Casey Affleck trouve que c'est ballot qu'on l'ait accusé de méconduite sexuelle, parce qu'il aime bien #MeToo en fait

La Rédaction | 7 août 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 7 août 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Les hommes mis en cause par #MeToo peuvent-ils s’exprimer sur le mouvement ? C’est la question que pose Casey Affleck.

Acteur salué à maintes reprises, au point de remporter un Oscar pour sa prestation triomphale dans Manchester by the Sea, Casey Affleck a dû faire face à l’issue du tournage du documenteur I'm Still Here - The Lost Year of Joaquin Phoenix, dont il était producteur, aux accusations de méconduite sexuelle par deux collègues, la chef opératrice et sa co-productrice.

Des accusations qui ont refait surface lors de la campagne médiatique de Manchester by the Sea, et sans surprise, lors du tourbillon généré par le mouvement #MeToo. Plusieurs années après les faits, et la procédure judiciaire achevée sur un accord financier entre les parties, Casey Affleck a entamé la promotion du film qu’il a réalisé et interprété : Light of my Life. Il y est question d’un père tentant de protéger son enfant dans un monde au bord du chaos, suite à une épidémie ayant rayé les femmes de la surface du globe.

 

Photo Casey AffleckCasey Affleck

 

Invité du podcast d’Indiewire pour causer de sa carrière et de sa dernière création, le comédien a également été interrogé sur son rapport au mouvement #MeToo. L’artiste a expliqué se trouver dans une situation ambivalente, du fait des accusations portées contre lui, et a admis craindre d’aborder le sujet.

« Essentiellement parce que les valeurs de #MeToo sont des valeurs centrales pour moi. De par mon éducation, elles ont été au cœur de mon être, ayant été élevé par une mère qui ne me laissait pas regarder Shérif, fais-moi peur, parce que c’était trop sexiste pour l’enfant de 8 ans que j’étais. »

La partie la plus intéressante de son intervention touche à une question à la fois stratégique en termes de communication, symboliquement chargée et intellectuellement complexe à trancher.

 

Photo Casey AffleckCasey Affleck

 

« La manière dont certaines personnes se représentent qui je suis depuis quelques temps m’apparait si antithétique de ma véritable personne que j’en retire de la frustration. Ne pas être en mesure d’aborder le sujet a été difficile parce que j’avais très envie d’apporter mon soutien au mouvement, mais je me suis dit que la meilleure chose à faire était de rester tranquille pour ne pas donner le sentiment d’être un adversaire de quelque chose que je souhaitais soutenir. »

Bien sûr on peut considérer que Casey Affleck n’ayant pas été condamné, il est parfaitement légitime à exprimer son soutien au mouvement en question, comme on peut soutenir que tout homme, quelles que soient ses possibles actions passées, ne doit pas voir son expression limitée. Reste qu’en l’état, on voit mal comment les propos du comédien pourraient être accueillis positivement, fussent-ils sincères et/ou frappés au coin du bon sens.

 

Photo Casey AffleckCasey Affleck toujours

Tout savoir sur Casey Affleck

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
sylvinception
08/08/2019 à 14:41

@Lili124 : pourquoi avoir cliquer sur la news si tu t'en fout royalement ?

Micju
07/08/2019 à 22:24

Il a tout de même payé pour l’abandon des poursuites par deux victimes et il y a plusieurs témoignages contre lui. Pourquoi ça arrive pas à des gars comme Chris Evens ou Keanu Reeves.

Jean-Michel Synapse
07/08/2019 à 18:03

@La girafe

"Qui se sent morveux, se mouche."

La girafe
07/08/2019 à 17:59

ho lala ! Mr Synapse m'a traitée de debile, lui qui doit être si intelligent avec un tel nom !! Je suis trop vexée... :-D

Sapman
07/08/2019 à 14:44

Heu perso, quand un journal me gonfle, je le jette et basta

J'ai vraiment du mal avec les gens qui critiquent une ligne éditoriale surtout qu'il est plus simple aujourd'hui de cliquer ailleurs que de retourner au kiosque acheter un autre journal...

Ça me rappelle un peu : https://www.ecranlarge.com/films/news/1093951-sonic-le-film-jim-carrey-tacle-publiquement-pour-avoir-attaque-les-fans-enerves

Le monde est ce qu'il est, pas ce que tu veux qu'il soit.

Jean-Michel Synapse
07/08/2019 à 14:32

Attention les débiles, c'est pas parce que votre cerveau est peu sollicité qu'il ne faut pas l'hydrater.

On sent que la canicule a pas aidé vos lecteurs les plus limités, peu nombreux mais prompts à faire sous eux en commentaires.

rocky
07/08/2019 à 14:27

Simon Riaux : Vous le dites, on le pense.

Simon Riaux - Rédaction
07/08/2019 à 14:20

@La girafe

Ah punaise, salopards de journalopes de merde.

La girafe
07/08/2019 à 14:12

@Lili124

et puis parce que la rédac d'ecran large est une indecrottable bande de sjw toujours prete à bafouer la presomption d'inocence pour soutenir un mouvement qui commence à serieusement gonfler un peu tout le monde, les vraies feministes en tête...

Hasgarn
07/08/2019 à 13:55

Et je confirme que ça m’intéresse.
Ceci impacte fortement les films et le cinéma qu'on aime, ne pas en parler retirerait le contexte.

Plus
votre commentaire