Les 4 Fantastiques : le réalisateur revient sur le cauchemar total de l'expérience

Déborah Lechner | 6 mai 2020 - MAJ : 06/05/2020 18:50
Déborah Lechner | 6 mai 2020 - MAJ : 06/05/2020 18:50

Quand un blockbuster est un énorme flop critique et financier, il est parfois bon de chercher une explication du côté de la production, bien souvent chaotique. 

Il n'aura pas fallu attendre le Snyder Cut de Justice League pour qu'un réalisateur remette en cause le système entier de production et dénonce les studios trop intrusifs dans la conception d'un blockbuster après son échec au box-office et auprès de la critique. Le reboot de 2015  Les 4 Fantastiques a été avant ça un bon exemple, entre des séances massives de reshoots à peine dissimulés à l'écran, des coupes budgétaires de dernières minutes et la boucherie du montage. La vague d'indignation d'une majortiré de fans, dont toutes les attentes ont été réduites à néant, aurait pu coûter très cher au réalisateur Josh Trank, courtisé par la Fox après Chronicle, son premier long-métrage. 

Avant de voir son film se faire clouer au pilori, le cinéaste avait très mal vécu la production du film Marvel et s'il l'a descendu avant même sa sortie en salles, il a un temps été tenu pour seul responsable du désastre industriel. S'il l'a renié un bon moment et a mis sa carrière de réalisateur entre parenthèses, Trank est sur le chemin de la rédemption avec le prochain Capone, biopic du célèbre gangster américain porté par Tom Hardy.

C'est à l'occasion d'une interview avec Polygon que Josh Trank est revenu sur le tournage des enfers en expliquant comment il a été dépossédé de son film.

 

photo, Kate Mara, Miles TellerQuand le plan ne se déroule pas du tout comme prévu

 

La première version du film montrée au studio a refroidi la Fox, qui a expliqué au réalisateur que le résultat n'était "pas pour les fans", et qu'en gros, ils ne savaient pas comment le vendre. Ces 4 Fantastiques nouvelle gérération étaient trop tristes et noirs. Trank assumait, mais pas eux, non.

La fin était un problème particulier, parce qu'il n'y en avait pas. Du moins, pas comme prévu à l'origine, puisque le studio a réduit le budget de près de 30 millions, ce qui a impacté le grand final :

"La fin des 4 Fantastiques devait vraiment mettre en place l'aventure, et l'étrangeté et le fun à venir. C'est ce qu'on souhaitait accomplir pour la suite, qui était bien sûr axée sur, 'Ok, maintenant on est super puissants pour toujours, ça va être bizarre, drôle et l'aventure nous attend à chaque coin de rue'. Mais le premier film devait essentiellement être, de manière cinématographique, une image de comment je me voyais constamment : la métaphore de ces personnages qui rampent hors de l'enfer."

Une fois que les reshoots ont été entamés hors de contrôle de Trank, avec un scénario bricolé pour un ton moins morose, une organisation complexe pour ramener les acteurs (d'où de belles perruques dégueulasses), et Simon Kinberg et Hutch Parker à la production, l'enfer s'est refermé sur le réalisateur :

"C'était comme se faire castrer. Vous êtes là, et vous regardez les producteurs qui empêchent des scènes cinq minutes avant d'arriver sur place, avec des monteurs engagés par le studio qui décident de l'ordre des plans qui vont construire je sais pas quel truc, selon leurs besoins. Et ensuite, parce qu'ils savent que vous êtes gentil, ils seront un peu gentils avec vous en vous disant : 'Alors, ça a l'air bien ?'. Vous pouvez dire oui ou non."

 

photo, Kate Mara, Miles Teller, Michael B. Jordan"Mais si tu dis non, on te fume"

 

Trank cite seulement quelques miettes qu'il apprécie et assume dans le film, comme Doom qui explose les têtes des gardes, ou la découverte des pouvoirs de Reed. "Au final, j'ai peut-être vu quelques plans qui résonnaient vraiment". Mais rien de plus. Engagé par la Fox, le monteur Stephen Rivkin est pour Josh Trank le réalisateur du film sorti en salles.

