Après Benedetta, Paul Verhoeven de retour à Hollywood avec un thriller à la Basic Instinct ?

Gael Delachapelle | 17 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Gael Delachapelle | 17 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le réalisateur Paul Verhoeven a affirmé ne pas être contre l'idée de revenir un jour faire un film à Hollywood.

Après son thriller sulfureux Elle, qui a valu un César à son actrice Isabelle Huppert, Paul Verhoeven est attendu au tournant pour la suite de sa période française, avec le très prometteur Benedetta. N’ayant cessé d’être repoussé, on espère très sincèrement pouvoir découvrir le nouveau film du réalisateur de Basic Instinct lors du Festival de Cannes 2021 qui vient d’être repoussé récemment en juillet à cause de la pandémie de Covid-19.

Et selon l’actrice Virginie Efira, Benedetta sera bien un pur film de Paul Verhoeven à part entière, avec ce qu’il faut de sexe, de violence et de religion. En effet, ce n’est pas pour rien si Paul Verhoeven est couramment surnommé "le Hollandais Violent", n’ayant pas volé sa réputation, notamment à Hollywood. Après ses premiers films aux Pays-Bas, Verhoeven va connaître ses plus gros succès à l’international avec RoboCop, Total Recall, Basic Instinct, avant de créer la controverse avec Showgirls et Starship Troopers.

 

Photo Sharon StoneLe cinéma de Verhoeven en une image... 

 

Après Hollow Man, l'homme sans ombrele cinéaste néerlandais a ressenti un manque de liberté dans le système hollywoodien, qui le pousse à retourner en Europe pour tourner son somptueux film de guerre Black Book, avant d’entamer sa période française avec Elle qui lui vaudra le César du meilleur film en France. Et dans un portrait pour Le Monde, le réalisateur a qualifié cette nécessité comme "une question de survie cinématographique" :

« J’ai quitté la Hollande non pas parce que je voulais aller aux États-Unis, mais parce que j’y avais du succès et que le Fonds de soutien néerlandais considérait, pour cette raison même, que mes films n’étaient pas de l’art. Puis j’ai quitté Hollywood parce que les studios voulaient m’assigner à la science-fiction et que je n’avais pas envie de passer ma vie à diriger des effets spéciaux. »

Une migration vers l’Europe qui aura donc permis au cinéaste de revenir à des films plus personnels, jusqu’à son très attendu Benedetta qui promet d’être un cocktail explosif des trois thématiques centrales qui font la saveur de son cinéma. Mais malgré son succès en Europe et en France, le Hollandais violent pourrait bien revenir un jour secouer de nouveau le Tout-Hollywood.

 

photo, Virginie EfiraVirginie Efira, ou la réponse à la question de survie cinématographique... 

 

En effet, on sait déjà que parmi les projets du cinéaste figure une adaptation de Bel-Ami de Guy de Maupassant pour une série de huit épisodes en France, toujours produit par Saïd Ben Saïd. Mais le cinéaste a également confié au journal Le Monde qu’il ne serait pas contre l’idée de revenir aux USA, avec notamment un projet américain en cours d’écriture :

« S’il pouvait y avoir aujourd’hui à Hollywood un scénario d’une qualité égale à celui de Joe Eszterhas pour Basic Instinct, je le tournerais demain. En attendant, j’écris avec Edward Neumeier un thriller qui s’intitule Young Sinner. »

Paul Verhoeven pourrait donc bien revenir choquer les États-Unis, si le cœur lui en dit, et pourquoi avec le scénariste de RoboCop et Starship Troopers justement. C'est plutôt prometteur et cela laisse espérer le meilleur dans la suite de la filmographie du cinéaste. En attendant un éventuel retour à Hollywood, Benedetta est censé sortir en juillet prochain en France, soit au même moment que son possible passage à Cannes. Et pour patienter, on vous renvoie vers notre dossier consacré à son dernier film hollywoodien en date, le mal-aimé Hollow Man.

Tout savoir sur Benedetta

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Tom’s
18/02/2021 à 13:03

VerHoeven est un génie de la réalisation au parcours incroyable, et un excellent directeurs d’acteurs, Huppert dans Elle, l’exemple le + flagrant est le cas Sharon Stone qui as la passion du jeu,mais qui faute de projet porteur lui empêche d’avoir la confiance et donc la jouer inhérent au perso De C Trammel dans Basic jusqu’a la transfigurer, la réinventer même en lui expliquant qu’une femme avec ce physique a le monde a ses pieds, sa personnalité broyant celle du perso de Douglas faisant de lui un type au abois, il l’a rend fascinante sa beauté est insolente, la scène où dans la voiture allant au Comissariat pr le fameux interrogatoire Le dialogue sur le fait de fumer , la caméra sur son visage serein éclairé par le soleil imprima ma rétine ad vita eternam.

Cacouac
18/02/2021 à 12:16

Ce n’est même pas que ce bon Edward Neumeier n’a rien fait d’autre que Robocop et Starship Troopers…
Pour Robocop, il était accompagné d’un autre scénariste et Starship Troopers était une adaptation de bouquin.

Non, pour mesurer son talent, il faut voir ce qu’il a écrit seul, ses créations originales, son œuvre : Starship Troopers 2 et 3 (Argh !) et Anaconda 2 (Ouch !).

Paul doit être un chouette pote !
Mais bon, je veux voir ça tout de même...

Jesus
17/02/2021 à 19:53

Un de mes réalisateur favori. J'ai hâte de voir Benetta et son film Hollywoodien des années 2020 !!

Paulo trash and obessed
17/02/2021 à 16:39

j'attends la suite par Verhoeven de Basic Instinct, avec Michael Douglas et Sharone Stone
le titre du film devrait être: Granny Instinct

Garm
17/02/2021 à 16:06

je viens de regarder la filmo d'Edward Neumeier... en dehors de starship et de robocop, ca fait pas rêver quant meme. A croire que sans Verhoeven, Neumeier a du mal a sortir quelque chose de potable.

votre commentaire