The Witcher et 6 Underground battent des records d'audiences, mais Netflix triche un peu avec les chiffres

Mathieu Jaborska | 22 janvier 2020 - MAJ : 22/01/2020 14:41
Mathieu Jaborska | 22 janvier 2020 - MAJ : 22/01/2020 14:41

La fin d'année dernière a été haute en couleur pour Netflix. Face à la concurrence affamée, le service de SVoD a été contraint de sortir l'artillerie lourde.

KlausThe Irishman et Marriage Story ont débarqué pile pour la saison des récompenses américaines, histoire de se faire de la publicité sur le dos de l'académie des Oscars. Mais ça ne suffisait pas : en plus de ça, la plateforme voulait des programmes capables de rameuter une énorme audience et donc de l'imposer comme la reine absolue du divertissement à la demande.

Leurs deux armes étaient un réalisateur star, le maître de la subtilité Michael Bay, et une franchise lucrative6 Underground et The Witcher sont nés.

 

photoKlaus, une excellente surprise

 

Netflix est très fier de ces deux productions originales. Récemment, fait assez rare, le service a publié des chiffres concernant leur popularité. Ainsi, le blockbuster à 150 millions de dollars de Bay aurait été vu par 83 millions d'abonnés pour ses quatre premières semaines. La série de fantasy cherchant à remplacer Game of Thrones aurait convaincu quant à elle 76 millions de spectateurs dans le même intervalle. Klaus aurait lui réuni 40 millions d'amateurs d'animation en 28 jours.

Pour ce qui est des nouvelles bêtes de compétition du catalogue, le communiqué élude un peu la question des statistiques exactes, à grand renfort de formules polies.

"Les films nommés produits par les studios Netflix comme The IrishmanMarriage Story et Les Deux Papes étaient aussi très populaires chez nos abonnés. Cela fait cinq ans qu'on a lancé l'initiative de films originaux, c'est un accomplissement dont nous pouvons être fiers et un témoignage du talent créatif de nos partenaires."

 

photoCertes, ils sont 6, mais ils ne font jamais de spéléologie

 

Mais il y a un hic. Autrefois, pour qu'un contenu soit considéré comme consommé par un utilisateur, il devait avoir été vu au moins à 70 %, ce qui fait bien plus d'une heure dans le cas de 6 Underground par exemple. Mais le système vient de changer, et désormais, pour avoir officiellement regardé un programme Netflix, il faut être resté... 2 minutes devant. Autrement dit, subir les deux premières furieuses minutes de la poursuite ouvrant le film de Michael Bay revient à s'être enquillé les 2h06 de métrage, selon les statistiques du service.

Forcément, vue comme ça, la popularité spectaculaire de ces productions originales est à relativiser. Surtout que la passion de l'interface pour la lecture automatique n'arrange pas les choses. Combien d'utilisateurs ont vu se lancer directement le premier épisode de The Witcher après avoir fini de dévorer leur série favorite ? Combien ont regardé un tiers du premier épisode avant de se rendre compte que les abdominaux d'Henry Cavill ne suffisaient pas à leur bonheur ? Le N rouge essaye clairement de nous entuber sur ce coup-là, et leur explication ne tient pas la route.

"Alors qu'on multipliait nos contenus originaux, on travaillait sur comment partager ce qui démontre la popularité du contenu en question. Étant donné qu'on a maintenant des titres avec des durées qui varient beaucoup - des épisodes courts (par exemple, Special, de environ 15 minutes) aux longs films (par exemple, The Highwaymen de 132 minutes) - on pense que rapporter les vues des abonnés d'un titre en reposant sur 70 % d'un seul épisode de série ou d'un film entier, ce qu'on faisait jusque là, a moins de sens. Désormais, on se réfère aux abonnés (aux comptes) qui ont choisi de regarder un titre donné."

 

photo, Henry Cavill, The Witcher"Garçon, une grenadine s'il vous plait !"

 

Après la vidéo, Netflix devrait se lancer dans la musique, vu le somptueux numéro de pipeau qu'ils viennent de nous jouer. Ici, on pense que l'affaire n'est pas si compliquée, et que regarder un programme consiste à le suivre du début à la fin. En effet, d'après Numerama, cette nouvelle méthode de comptabilisation gonflera les chiffres d'audiences d'environ 35%. Concrètement, si l'on prend en compte cette donnée cela voudrait dire que The Witcher a été vu par 56,2 millions de spectateurs (au lieu des 76 annoncées) et 6 Underground par 61,4 millions d'abonnés (au lieu des 83 annoncés). La différence est donc énorme.

