The Color out of Space : après Mandy, Nicolas Cage tâte du Lovecraft dans une première bande-annonce colorée et angoissante

Christophe Foltzer | 7 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 7 novembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

On aime Nicolas Cage, surtout depuis qu'il fait n'importe quoi. Parce qu'il se bat le bonhomme, et pas qu'un peu. Alors quand on le voit à l'affiche d'un film adaptant Lovecraft, on se dit que c'est peut-être la bonne, qu'on le tient notre retour en grâce.

Parce que The Color Out of Space est un événement à plusieurs niveaux. Déjà parce qu'il s'agit d'un film avec Nicolas Cage plongé en plein univers lovecraftien puisque l'histoire est en réalité une adaptation de La couleur tombée du ciel de H.P. Lovecraft, publié en 1927. Ensuite, parce que c'est le producteur de Mandy qui est derrière l'affaire et même si le film de Panos Cosmatos ne nous a pas vraiment convaincus, il est très réputé dans certains milieux.

Enfin, parce qu'il s'agit du nouveau film réalisé par Richard Stanley, le gars qui nous a pondu Le Souffle du démon et Hardware au début des années 90. Et ce n’est pas rien.

 

Color out of spaceIl se passe des trucs bien chelous quand même

 

The Color Out of Space nous invitera donc à suivre le calvaire d'une famille heureuse qui vient de s'installer dans une nouvelle propriété. Manque de bol, un météorite ne tombe pas loin et des événements étranges commencent à se produire, notamment l'apparition de plus en plus manifeste d'une couleur saturée qui semble influer sur les esprits.

Entre menace réelle et bon gros délire paranoïaque, la petite famille va bientôt se déchirer, sombrer dans la folie alors qu'une menace bien plus grande est peut-être à l'oeuvre. On le voit, tous les ingrédients sont là pour qu'on ait, au final, un petit film d'horreur paranoïaque modeste et correctement troussé. D'autant plus que cela semble le sujet idéal pour notre Nic Cage d'amour puisque cela lui réserve probablement plusieurs pétages de plomb dont lui seul a le secret.

 

 

Et la bande-annonce qui vient d'arriver il y a quelques heures semble aller dans ce sens. Alors oui, l'image semble un peu plate, oui l'ensemble est un peu cheap mais il y apparait un vrai univers. en plus, les comédiens autour de Cage semblent tous plus convaincants et investis les uns que les autres. Et il y a Tommy Chong dans le tas, ce qui est toujours une excellente nouvelle.

Alors oui The Color out of Space ne révolutionnera certainement pas le genre tout comme il devrait être blindé de défauts, mais il a l'air d'avoir été confectionné avec amour et passion. Et c'est probablement le plus important. Verdict le 24 janvier 2020 aux Etats-Unis.

 

affiche

Tout savoir sur The Color Out of Space

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
vdsdvvc
02/02/2020 à 01:25

Sympa cette adaptation de metroid prime

Uleertel
07/11/2019 à 23:18

ça peut être un petit film sympathique, et pas si dégueulasse que ça visuellement je trouve.

amtak
07/11/2019 à 20:34

Richard Stanley, le réal qui devait tout péter à l'image d'un Roland Emmerich. On lui prédisait un grand avenir mais son renvoi de L’Île Du Docteur Moreau fut fatal pour lui.

pepe
07/11/2019 à 14:19

L'affiche est splendide !

Opale
07/11/2019 à 14:03

Lovecraft et son univers démentiel mérite un bonne adaptation cinématographique. Il y a bien eu Ré-animator ou From Beyond, films sympas, mais ce n'était guère respectueux du matériau de base. Intrigué par celui-ci mais méfiant tout de même...

Karlito
07/11/2019 à 13:48

S'ils restent fidèle à la nouvelle, le film va être très sombre... Je me demande d'ailleurs ce que le film aurait donné avec la même équipe qui a pondu "1922" de Stephen King pour Netflix.

Bob nims
07/11/2019 à 13:18

Ça va être génial vive cage !!

Angeli
07/11/2019 à 12:20

Richard Stanley + Lovecraft + Nicolas Cage = Un film forcément intriguant

Richter
07/11/2019 à 11:59

Une belle daube en perspective..... Pauvre Lovecraft.

le Waw
07/11/2019 à 10:22

Des années d'attentes avant de revoir Richard Stanley au ciné. Un vrai plaisir.

votre commentaire