"Il y a des monteurs qui, de mon point de vue, préfèrent utiliser des prises pour le rythme, au détriment de l'interprétation des acteurs. Ils se diront : 'Il est sorti de là plus vite' ou 'Il a fait ça plus vite'. Il s'agit d'un certain type de rythme qu'ils recherchent..."

Il aura tenté de lutter, faire valoir ses droits, envoyer des pages de réécriture, et essayé de monter sa propre version, avant de réaliser que c'était peine perdue. Le studio avait déjà tranché, et trop dépensé pour prendre un risque quelconque. D'autant que les mots des fans ont pesé, selon lui :

"Ils font vraiment attention à ce que les gens disent sur Twitter. Ils regardent ça et disent, 'Merde, les gens sont pas contents parce que ça n'a pas l'air drôle. Donc on va devoir dépenser 10 millions pour une réécriture de comédie."

 

PhotoOui, c'est lui Josh Trank, et il respire le bonheur

 

Mais le réalisateur a également sa part de responsabilité dans le naufrage du film. Peu intéressé par les adaptations de comics, Josh Trank n'était pas le plus qualifié pour le post, ce qui a valu le départ du scénariste Jeremy Slater au bout de quelques mois, une entrée en production sans histoire complète et l'aide de Simon Kinberg engagé par la Fox (en plus de la participation du réalisateur) :

"Tout le développement des 4 Fantastiques avait à voir avec le ton du film. On peut prendre plein de choses typées comics, comme les noms, les visages, les identités et les histoires, et les rassembler pour créer ce ton. Et je sentais que la tonalité qui intéressait Jeremy Slater ne m'intéressait absolument pas."

 

Photo Michael B. JordanMichael B. Jordan 

 

Le scénariste aurait par la suite tenté d'intéresser Josh Trank aux différents comics qu'il appréciait, avant de déclarer plus tard à Polygon que peu importe qui les 4 Fantastiques pouvaient bien combattre, "Josh n'en avait rien à foutre". Les problèmes d'écriture se sont couplés à une anxiété maladive de Trank, affecté psychologiquement par des menaces de morts de fans haineux après l'annonce de Michael B. Jordan dans le rôle de la Torche. Ce qui l'a d'ailleurs conduit à se procurer une arme : "Putain mais j'étais tellement parano pendant ce tournage. Si quelqu'un était entré chez moi, je l'aurais buté. Quand on est dans un état d'esprit où les gens sont une menace, on finit par se dire qu'on va se défendre."

L'ambiance en coulisses ne pouvait donc que déteindre sur Les 4 Fantastiques dont l'avenir est toujours très flou maintenant que les super-héros appartiennent à Marvel. Comme pour les X-Men coulés par Dark Phoenix, les nouvelles acquisitions de Marvel pourraient dormir au fond d'un tiroir un bon moment avant que le studio trouve le moyen de les incorporer subtilement au MCU. 

En attendant ce jour lointain, notre critique des 4 Fantastiques est juste ici. 

 

Affiche

Tout savoir sur Les 4 Fantastiques

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Geoffrey Crété - Rédaction
06/05/2020 à 19:05

@Rialeb

Je parle timing car c'est l'exemple qu'il donne (un acteur va plus vite sur ceci ou cela), et que ça, ça ne peut pas s'anticiper, dans le sens ou ça n'est pas une erreur, et donc un problème à gérer au montage type limitons la casse. Pour revenir à votre premier commentaire.

Le montage est une affaire de timing et quantité d'autres choses qui constituent l'âme d'un film, et son histoire. Trank parle bien de sa vision du montage, en opposant une logique de pur timing (qu'il décrit en terme de simple efficacité déconnectée de toute autre logique, inhérente à une histoire), vs une harmonie globale, qui ici met en jeu les acteurs dans son exemple, et de toute évidence, le rythme général de l'histoire. Il parle bien d'une situation où cette question de timing a visiblement écrasé tout le reste, quitte à être froidement et mécaniquement appliquée, ce qui n'est pas vraiment le job d'un moteur.