Bref, dans cette guerre de la SVoD, il est pour l'instant difficile de discerner les gagnants, tant les différents acteurs rechignent à partager leurs vraies performances. Dans tous les cas, il est évident que la firme dont il est question ici s'en sort plutôt bien : le budget astronomique destiné aux productions originales en 2020 le prouve bien. Dommage qu'on ne puisse pas s'en rendre compte avec plus de précision.

 

Affiche française

commentaires

Rorov94
23/01/2020 à 16:22

@greg
Le normalité c'est le nombre;
Donc,si tu t'équipe en matos,soit ton voisin l'a aussi,soit il va faire pareil pour se venger...
Quand tu vois qu'un simple écran tv hd d'à peine un mètre a une meilleure image qu'un écran de salle de ciné lambda...
Faut dire que les exploitants projettent à l'économie,ce qui agace certains réalisateurs d'ailleurs!

(The) Aurelio
23/01/2020 à 10:27

"Ici, on pense que l'affaire n'est pas si compliquée, et que regarder un programme consiste à le suivre du début à la fin."

Oui, enfin tout le monde (ou presque) a déjà abandonné un film après en avoir vu une bonne partie parce que c'était une purge. Et une purge de 2h30, c'est vraiment long....

Greg
22/01/2020 à 20:49

Oui oui, tout le monde a une installation 4K parfaitement centrée et des voisins qui acceptent le grosses basses sans broncher, c'est bien connu.

Le ciné a tellement d'avantages pour les films qu'on veut vraiment "vivre". J'espère que ça durera encore des siècles.

Mera
22/01/2020 à 19:03

Ouais enfin, généralement tu lâche pas un film après seulement quelques minutes, peut-être que certains lâchent 6 Underground après seulement une demi-heure ou une heure mais bon, pour pouvoir juger un film, faut le voir en entier au moins.

"Vous devez attendre avant de pouvoir poster à nouveau."

(après 128 cliques, ouf il passe enfin !)

Bob 57
22/01/2020 à 17:50

Chez moi, la lecture automatique ne se déclenche que pour regarder l'épisode suivant d'une série, jamais pour un autre contenu. Et puis, 2 min c'est surement un peu court, mais au cinéma, quand on paye sa place, si on quitte la salle, on en est pas moins comptabilisé. Enfin, si on clique sur un contenu, c'est qu'on a un intérêt ou une curiosité. C'est clair que l'argument est de gonfler les chiffres, et je me fais un petit peu l'avocat du diable, mais c'est pas insensé non plus.

Pour répondre au commentaire plus bas, je pense que les salles de cinéma on du soucis à se faire. Et je suis d'accord que c'est de moins en moins plaisant d'y aller ( Pub de 30 min, place très cher, pop corn etc.. ). Le cinéma évolue en dehors des salles, et c'est assez logique. L'autre fois, je parlais avec un agent immobilier qui me dit " Y a tout ce qu'il faut là bas, un supermarché, un bar et un cinéma. Mais bon le cinéma ça existera bientôt plus.". Et ça m'a rendu super triste en fait. Pourtant je suis très admiratif de plusieurs films produit par Netflix, et de la liberté qu'ils laissent aux créateurs.

Opale
22/01/2020 à 17:40

Je ne suis que très rarement d'accord avec ce qu'écrit Rorov94 mais là je souscris à ce qu'il avance...

Kolby
22/01/2020 à 16:13

Je me dis à partir du moment que tu cliques sur le film, cela prouve immédiatement que tu a un crédit pour Netflix donc immédiatement abonnés. Je suis d'accord avec eux sur ce point. Le drame serait que un seul abonné clique plusieurs fois pour qu'on le compte aussi plusieurs fois, cela aurait été effectivement de la triche

Rorov94
22/01/2020 à 16:04

NETFLIX viens de re-créer la notion de 7ème art tout simplement!
Une communauté de cinéphiles/vores,un abonnement qui défi toute concurrence,un cahier des charges pour les réalisateurs plus que drastique,une exigence de diffusion qui l'est tout autant(aaahhh la 4K...)
Rajoutez les emmerdements typique des salles de ciné(bruits,coup de pieds dans le fauteuil,discutions à haute voix«wesh gros,t ou la?»,écrans de portable allumé donc myriades de rectangles blancs..)
Plus le matos hyper accessible en bugdet(1 TV 4K de 127 de diagonal + 1 barre de son 5.1,TOTAL: moins de 400€!)
R-I-P les multiplex,R-I-P les salles de ciné...

votre commentaire