Harry Potter : la polémique sur J.K. Rowling et la transphobie enfle à Hollywood

Marion Barlet | 12 juin 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Marion Barlet | 12 juin 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Harry Potter a fait connaître et adorer J.K. Rowling du grand public, mais l'écrivaine est en pleine tourmente suite à ses propos jugés transphobes.

On gardait une image merveilleuse d'Harry Potter, tant sur papier qu'au cinéma, avec son univers de baguettes magiques, de créatures incroyables et de personnages hors du commun. Mais une polémique est venue nous sortir des rêveries féériques et nous ramener les pieds sur Terre, et surtout sur Twitter. L'autrice de la saga s'est retrouvée aux prises d'une polémique sur la transphobie, suite à un post qui avait l'ambition d'être féministe et de moquer une formulation qu'elle jugeait bizarre. Elle a ainsi déclaré que "les personnes qui ont leur règle, ça s'appelle des femmes".

De nombreux acteurs d'Harry Potter se sont insurgés contre Rowling et ses propos jugés transphobes. L'écrivaine a voulu répondre aux accusations, ce qui a évidemment mis de l'huile sur le feu et non apaisé le débat, dont se sont emparées des actrices transgenres d'Hollywood.

 

photo, Her StoryJen Richards dans Her Story

 

Parmi elle, Jen Richards, qui a joué dans I Am Cait de Caitlyn Jenner, une série TV documentaire sur la vie de la réalisatrice après sa transition, et dans Her Story, une web-série sur deux femmes transgenres, qui lui a valu d'être nommée aux Emmy Awards. Jen Richards a aussi rejoint le casting de Nashville dans le rôle d'Allyson Del Lago, faisant d'elle la première personne trans apparue sur le réseau TV de CMT.

Elle a transmis une déclaration au site IndieWire, avant de la poster sur Twitter, pour s'opposer à la démarche de J.K. Rowling, qu'elle considère comme une TERF (une personne féministe radicale qui exclue les trans)... en plus d'une raciste latente.

 

 

« Le fanatisme anti-trans que J.K. Rowling exprime, et peu importe qu'il se déguise en féminisme, en biologie ou en bon sens, il s'agit tout simplement de fanatisme, est franchement ennuyeux. Si elle n'était pas une autrice célèbre et aimée, ce serait un peu la même chose pour une autre femme, riche et blanche, dont la propension à présenter le droit comme une oppression fait d'elle une "Karen" [en anglais, sobriquet moqueur pour parler d'une femme blanche, d'environ 50 ans, stéréotype de la bourgeoise ; on dirait une "Marie-Chantal" en français, ndlr] de classe mondiale.

Non, ce qui me dérange le plus, c'est le choix de s'exprimer contre les trans au moment même où le mouvement Black Lives Matter occupe une place centrale dans le monde. La peur, l'ignorance et la cruauté impitoyable qui se cachent sous les mots de J.K. Rowling sont les mêmes facteurs qui conduisent au meurtre et à la destruction systémique des vies de transsexuel.le.s noir.e.s. Il existe un dicton, "Grattez un TERF [féministe transphobe en gros, ndlr], vous trouverez un raciste", qui exprime la facilité avec laquelle les gens qui s'opposent à la liberté et à la dignité d'un groupe d'individus ont tendance à ressentir la même chose pour les autres groupes. »

 

photo, Mj Rodriguez, Ryan Jamaal Swain, Indya MooreIntersectionalité de la discrimination ?

 

Les propos tenus par Jen Richards sont extrêmement violents dans le parallèle qu'ils instaurent avec le mouvement Black Lives Matter. Par ailleurs, la question de la réappropriation du courant BLM reste ouverte : qui de la romancière ou des tweets l'accusant de transphobie s'est greffé sur la vague contestataire actuelle ?

En plus de Jen Richards, l'équipe de la série Pose, créée par Ryan Murphy, s'est positionnée contre J.K. Rowling auprès de Variety. Mj Rodriguez, Dominique Jackson, Steven Canals et Indya Moore ont fait savoir leur mécontentement envers les propos tenus par l'autrice.

 

photo, Indya MooreLe malaise est instauré

 

INDYA MOORE : "Je pense qu'elle parle depuis cet endroit qui s'appelle la pure stupidité".

STEVEN CANALS : "En ce moment, son opinion est nuisible et préjudiciable, et n'est tout simplement pas nécessaire. Je pense que le problème est qu'elle n'a pas reconnu ou réalisé que c'est son privilège [de femme blanche et riche] qui lui permet de pouvoir exprimer ces opinions sur le devant de la scène. Ce que je voudrais lui dire, c'est que le soutien véritable, c'est de savoir quand il faut se retirer et écouter ce que la communauté concernée a à dire. C'est être un auditeur actif."

