de ce merdier économique et sanitaire, en France et ailleurs…. Il est d’ailleurs en vigueur dans de nombreux autres pays sans autant d’oppositions qu’ici mais le français est rebel & râleur donc rien d’étonnant.

Ethan
05/09/2021 à 23:08

@Eddie Felson
Tu dis que tu es contre mais tu y va quand même. Un peu skizo le Felson!
Sur le danger du corona actuel au ciné, tu picores pas ok mais les gens qui viennent certains mangent et là c'est risqué

Ne pas allé au ciné actuellement au contraire comme je te l'ai expliqué précédemment est plutôt un acte de ne pas accepter la favorisation des svod.
Car dans tous les cas les gens qui y vont ne sont pas beaucoup.

Si le peu de gens comme toi n'iraient pas, ce serait un moyen de retirer ce pass

Eddie Felson
05/09/2021 à 21:16

@Ethan
Quand je vais au ciné je paie sans contact, je garde mon masque tout le long de la séance, je ne picore pas, et je repart comme je suis arrivé avec un coup de gel virucide sur les mains! O risque, 100% soutient au ciné! Ne pas aller au ciné en ce moment pour des raisons politiques (suis contre le pas!), ça participe, qu’on le veuille ou pas, au torpillage des salles.

Ethan
05/09/2021 à 20:01

@Eddie
Justement le pass met en évidence la difficulté pour la Paramount de sortir leurs films à l'heure actuelle.
Il y a une volonté réelle d'affaiblir. Tu l'as dit toi même "les cinés ne sont pas des clusters.
Qu'adviendra t-il de ce secteur lorsque celui-ci sera dirigé par Jeff Bezos et compagnie
Le cinéma ce sont des valeurs, des films originaux. Le business des franchises, séries gangrènent le cinéma aujourd'hui. Pas besoin de plus
J'ai entendu sur le nouveau James Bond qu'ils allaient y ajouter de la publicité numériquement. Franchement n'est ce pas dommage de voir ce film exploité à des fins commerciales ?

Sur le coronavirus laisse moi te dire qu'on en sortira pas avec le pass. L'autorisation de consommer de la nourriture dans les salles, les gestes barrières qui ne sont plus obligatoire font flipper pas mal de gens et pas seulement les non vaccinés

Slayer0357
05/09/2021 à 16:13

Ce film m'intéresse depuis longtemps et doit être fabuleux au cinéma.
Chacun fait ce qu'il veut mais moi, il est hors de question que j'aille le voir avec le pass sanitaire. (je l'ai)
Avec mon home cinéma je le regarderai en streaming et je passerai surement un bon moment.

Eddie Felson
05/09/2021 à 15:57

@Ethan
« Le politique », peut-être mal formulé pour le coup, ne visait que la question du pass sanitaire…

Ethan
05/09/2021 à 09:02

@Eddie Felson
Tu peux pas séparer le politique de l'arrivée du numérique dans ce qui se passe. Tu dis être pour une sortie d'abord des films aux cinés plutôt qu'une diffusion simultanée. Avant sur de précédents articles, tu ne tenais pas vraiment ce discours il me semble. Mais bon si on suit ta logique actuelle c'est accepter le pass sanitaire, pass justement qui est une contrainte pour certains et qui favorise les svod. Si tu vois ce que je veux dire
Sur les 45 jours après une sortie en salle que met en place la Paramount. C'est justement car elle est impacté par la crise pas pour satisfaire les oisifs, les flemards ou les quelques personnes habitants loin. Je cite la Paramount car elle est le dernier studio encore en vie. Et que si elle ne s'adapte pas ce qu'elle fait avec les 45 jours par rapport à ces contraintes elle serra racheter. Encore faut il ne pas en ajouter des supplémentaires comme c'est le cas actuellement avec le pass. Or ce possible rachat arrivera si les gens comme toi acceptent l'état des contraintes actuelles car cette boîte pour l'instant à l'inverse de Netflix, Amazon, hbo max ne fait pas de business actuellement

