Tenet : pour comprendre un film, il faut le regarder pour "se divertir et s'amuser" selon Nolan

Maya Boukella | 16 décembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Maya Boukella | 16 décembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

La compréhension d'un film tient avant tout dans l'envie de "se divertir et s'amuser" selon Christopher Nolan.

La carrière de Tenet s'est terminée avec son arrivée récente en Blu-ray et en VOD. Assumant la lourde responsabilité d'être le seul et unique blockbuster diffusé dans les salles pendant la pandémie, le onzième long-métrage de Christopher Nolan a été l'objet de débats de tout ordre, brassant autant de questions économiques que sanitaires. Mais ici, il ne s'agira pas de parler de box-office, ni même de gueuler sur Warner Bros..

 

photoTenet VS le reste du monde

 

Dans un entretien avec le Washington Post, Nolan est en effet revenu sur l'un des aspects qui compte parmi les plus récurrents lorsque le sujet Tenet est abordé : la compréhension du film. Force est de constater qu'on aura rarement vu des réactions aussi vives autour de cette question. Certains s'en sont amusés, tandis que d'autres sont allés jusqu'à s'agacer d'une intrigue parfois décrite comme laborieuse, inutilement compliquée, et dans le pire des cas, complètement incompréhensible. Au-delà de la défense de son oeuvre, le témoignage de Nolan questionne en profondeur la manière dont nous appréhendons un film et son cinéaste, ce qui est passionnant.

Et pour Nolan, ne pas comprendre le film dépendrait moins de l'écriture du film que de la disposition dans laquelle se trouve le spectateur. L'important serait alors de regarder le film pour être diverti, plutôt que pour le "combattre" :

"Ce que je trouve, c'est que les gens qui regardent les films pour se divertir et s'amuser les comprennent bien mieux que les gens qui se battent contre les films, qui ont l'impression d'être dans une sorte de partie d'échecs avec le film pendant qu'ils le regardent. Et la réalité c'est que la raison pour laquelle les gens sont frustrés comme ça, c'est que les règles du jeu ne sont pas équitables. 

 

photo, Ellen Page, Leonardo DiCaprio"Donc pour comprendre un film de Nolan il suffit d'être gentil, en gros"

 

J'ai eu 20 ans pour réfléchir à ces idées. Ce n'est donc pas un terrain de jeu égalitaire dans ce sens. Ce n'est pas un jeu d'échecs entre le cinéaste et le public. C'est un divertissement. C'est un tour que vous faites et, si c'est bien fait, il y aura des aspects qui récompenseront un deuxième visionnage. Lorsque vous êtes face au temps et à ce genre de complexité, vous devez faire un film qui, la deuxième fois que vous le regardez, sera différent".

La réponse de Nolan rassurera sans doute ceux qui s'inquiétaient de le voir devenir une sorte de parodie de lui-même, le créateur d'un sous-Inception ou d'un sous-Interstellar qui n'aurait comme seule caractéristique de faire des films incompréhensibles. La complexité de certains de ses films vaut au contraire pour ce plaisir que le réalisateur décrit bien à savoir : découvrir de nouveaux indices et de nouvelles pistes d'interprétation au fur et à mesure des visionnages. De quoi redécouvrir une oeuvre et prolonger le plaisir spectatoriel.

À propos d'Interstellar, notre critique est disponible ici. Quant à celle de Tenet, vous avez le choix entre une version vidéo, et une version écrite. Et d'ailleurs, si vous avez envie d'aimer Tenet, voilà une théorie qui vous donnera envie de le revoir.

 

Tout savoir sur Tenet

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ethan
18/12/2020 à 17:21

@avis à tous
Je suis allé le voir et reparti assez vite.
J'ai trouvé le début du film assez bruillant. Il faut dire que j'avais un peu mal à la tête.

Je pense qu'à vouloir trop en faire au niveau des effets spéciaux, de la technologie ça nuit au film, au simple de fait de regarder

Simon Riaux - Rédaction
18/12/2020 à 12:30

@rebelle33

Ce que dit Nolan, c'est que pour émouvoir et réfléchir, il faut capter son spectateur. Le divertir, au moins assez pour qu'il s'investisse dans l'oeuvre qui lui est proposée.

rebelle33
18/12/2020 à 12:23

Si le cinéma est un art -et il l'est à part entière- alors sa fonction n'est seulement de divertir...
Comme tout art, il se doit d'émouvoir et de faire réfléchir...Je ne saisis pas bien les propos de NOLAN...;qui sont très réducteurs pour le cinéma.....

Papyrus
17/12/2020 à 07:07

Rien à sauver dans ce navet sans queue ni tête

Bennn
17/12/2020 à 06:51

Argumentaire idiot. C'est son taff de rendre un film divertissant. Et force est de constater qu'il échoue complètement. Des tunnels d'exposition ou d'explication, souvent après que l'événement soit dépeint à l'écran. C'est lui qui force le rationnel dans son récit. Dans Mad Max Fury Road personne ne s'interroge sur la manière dont fonctionne le bras métallique de Furiosa et dans Retour vers le futur personne ne s'interroge sur la photo qui s'efface. Pareil pour Matrix. Ici ça ne fonctionne pas et c'est bien de sa faute. Sans parler du découpage à la truelle et du manque complet d'intérêt pour des personnages qui ne font qu'exposer des concepts incohérent. Exemple :Quel est l'intérêt de faire des objets inversés et quand servent-ils à quelque chose dans l'intrigue ?

Mar Vanwa Tyaliéva
17/12/2020 à 02:38

C'est un peu facile de demander aux spectateurs de débrancher leur cerveau et juste profiter des jolies images, on attend justement une partie d'échecs en regardant un Nolan, sinon on se pose devant un Marvel avec un seau de popcorn.

Birdy nam nam
17/12/2020 à 00:18

@Cha Romnin : Perso c'est Pattinson qui m'a totalement bluffé...

Sanchez
16/12/2020 à 20:56

Essaye de faire mieux quand même la prochaine fois Christopher. L’acteur principal au charisme d’huître et l’histoire inutilement complexe c’était raté

Birdy
16/12/2020 à 20:37

L'un n'empêche pas l'autre. Je me divertis avec énormément de plaisir à voir ses films, et à ensuite chercher à comprendre ses rouages. Que certaines parties soulèvent des questions et fassent parler après coup, c'est plutôt que ça intéresse les gens.
Mais en tant que cinéaste, il sait très bien que si ses ficelles et artifices narratifs sont trop visibles ou incompréhensibles, le spectateur va sortir du film.
Il faut savoir "endormir" le spectateur par la qualité du film.
Après certains sont simplement trop hermétiques à des films à tiroir. Je me rappelle avoir été subjugué par Mulholland Drive au cinéma, encore sous le choc de sa magie quand les lumières se sont allumées. Et découvrir avec stupeur que la moitié de la salle ricanait et secouait la tête, prenant ce chef d'œuvre pour une arnaque.

Sha'Romnin
16/12/2020 à 19:42

Je ne me souviendrai que d'Elizabeth Debicki et Kenneth Branagh. C'est leur film que j'aurai voulu voir.

Plus
votre commentaire