MJ RODRIGUEZ : "Il est vraiment important de prendre ses distances par rapport à ce genre de personnes. Ils sont clairement coincés dans un fossé générationnel (...) Nous vivons à une époque différente."

Aucun soutien de taille ne se profile à Hollywood pour prendre la défense de J.K. Rowling, ce qui pourrait être embêtant pour Les Animaux fantastiques 3 étant donné qu'elle a plus qu'un pied dedans (scénario, production) et que ces accusations font tache. Faut-il craindre un renvoi, une annulation ? Affaire à suivre...

 

AfficheTout était si mignon à l'époque (tête de Ron)

Tout savoir sur Harry Potter à l'école des sorciers

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Pseudonaze
17/06/2020 à 07:55

WTH !!! Mais on vit vraiment dans un monde qui part totalement en roue libre !!!! JK Rowlings est accusée de "fanatisme" anti transgenre uniquement parce qu'elle a écrit que les femmes ont leurs regles ????? Non mais là on atteint un tel degré de bêtise que ça en devient vraiment inquiétant. Donc si j'ai bien compris, dire que les êtres qui ont des coui.... sont des hommes on se fait passer à tabac sur les réseaux sociaux tout en étant accusé d'être l'incarnation du "fascisme-antifeministe-antiLBQT-rasciste-xenophobe-etc... "

Loran
15/06/2020 à 08:55

Tout ça, pour ça...
A la limite, que celle qui s'insurge de ces quelques mots, lui fasse part de son désaccord, Qu'elle explique son point de vue, mais là, il y a juste un jugement, un verdict, une sanction.
C'est incroyable, que ce genre propos, même si ils ne sont pas anodins, doivent être considérés comme hérétiques.

Guéguette
14/06/2020 à 19:02

N'existe...pardon...: (

Guéguette
14/06/2020 à 18:59

La commu trans est bien fragile pour la mettre au bûché pour si peu (pas de notion dégoût, pas d'incitation à la haine, pas de volonté d'aller contre leurs droits, pas d'injures,...)
Mais c'est bien le problème, les trans sont, par essence, fragile, avec un taux de suicide record...Du coup il devient difficile de ne pas aller dans leur sens à 1000% sans risquer de les blesser eux ou de saper le travail de tout ceux qui les accompagnent pour les aider à s'affranchir d'un regard oppressant et anxiogène...
Je comprends les 2 partis...mais un monde où l'on maîtrise la pensée des autres n'existent pas.

Kyle Reese
13/06/2020 à 13:15

@alulu

Sur « écrivaine c’est un métier » c’est sur, je suis juste un peu surpris de sa part.

Ma rengaine ... ok je la sort car je ne vois pas en quoi les trans ou le refus d’un monde binaire remettrai en cause la masculinité ou la féminité de quiconque c’est tout, je ne suis pas obnubilé par ça mais vu certaines réactions ici et ailleurs pour d’autres oui.
Par contre rengaine usée jusqu’à la corde ... mon intuition me dit que non, et que ça expliquerait tellement de choses. (D’ailleurs j.ai écrit une grosse connerie en limitant ce pb à l’occident)
Mais que ça peut saouler c’est sur.

Heureusement que ça ne changera rien à ta condition ni la mienne d’ailleurs.
JKR a le droit de dire ce qu’elle veut, et ce qu’elle dit n’est pas idiot c’est juste que c un peu plus compliqué que ça et je pense qu’elle doit le savoir.

J.ai peut être un côté binaire dans mes réactions.
Ce que je sais c’est que je fais souvent l’avocat du diable quand des posts vont dans le même sens tendance conservateur.

Tient à part ça, comme Nico1, la victimisation et la sur-victimisation me gonflent aussi et c’est de toute façon contre productif pour de nombreuses causes.

alulu
13/06/2020 à 12:15

@Kyle Reese,

"C’est fou qu’une écrivaine qui manie parfaitement bien les éléments de magies des contes fantastiques fasse preuve d’autant de rigidité de pensée dans le domaine réel."

Parce que être écrivain c'est un métier et elle n'est pas forcément habitée par son œuvre. Un peu comme les acteurs qui composent.

"Évidement tout ça remet en cause les formes de pensées binaires et les valeurs conservatrices occidentales ancestrales et fragilisent les certitudes (de masculinité et de feminité )d’ou les réactions d’incomprehension, voir de haines de certains. C.est tout la question de l’acceptation de la différence."