GTB
05/09/2021 à 01:01

@Eddie Felson > Le dialogue devient plus constructif. Voici ma pensée sur vos propos (et ceux de la personne sans pseudo qui m'a répondu également).
J'entends bien que certains soient particulièrement attachés à la salle. Néanmoins je trouve qu'établir arbitrairement un monopole pose questions (autant sur les motivations que sur les conséquences); car c'est exactement ce que vous décrivez. Pour que ceux qui préfèrent voir les films en salles soient contents et les exploitants salles sécurisés, préventivement l'on instaure un monopole et une privation pour les autres. Et la question de la légitimité de cela est en réalité assez complexe (à mes yeux l'habitude joue beaucoup). Ce même principe serait-il accepté si on l'appliquait ailleurs où il n'existe pas actuellement? Tous produit pourrait bénéficier d'une commercialisation exclusive de quelques mois/années aux commerces physiques (vente par internet et numérique interdite pdt un temps) comme mesure pour soutenir les commerces par exemple. Tous nouvel album de musique pourrait bénéficier d'une chronologie d'exploitation: d'abord uniquement en concert pendant 1 ou 2 an de tournée (l'expérience en salle, commune, sensoriellement unique), puis une commercialisation en Vinyle (histoire de maintenir ce velouté assez spécifique) dans les commerces physiques spécialisés, puis en CD/vente internet/numérique, puis enfin sur les plateformes de streaming au bout de 3-4ans. Pas sûr que ça passerait crème. Et ce, même en expliquant la logique derrière. Tout ça pour dire que justifier un monopole par la survie des exploitants qui en bénéficie, c'est insuffisant ou du moins largement plus sujet à débattre qu'on ne le pense.
Mais au delà de ça, qu'en serait réellement si ce monopole était brisé? Les salles de cinéma disparaitraient-elles? Sur cette question les ardents défenseurs de la salle témoignent d'un sérieux manque de confiance en elles en prédisant une disparition. Perso j'en doute fortement. Mais la réalité est bien plus opaque: on en sait que dalle et on ne planche pas sérieusement la question. Il y aurait indéniablement un impact, mais lequel? Aujourd'hui personne n'en sait strictement rien. La télé était la mort des salles. Puis la télé couleur allait tuer la salle. Puis la diffusion de film à la télé. Puis le magnéto, la location, internet etc...Puis enfin la SVOD. Or, depuis son apparition, la fréquentation des salles est à la hausse. Ça va faire près d'un siècle que les salles vont mourir. Je pense que les gens sont suffisamment attachés à la salle pour lui permettre de perdurer encore un bon moment. Godzilla VS Kong avait beau être dispo en SVOD, il a fait en période pandémique quasi le même Box-office US que le précédent. Bref, certains signes font plutôt douter de la théorie de la disparition des salles. Cependant, cela serait à étudier bien plus en profondeur. Le fait est que la question est souvent balayée du revers de la main; parce qu'on ne veut pas se prendre la tête à y penser. Comme si le système actuel était l'unique à être viable. Peut-être est-ce le cas, mais ça reste très largement à démontrer. Et il serait malin de le faire.
Revenons un peu en arrière, et admettons que sans monopole les salles disparaitraient. Cela témoignerait avant tout d'un sacré gouffre entre l'offre et la demande. Des tas de choses, des tas de métiers, de types de commerces ont disparus avec le temps et l'évolution de la société. Au nom de quoi les salles de cinéma mériteraient-elles plus d'être préservé au forcing d'un monopole privatif? Il y a des raisons évidemment, parfaitement compréhensibles en plus; cependant sont-elles meilleures que pour tout ce qui a disparu par loi du marché? A-t-on le devoir, ou a-t-on ne serait que le droit de maintenir les salles à grande échelle si les gens n'en veulent plus?
L'autre personne m'ayant répondu souligne que c'est ce système qui est viable, que c'est ce système qui permet des films du budget et de l'ambition de Dune. Or je me dois ici de souligner 2 choses. La première est que non ce système n'est pas entièrement viable et pas si sain que ça. A bien des niveaux. Par exemple la quantité de films à sortir en salle est telle qu'il y a un turn-over important. Turn-over nuisible économiquement aux films. Des études ont montré qu'un allongement de la période d'exploitation en salles était notablement bénéfique pour les recettes box-office du film ainsi que pour ses recettes domestiques. Il y a également une partie du cinéma qui meurt à petit feu, depuis avant l'avènement de la SVOD, broyé par les dérives de ce système. Scorsese et Cuaron sont allés faire The Irishman et Roma chez Netflix à cause du système traditionnel. Il y a une amorce naturelle qui s'est enclenché, émergente de failles et de dissonances grandissantes depuis 20 ans dans le système traditionnel. Cela ne peut être ignoré; en partie pour le bien du Cinéma dans son ensemble justement. Ce qui m'amène à la 2ème choses: d'autres systèmes sont probablement tout à fait viables. Cela passera par des ajustements et équilibrages, difficile sans aucun doute, perturbants également. Mais possibles. En l'occurrence rendre les films accessibles simultanément de multiples manières day-one peut passer par la VOD payante (largement sous exploité commercialement, peu démocratisé par le marketing) pour générer des revenus multiples. Il y a tout un pan du cinéma qui aurait grandement à gagner à trouver plus aisément tout types de publics et avoir une part plus importante de prix que sur celui d'un ticket de salle (c'est très précisément ce qui intéresse Disney par exemple, dans ses premium Disney+).

Comme vous pouvez le voir, là où beaucoup semblent plutôt sûr de leurs dires et de leurs convictions, j'ai beaucoup plus d'incertitudes et de matières à questionnement. Comme souvent la réalité me semble plus complexe et nuancé qu'il n'y parait, et ce qui se joue actuellement mérite nettement plus que des débats très binaires. Je pense, sans certitudes, qu'un meilleur système, plus adapté et plus égalitaire, tout aussi viable peut voir le jour. Et vu le sujet d'ampleur, voilà que j'ai pondu un pavé.

Plus
votre commentaire