Sonic, le film : Jim Carrey taclé publiquement pour avoir attaqué les fans énervés

Déborah Lechner | 6 août 2019 - MAJ : 06/08/2019 16:50
Déborah Lechner | 6 août 2019 - MAJ : 06/08/2019 16:50

Le trailer de Sonic, le film avait déclenché une vague d'indignation qui a gêné Jim Carrey, ce qui semble avoir agacé le producteur Adi Shankar

La bande-annonce de Sonic, le film est sortie il y a plus de trois mois, mais la plaie n'est toujours pas refermée pour les fans. Les premières images ont suscité de violentes réactions de la part du public, scandalisé (légitimement) par le visuel de la mascotte de SEGA, accessoirement un des personnages de jeux vidéo les plus iconiques.

La pilule n'est tellement pas passée que Sony a finalement décidé de repousser la date de sortie de trois mois pour que le design du hérisson soit retravaillé et que l'équipe VFX puisse littéralement sauver les apparences. 

 

 

Face à ce torrent de haine et contre toute attente, le seul à défendre Sonic a été son ennemi juré, le Docteur Robotnik (avec Jim Carrey sous la moustache). Le comédien n'a pas apprécié la situation, entre la colère bruyante d'une partie du public et la décision du studio de réagir, et il a dénoncé la forte notion de propriété des fans, qui devient insensée selon lui. 

Son avis (respectable, on ne dit pas le contraire) est pourtant loin de faire l'unanimité. Même s'il n'est pas impliqué dans le film, le producteur Adi Shankar a de la bouteille concernant les adaptations d'univers pixelisés, avec Castlevania ou la future série Devil May Cry annoncée sur Netflix. Dans une lettre ouverte qu'il a exclusivement envoyée à ScreenRant, il a expliqué son point de vue.

 

photo, Jim CarreyJim Carrey en Docteur Robotnik dans Sonic, le film 

 

"Cher Jim, le public n'est pas "impliqué dans la création" du film dans lequel vous avez joué. L'univers de Sonic a déjà été créé, il y a plusieurs décennies. Ce film, auquel vous avez prêté vos talents, l'adapte de manière incorrecte. C'est cette perspective, où Hollywood se pense dans le droit de démanteler une iconographie comme bon lui semble et la réassembler d'une manière qui a souvent peu de point commun avec la source, qui a mené à cette tension entre les joueurs et l'industrie du film."

Il est évident qu'un équilibre doit être trouvé entre les deux points de vue. Jim Carrey a en partie raison quand il met en garde contre les fans qui dictent à outrance leurs envies à l'industrie, et s'offusquent de plus en plus bryamment quand un film laisse part à la créativité du réalisateur (d'où des pétitions souvent absurdes). D'un autre côté, il ne faut pas que les studios oublient qu'avant leurs films, il y a un matériau de base et des fans à respecter.

Sonic, le film  est produit par Tim Miller (Deadpool) et réalisé par Jeff Fowler. Sonic sera doublé par Ben Schwartz et devrait arriver en salles le 5 février 2020. 

 

Affiche française

 

 

 

commentaires

Baneath88
08/08/2019 à 11:22

...Genre de phénomène assez édifiant.
Écouter les doléances ou appréhensions, ok.
Par contre, faire des courbettes et faire tout bien comme les fans veulent, non merci.
La création implique la vision d'une équipe, pas celle de millions de gens.
Pas sûr qu'un écrivain, peintre, dramaturge reprenne sa copie ou sa toile parce que certains n'aiment pas.
La création implique une prise de décision, qui - à mes yeux - doit s'affirmer en dehors des considérations de la masse.

petit pain
08/08/2019 à 07:50

@Phoskitos Merci pour ce commentaire, totalement d'accord avec vous. Je me sens moins seul!

Raziel
07/08/2019 à 22:33

Lol c'est, en grande partie, les fans qui iront voir ce film. Alors si les fans disent que le hérisson ne ressemble à rien, il vaut mieux qu'ils les écoutent car sinon, Jim Carrey où pas, le film va faire un flop ! Et même, fan ou pas, vu la gueule de sonic, ça donne pas envie !

Phoskitos
07/08/2019 à 22:24

Jim Carrey a totalement raison.
Je rajoute que l'on vit a une époque de pourries gâtées où une grande partie des gens pensent qu'ils sont exeptionnelles à force de cultiver leurs d'ego sur les reseaux sociaux, qu'ils aillent se faire foutre. Au pire le film est mauvais, les vrais fans pourront se consoler avec les jeux.

Akitsuko
07/08/2019 à 21:29

Je suis totalement contre l'avis de Jim Carrey. À quoi bon sortir un film si celui-ci ne va attirer que des moqueries et la seule chose qui va en sortir seront des Memes ? Sonic s'est déjà fait suffisamment amoché ces derniers temps et ils ne mérite pas de se faire enterrer de si tôt à cause d'une caricature Hollywoodienne. Le réalisateur a très bien compris que ce ne serait en aucun cas bénéfique de sortir un film même pas lié à l'oeuvre originale de par son chara-design... Espérons juste qu'ils ne feront pas pire.

Blue Banshee
07/08/2019 à 13:42

@lili c'est la masse qui apporte l'argent pour rentabilisé ce projet, si la prod leur crache dessus la masse n'y va pas et c'est 200 millions jetés en l'air à la charge de la prod. Pour plus de détail demander à Luc Besson de vous parlez de ce qu'à entrainé Valérian à Europa...

Lili124
07/08/2019 à 12:35

Les fans ne sont ni producteurs, ni cinéastes et encore moins critiques. Ras le bol de cette dictature de la masse et des anonymes.

Simon Riaux - Rédaction
07/08/2019 à 12:06

@Terminéator

Ah mais on partage tout à fait votre point de vue, quand on écrit que les studios "doivent" c'est plus d'un strict point de vue stratégique et de communication.

Terminéator
07/08/2019 à 12:02

@EL je ne suis pas trop d'accord avec vous quand vous dites : " ... Il ne faut pas que les studios oublient ... un matériau de base et des fans à respecter " . Les studios Et reals font leur film avec leur vision et c'est leur droit , tout comme c'est votre droit ( vous , fans , public en général) de zapper si cela ne vous convient pas. Et l'ignorer sera bcp plus efficace pour le faire oublier que d'en parler à tout va malgré votre mécontentement. On attendra du coup une version plus à notre goût ;)

amaamma
07/08/2019 à 11:04

"...C'est cette perspective, où Hollywood se pense dans le droit de démanteler une iconographie comme bon lui semble et la réassembler d'une manière qui a souvent peu de point commun avec la source, qui a mené à cette tension entre les joueurs et l'industrie du film."

Applicable à tellement d'adaptations qu'on en aurait le tournis pour un siècle.

Plus

votre commentaire