Ta rengaine sur le conservatisme et la masculinité, on connaît, elle est limite usée jusqu'à la corde. Ça ne changera rien sur ma condition à moins que l'on m'y force mais qu'elle soit progressiste ou non quand une idée, un principe prend le pas sur la science, ce n'est jamais bon signe. Le monopole de l'empathie, le coté binaire je le trouve plutôt dans ta réaction. Ce n'est pas parce que l'on est contre que l'on a pas de la bienveillance envers une personne. Pour ma part, je fais toujours le distinguo entre l'individu et l'idée qu'il veut faire passer, quand c'est possible bien-sur. Après, l'acception de la différence dans l'absolu, je pense que la grande majorité est pour. Il me semble que ce sont plutôt les trans qu'ils veulent êtres classifiés dans une catégorie. L'acceptation commence déjà par soi.

Winston
13/06/2020 à 11:57

@Kyle Reese

Evidemment si elle a un passif de tweets polémiques sur le sujet c'est une autre paire de manches, je peux comprendre la réaction épidermique. N'ayant pas lu les autres tweets cette polémique me paraît forcément très exagérée au vu de ce que j'ai lu. On est très loin des horreurs sorties par l'acteur de la série Flash.

Kyle Reese
13/06/2020 à 10:12

@ouinouin

On est en 2020.
Les raisonnements binaires ne sont plus valables aujourd’hui et ça demande plus de réflection et d’ouverture évidement. (L’ont ils jamais été dans l’absolu)

@lepen

Provoque avec un pseudo pareil ?
Ce que tu décris s’apparente plus à un travesti, qui ne cherche à paraître en femme que de façon ponctuelle et non définitive. Il y a une multitude de formes de transexualites comme une multitude de formes de sexualités (et ça depuis que le monde est monde). Évidement tout ça remet en cause les formes de pensées binaires et les valeurs conservatrices occidentales ancestrales et fragilisent les certitudes (de masculinité et de feminité )d’ou les réactions d’incomprehension, voir de haines de certains. C.est tout la question de l’acceptation de la différence.

@winston

La pauvre ? Je ne crois pas.
Commentaire anodin, je ne crois pas non plus car ce n’est pas la première fois qu’elle fait un commentaire de ce style.
Ce qu’elle oublie un peu ou pas d’ailleurs, c’est que à grand pouvoir grandes responsabilités.
Elle sait très bien que ses propos seront lu par des millions de personnes et relayés aux personnes concernés. Donc anodin vraiment ?

Maintenant il faut savoir un truc, la communauté trans est l’une des minorités chez qui il y a le plus de suicides et de meurtres dans le monde et aux usa. On peut comprendre que leur sensibilité soit exacerbé. Ça peut agacer j’en conviens tout à fait. Mais je pencherai plus vers ceux qui luttent pour leur droits de reconnaissances et d’acceptation pour une vie tranquille plutôt que ceux qui vivent tranquillement dans leur château avec une immense notoriété d’artiste et se mêle de sujet qu’il ne maîtrise pas (qui le maîtrise d’ailleurs?) Sérieusement qu’est ce qu’elle a eu besoin de poster un truc pareil si ce n’est peut être un fond de valeur conservatrice qui refait surface. Bon en même temps si ça fait avancer le débat dans le sens de l’ouverture tant mieux.
Son tweet pour moi ne me fait ni chaud ni froid, mais en me mettant 2 secs à la place des personnes à qui cela était adressé je peux comprendre certaines réactions, même si celles extrêmes peuvent être un peu saoulantes. Tout ça retombera quand l’acceptation sera de mise, tout comme avec le racisme. C’est pas gagné.

Hasgarn
13/06/2020 à 09:29

Le contenu des tweets de JK est si grave que ça ?
Parce la réponse est d’une violence hallucinante.

J’ai surtout l’impression, en l’état, que la communauté trans voulait se sentir offensée.

Winston
13/06/2020 à 07:58

Je dois être trop vieux pour saisir les subtiles nuances de cette époque, mais ce que j’ai compris du tweet de JK Rowling c’est juste qu’elle trouvait l’expression « people who menstruate » un peu réducteur vis à vis des femmes. Un peu comme si moi j’avais lu un article titré « personnes avec des testicules » et aurais tweeté « oui, des hommes quoi... ». C’est tout, ça ne va pas chercher plus loin. Mais, mais, mais voilà, célébrité = tout le monde vous tombe dessus à la moindre occasion, mais là ça va un peu loin quand même. La pauvre, dans son petit commentaire anodin elle a totalement oublié de prendre en considération la sensibilité d’hommes (ex femmes) menstrués et donc offusqués de n’avoir pas été pris en considération par la maman d’Harry Potter, bou hou... C’est du grand n’importe quoi, vraiment.

Plus
votre commentaire