Mathieu Kassovitz raconte le tournage magique mais absurde avec Terrence Malick

Antoine Desrues | 24 novembre 2020
Antoine Desrues | 24 novembre 2020

L’acteur-réalisateur a confié faire partie du casting de The Way of the Wind, le nouveau film de Terrence Malick sur la vie du Christ. 

Si Mathieu Kassovitz fait souvent parler de lui pour ses multiples coups de gueule, il ne cesse de surprendre son monde avec certaines de ses actualités. Qu’on partage ou non ses opinions sur le septième art, le réalisateur de La Haine et L'Ordre et la Morale est un cinéphile averti, bien heureux d’avoir pu obtenir des rôles dans les films de ses modèles, de Steven Spielberg (Munich) à Luc Besson (Le Cinquième Element) en passant par Steven Soderbergh (Piégée).

Clairement, l’acteur-cinéaste ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Au micro de Konbini, pendant un épisode de Vidéo Club pensé pour fêter les 25 ans de La Haine, Kassovitz a annoncé l’air de rien qu’il avait participé au tournage du nouveau film de Terrence Malick. On vient d’ailleurs d’apprendre que ce projet intrigant, initialement intitulé The Last Planet, possède désormais un titre définitif : The Way of the Wind (le chemin/sens du vent en français).

Il s’agit d’une référence à un passage de la Bible : Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent ni comment se forment les os dans le ventre de la femme enceinte, tu ne connais pas non plus l'œuvre de Dieu qui fait tout” (Ecclésiaste 11:5). Car oui, Terrence Malick a l’ambition de retracer la vie du Christ ! Rien que ça ! 

 

Photo Sparring"Je n'ai jamais vu quelqu'un distribuer autant de pains au cinéma français à la fois !"

 

D’abord l’auteur de chefs-d'œuvre comme La Balade sauvage ou Les Moissons du ciel, Terrence Malick s’est imposé en tant que véritable poète du cinéma, prenant souvent de nombreuses années pour concevoir ses films. Pourtant, depuis The Tree of Life et sa Palme d’Or en 2011, le réalisateur ne cesse d’enchaîner les tournages.

Après sa trilogie abstraite composée de À la merveilleKnight of Cups et Song to Song, Malick est revenu à un cinéma (un peu) plus narratif avec Une vie cachée (qui nous avait époustouflés à la rédaction). C’est d’ailleurs pendant la présentation de ce dernier à Cannes en 2019 qu’on a appris l’existence de The Way of the Wind, tout simplement parce que Malick s’est présenté sur les marches du Festival avant d’aller tourner en Italie, chose qu’il évite habituellement.

 

photo, August DiehlCroire, une thématique au coeur de Une vie cachée

 

C’est en voyant le DVD de La Vie de Brian des Monty Python pendant l’émission de Konbini que Mathieu Kassovitz a évoqué ce tournage si particulier, et la méthode unique de travail du réalisateur :

“C’est dur. C’est six mois de tournage. Il tourne 5 heures par jour. Je crois qu’ils ont 1 500 heures de rushes. Il tourne tous ses films comme ça. Il a deux ou trois ans de montage après. Il a une technique de travail totalement différente de tout le monde. C’est son outil. Et surtout, il attend des accidents. Il fait des films sur la grâce, sur les moments magiques, donc il va chercher ces moments d’une manière très, très libre et complètement folle.” 

 

Photo, August DiehlLa crise de foi, ça travaille Terrence...

 

Le comédien n'a pas oublié pour autant de souligner les difficultés liées à une telle méthode, tout en gardant un air amusé :

“C’est pénible pour un acteur, parce que tu ne comprends pas ce qu’il se passe. Tu n’as pas de 'action', pas de 'coupez'. T’es tout seul, il y a un mec qui mange des bonbons là-bas. Je te jure, j’étais là à dire, 'Oui, Jésus…' et je le regarde : je le vois en train de choisir des donuts. J’étais là, 'Il se fout de ma gueule ou quoi ? Ça fait 15 fois que je le fais et il ne me regarde même pas' (rires)." 

En tout cas, on a hâte de voir ce que Terrence Malick nous réserve avec ce film, surtout au vu de sa filmographie déjà jalonnée de symboles bibliques et de thématiques théologiques. The Way of the Wind n’a pour l’instant pas de date de sortie, mais on sait qu’on y verra Géza Röhrig dans le rôle de Jésus, ainsi que Mark Rylance et Matthias Schoenaerts aux côtés de Mathieu Kassovitz (à moins qu'ils ne résistent pas au montage).

Tout savoir sur The Way of the Wind

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

inderweltsein
24/11/2020 à 21:52

Le titre n'est pas forcément définitif. C'est plutôt le titre de l'auteur, le director's title, avant que les considérations commerciales ne le changent éventuellément.
Et puisqu'il est bon de rendre à César, la source de l'info est One Big Soul.

l'autre
24/11/2020 à 16:38

j'adore de plus en plus vos légendes en bas des photos ! Vous progressez dans le bon sens !

captp
24/11/2020 à 14:45

Je n'aime pas l'homme mais il est un bon acteur ,pas surpris de le voir chez malick.
par contre d'un point de vu réalisation j'aimerai partager ton optimisme mais je n'y crois pas.
Après un la haine artistiquement réussi mais ultra critiquable sur le fond (d'ailleurs on fait semblant d'oublier mais il l'a beaucoup été a l'époque par les principaux concernés et les rappeurs dont NTM) j'ai vraiment crus qu'il ferait partie de ces réalisateurs qui osent envers et contre tous comme un Gaspard Noé .
et son deuxième film assassin malgré des maladresses ma conforté dans ce sentiment , j'étais ressortie de salle en me disant là on tient du lourd , pas revu depuis longtemps mais il était vraiment burné avec en miroir l'abrutissement de la tv de l'époque a base de jeux a la con et de sitcom débiles.
Puis derrière plus rien ,que du conventionnel tiède .Kassovitz aura été un mirage,un faux subversif. bref ... les mecs de banlieues avaient raison depuis le début et moi qui en faisait pourtant partie je me suis fait berné la faute a cet ovni qu’était assassin.

Mais sinon j'ai hâte de recevoir ma leçon de catéchisme décennal de la part de Terence Malick. :)

Kyle Reese
24/11/2020 à 11:36

Alors là je suis sur le c*l. Kassovitz chez Malik ! En fait c’est cool, ce genre de rencontre peut créer de belles chose, et même un cinéma différent chez Kassovitz. Who knows ...

votre commentaire