Rialeb
06/05/2020 à 19:00

@Geoffrey Creté
Effectivement la traduction de ce passage a changé depuis ce matin, puisqu'il y etait question de mise en scène et pas d'interprétation des comédiens, donc mon commentaire n'a plus totalement la même signification.
Toutefois, votre réponse va dans mon sens puisque vous y parler également de timing. Et c'est toujours ça qui prévaut quand on monte, se préoccuper de l'esthétique (de "la façon dont c'est réalisé", puisque c'est ce dont il s'agissait dans la première traduction) à cette étape de la post production ne doit pas être une priorité.

Geoffrey Crété - Rédaction
06/05/2020 à 16:20

@GuillaumeMT

Les 4 Fantastiques est un film Fox, pas Disney.
Après, ce truc de choisir un réalisateur et ne pas le laisser faire ce pour quoi il a été engagé, malheureusement c'est très ordinaire... A Hollywood, un réalisateur est plus un technicien qu'autre chose, n'a pas le final cut, ne maîtrise qu'une partie du projet, et doit respecter un cadre précis à ce niveau d'enjeux financiers.

Disney (Rogue One, Ant-Man...), Warner (Justice League, Suicide Squad), Fox (Les 4 Fantastiques, X-Men)... tous les studios en ont des exemples, et ça ne date malheureusement pas d'hier. C'est une bataille omniprésente, partout. Qui soulève effectivement de grandes questions sur la nature et la valeur de cette facette de l'industrie.

@Rialeb

Trank ne parle pas de limiter la casse, mais simplement du fait qu'il a été éjecté du montage. Normalement, c'est une étape cruciale où le réalisateur est présent, et a un avis évident sur les meilleures prises (et plein de choses ne peuvent être anticipées, comme certains timing des acteurs, de l'action, surtout sur une telle production)

GuillaumeMT
06/05/2020 à 16:08

Cette article rentre raisonnance avec la vidéo de @simon riaux sur la retouche de splash sur Disney.

En faite, Disney applique une certaine auto censure des la production aujourd'hui, ils font appel à un artiste pour réaliser leurs films mais en vide la l'essence même en appliquant de l'auto censure et du fans service !

En espérant qu'avec le temps les gens ou les réal ce lasse de faire ou regarder ce genre de "commande".

Le cinéma va t'il devenir un parc d'attraction ou il y aura seulement de grosses productions à faible prise de risque et le salut cinématographique viendras t'il des plateformes ?

joe Gillian
06/05/2020 à 15:38

C'est devenu tellement récurent, dans un certain cinéma, de vouloir tout rythmer que les fois ou je peux voir les acteurs jouer c'est un plaisir

Maxproducts
06/05/2020 à 15:07

Vu dernierement à la Tv, je suis resté ebahit dvt le spectacle! C'est du pur Marvel et la version de Fatalis est génial! Mais lecasting est moyen et l'encadrement inexistant. Décidement l'oeuvre de Stan Lee est difficile à la realisatipn!

Sanchez
06/05/2020 à 12:06

Il fallait placer Josh sur Tranksen , ça l’aurait calmé

Arnaud (le vrai)
06/05/2020 à 11:54

@Ghim
Ah oui, joli !!!!

fhanachi
06/05/2020 à 11:31

Juste une question: vous faites comment pour traduire?

Gregdevil
06/05/2020 à 11:01

C'est dommage, j'ai tellement aimé le ton adulte et sérieux du film.
En faite je comprend pas qu'ils puissent en arriver là. Les producteurs lui dise quoi à Trank quand il signe ? Meme lui devais avoir une petite idée dans quoi il mettait les pieds.
En tt cas je préfère le siens comparé aux bouses pour enfants du père Story

Plus

votre commentaire